• La BD des Ovnis - Planche 03 : Les Traces

     

    01 fois, c'est le hasard, 02 fois c'est une coïncidence, 03 fois, c'est tout le contraire !

    Planche 03

     

    La Radio-Activité des Ovnis !

     

    Les Traces !

     

    Normandie

     

    Les Foyers et les Points Chauds des Ovnis en Normandie +

     

     

     

     

    Brix - La Rade (50)

     

    La Radio-Activité des Ovnis !

     

     

     

     

     

    Brix (50) - 26/10/1989 - 01 h / 02 h

    Crasch Radioactif

     

     En France, le Géipan à la "Demande" des Autorités Militaires, renseigne des Représentants de la Défense Nationale sur les Rentrées Atmosphériques de Nature Satellitaire Terrestre, ou Autres, de Nature Extraterrestre.

     Il intervient aussi prioritairement sur les Incidents de ce Type, comme l'Affaire du "Trou Normand" ... (qui a été investigué à l'époque par le Sépra : ancêtre du Géipan) ... survenue dans la nuit du 25 au 26 octobre 1989 à Brix (50) dans la Manche - France, au lieu-dit "La Rade".

    Cette nuit-là M. Bigot est réveillé à deux heures du matin par les grattements du chien sur la porte, dehors. En ouvrant à l'animal, il est surpris par une forte lumière blanche, d'aspect conique, qui semble survoler les champs, à l'est de sa maison. Cette lueur ne dure que quelques secondes, et M. Bigot, quoique surpris, n'y attache pas plus d'importance ; il décide de se recoucher.

    À cette même heure, M. Hervieux (notaire en retraite), de Brix, à quelques kilomètres de là, est réveillé lui aussi, mais cette fois par une forte sonorité qui lui rappelle le bruit "d'un moteur en décélération".

    Le lendemain matin M. Hébert découvre dans son champ (où M. Bigot vit la lumière) une large trace, ... (LDLN N°299).

    De son côté, entre 01 h et 02 h du matin, étant sorti pour assouvir un besoin naturel, où M. Hébert a vu le passage d'un phénomène de traînée lumineuse au-dessus de sa propriété, avant de faire, un peu plus tard dans la matinée, la découverte consécutive de plusieurs traces carbonisées au sol, des bouffées de chaleur sont encore perceptibles le jour de la découverte, et 02 jours après en profondeur, ainsi qu'une odeur de pétrole (souvent ressentie sur les traces laissées par des Ovnis), contaminées par la présence d'Isotopes Radioactifs, & la disparation de 06 à 10 mètres cubes de terre (cette Présence de Radioactivité a été totalement Oblitérée dans le Rapport Officiel du Sépra dirigé à l'époque par Jean-Jacques Vélasco, qui est accrédité Défense Nationale).

    Complément d'enquête sur l'Incident du "Trou Normand" par le Génpi :

    Mr et Mme Bigot, qui sont les plus proches voisins résidents du "Trou Normand", le samedi 20 janvier 1990 en menant, vers 9 h 30, leurs bêtes pâturer dans le pré où les "Traces Carbonisées & Radioactives" sont toujours présentes, ont entendu une explosion et M. Bigot a vu comme une "Gerbe de Charbon" qui a affolé les vaches, comme cela c'était déjà produit, la veille, avec les bêtes d'un autre voisin.

    Source : Témoignage de Mr. Hébert, qui a vu jaillir, lui aussi, en janvier 1990, à plusieurs reprises, des grandes lueurs bleues s'élevant à une dizaine de mètres de hauteur. EDF n'a constaté aucun dégât sur la ligne à Haute Tension qui passe à environ 70 m des "Traces Carbonisées & Radioactives".

     

    Le (Vrai) Trou Normand 

     

    (RR3 surnommée « Le Trou Normand » par le GEIPAN (humour avec un soupçon d'ironie méprisante et condescendante ?!) .

     

    Un deuxième Crash « Franco/Normand » :

     

    (Cf .chasseur2legende.jimdo.com/france-régions-normandie) 

     

    La découverte en octobre 89, par un agriculteur, d'une surface de terre brûlée dans une prairie déclenchera encore d'importantes investigations et l'ouverture d'un dossier transmis aux autorités militaires. La zone : de forme irrégulière, est longue de 17 mètres et large de 4, où la végétation a totalement disparu et la terre, dont le niveau a baissé d'une quinzaine de centimètre, est de couleur noire.

     

    [et où 5 à 6 m3 de terre aurait disparu]

     

    [de plus il y avait en réalité deux traces séparées et non pas une seule … la première ayant la forme d'une longue traînée sur plusieurs mètres suggérant fortement qu'un objet y aurait ripé, avant de rebondir, pour finalement s'arrêter en creusant cette cavité irrégulière de 17 m sur 4, en se dissolvant littéralement sur place dans une fusion à très haute température ?!]

     

    Des carottages révéleront que la terre a été brûlée sur 2 à 3 cm de profondeur. Des experts du Centre National d’Étude Spatiales viendront sur place.

     

    [Ci-joint Le compte-rendu du SEPRA (prédécesseur du Geipan) - nous en profitons pour remercier l'aimable collaboration du Génpi, association ufologique privée locale, qui a pu faire renvoyer au témoin/propriétaire des lieux le questionnaire type du SEPRA destiné au témoin, qu'il n'avait, en fait, jamais reçu de lui (seulement l'enveloppe qui était vide) :

    Octobre 1989, dans une Commune de la Manche (50) France, le propriétaire d'un champ découvre dans celui-ci une large zone totalement calcinée. La trace est de forme irrégulière et mesure près de 17 mètres de long sur 4 dans sa partie la plus large. Au niveau de la trace, il n'y a plus aucune trace de végétation, la terre est noire et le sol est spongieux et enfoncé de 10 à 15 cm par rapport au niveau moyen du pré. Une ligne à haute tension 20 kV longe la parcelle à une cinquantaine de mètres de la trace. Les prélèvements par carottage sont effectués sur la zone brulée, ils montrent que la terre est brûlée sur 2 à 3 cm de profondeur et la couleur grise des argiles montre que le sol a été élevé à une forte température. Les échantillons de terre prélevés dans la zone suspecte présentent une forte odeur de produits pétroliers. Les expertises menées confirment la présence de kérosène dans les échantillons. Ces résultats d'analyse suggèrent l'hypothèse d'un largage de kérosène effectué par un avion volant à basse altitude et à faible vitesse. Ce kérosène a pu être enflammé par le passage à travers la ligne à haute tension. En effet, lors de l'enquête, il avait été remarqué de forts grésillements de la ligne au niveau de la jonction de certains isolateurs. Des étincelles ont pu se produire qui ont enflammé le nuage d'hydrocarbure. Cette hypothèse est confortée par un témoin qui a observé une très grande flamme bleue sur la zone, couleur typique de la combustion d'hydrocarbures.|"photos;photos;article;lettre;rapport;lettre;rapport;rapport;

    rapport;rapport; questionnaire"|"le trou normand (50) 1989 [e-csep p p o] photos couleur.pdf;le trou normand (50) 1989 [e-csep p p o] photos a.pdf;le trou normand (50) 1989 [e-p p t,p s,a] presse-r.pdf;le trou normand (50) 1989 [e-o cl t s,a] courrier-r.pdf;le trou normand (50) 1989 [e-o geol t s,a] analyse echantillon-r.pdf;le trou normand (50) 1989 [e-csep cl t s,a] courrier retour brigade-r.pdf;le trou normand (50) 1989 [e-o syn t s,a] analyse echantillon sol-r.pdf;le trou normand (50) 1989 [e-csep cr t s,a] enquete sepra-r.pdf;le trou normand (50) 1989 [e-csep geol t,d s,a] reperage carottage sol-r.pdf;le trou normand (50) 1989 [e-o atm t s,a] meteo-r.pdf;le trou normand (50) 1989 [e-csep qt t s,a] questionnaire terre-r.pdf"|b |12/12/2008]

     

    (de fait : Cf. www.ufologie-paranormal.org/t812-c-est-un-ovni-qui-a-brule-mon-champ ). Le propriétaire du champ [Agriculteur/Éleveur] leur confirmera bien volontiers avoir alerté la gendarmerie, considérant qu'il s'agissait d'un phénomène sortant de l'ordinaire [ayant été le témoin directe (grâce à un besoin naturel) des phénomènes lumineux, auditifs (sifflements) aériens et terrestres]

     

    Un autre témoin se manifestera à la gendarmerie pour expliquer que la nuit précédant la découverte, les pleurs de son chien l'ont tiré de son sommeil.

     

    "J'ai entendu mon chien gratter à la porte du cellier. Je me suis levé pour le voir et quand je suis sorti dans ma cour, j'ai vu au loin un grand faisceau lumineux. Je peux dire qu'au bord du faisceau, la lumière était bleutée, quand j'ai allumé ma lumière, le faisceau a disparu ".

     

    La forte présence de traces d'hydrocarbures de type kérosène, dans les prélèvements de terre brûlée conduiront à envisager l'hypothèse jamais confirmée d'un largage de carburant par "un aéronef volant lentement à basse altitude". En tout cas, aucun plan de vol d'un quelconque appareil n'était enregistré cette nuit-là par les autorités de l'aviation civile.

     

    [L'hypothèse du kérosène enflammé et qui a permis au SEPRA de classer - un peu trop facilement et rapidement - cette affaire [comme bien d'autres] aurait dû logiquement au moins endommager la ligne à haute tension dont les câbles aluminium ou cuivre fondent à 660,3 °C et à 1.085 °C théoriques étant donné que la température maximum atteinte par les flamme d'hydrocarbures (kérosène) brûlants dans l'air est d'environ 1000°C … et puis le propriétaire/témoin a signalé, dans les années suivant 1989, lors des contre-enquêtes effectuées par le GÉNPI,  le retour des flammes bleues montant plus haut que les lignes à haute tension … et qui paniquait (à juste raison) car elles représentaient une menace évidente pour ses génisses … donc exit le kérosène.]

     

    [Enfin signalons la découverte stupéfiante faite par le GÉNPI à partir d'analyses (réalisées à ses frais) (et confirmées par une double expertise) d'une association/laboratoire locale de veille écologique (du Nord-Cotentin) la présence, sur les traces de terre carbonisée, des isotopes (artificiels) radioactifs du césium 134 et 137 (ce qui n'avait pas été signalé par les précédentes analyses du SEPRA, ni par celles d'un enquêteur du groupe ufologique Lumière Dans La Nuit, lui, pourtant indépendant !?)]

     

    Une fois de plus, vous voyez bien :

     

    1 . / . Que les Ovnis ne sont pas qu'un grave problème de Sécurité Nationale (du genre survol par des « drones » non-identifiés [et non terrestres] des sites névralgiques, centrales atomiques, camps et bases militaires, centres de recherches, lignes à haute tension, etc. )

     

    [Fin de l'année 1975, un Engin Ovoïde Volant Non-Identifié muni de Hublots a stationné au-dessus de l'Usine Nucléaire de Cherbourg ce qui est le plus ancien cas connu de la connexion Ovni/Nucléaire en France Métropolitaine avec celui de 1973 de la Hague (50) :

      CHERBOURG (Fin 1975). Samedi vers trois heures, alors qu'il travaillait à sa fournée de pain et jetait un coup d'oeil par une fenêtre de l'atelier, M. Roger Baudry , 44 ans, boulanger à Beaumont-Hague (Manche) n'en crut pas ses yeux.

    Au-dessus de l'usine de fabrication de plutonium, destiné aux têtes chercheuses des missiles armant les sous-marins à propulsion nucléaire de la force de dissuasion nationale, se tenait, immobile, un " ovni " rougeoyant, ayant la forme d'une montgolfière, muni de hublots aux couleurs changeantes.

    Fort intrigué et surpris par ce " spectacle ", M. Baudry, croyant être l'objet d'une illusion d'optique, appela son employé, M. Jean-Paul Hirard, 20 ans, et sortit de son lit son épouse pour venir regarder cette troublante apparition.

    Ces trois personnes, après avoir observé le phénomène, en ont conclu qu'il s'agissait d'une apparition de " soucoupe volante " et en ont informé la gendarmerie qui a ouvert une enquête.

    L'ovni , après être resté immobile pendant dix minutes, est parti à grande vitesse vers le Nord-Est.

    Il y a deux ans (1973), un autre "ovni " volant au-dessus du C.E.A. de La Hague avait été aperçu par trois pêcheurs à pied de Barneville-Carteret. Quelques jours après, la gendarmerie maritime enquêtait sur des combinaisons anti-radioactives qui avaient été retrouvées sur la plage. - A.P.]

    Sources : Journal belge "Le Peuple ", " La Meuse " ou " La dernière Heure " - https://www.forum-ovni-ufologie.com/t12848-ovni-au-dessus-d-une-centrale-nucleaire-cherbourg]

     

    [Soulignons à cette occasion la prédilection de certains OVNIS pour la « Fée Électricité » comme l'apparition des "Lumières de Séisme", "Électro Météroïdes", "Foudres en Boules", "Foo-Figthers", "Ghosts Rockets" ou comme ces  autres fameux « Cigares des Nuées », qui apparaissent au cœur des phénomènes orageux (d'où leur nom) … ce qui ...  avec ces derniers suggère fortement que les « Vortex Électro - Magnétiques dits Orageux » n'ont pas tous une origine forcément naturelle.]

     

    2 . / . Mais aussi une préoccupante question de Santé Publique (d'où proviennent ces substances radioactives ... et qui, ou quoi, provoque ces "traumatismes" physiques générés sur l'environnement, les plantes, les animaux - et aussi ces "troubles" d'ordre psychique - sur les humains ?  (Cf. : Les Pédo-Abductions. )

     

    3 . / . Et qu'une enquête ufologique (par définition) n'est jamais classée …

     

    4 . / . Et que malgré les désespérantes tentatives du SEPRA, pour évacuer les PANS, certains d'entre eux se rappellent à notre souvenir et visiblement laissent des traces, des marques ou des empreintes (les "cicatrices" de leur passage) ou se crashent y compris, dans le Territoire Normand & Franc.

     

    Plusieurs Témoins.

    Source : LDLN - Génpi - Sépra.

     

     

    Laulne - La Dignerie  (50) 

     

    L'Astrononie Stellaire !

     

     

    Laulne (50) - 05/01/1975 - vers 19 h

    Trace en forme de Fer à Cheval & Triangle au sol

     

     

    5 janvier 1975, Laulne (50), à " La Dignerie ", Yvon Vildier, 12 ans, sort vers 19 heures dans la cour pour uriner en allumant la lumière extérieure. Il voit alors à 120 m de la maison dans un champ, un engin bizarre : il n'en voit que le dôme percé d'un hublot jaune brillant, le reste étant caché par une haie. Il est frappé de stupeur et quelques secondes après l'objet s'est élevé en tournoyant jusqu'à 100 m de haut à la verticale. Il semblait être composé de 3 ou 4 étages, et il y avait dans la partie supérieure 5 hublots de la grosseur d'un bol. Trois pieds de 50 cm de haut semblaient être reliés au centre de la base pour former une assise et sont rentrés dans l'engin lors du départ. Il estime la grandeur à 15 m sur 3 m, de forme ovale. Sans les pieds la hauteur pouvait être de 4 m. Il est parti sur la gauche à grande vitesse. Durée de l'observation: 30 secondes. L'enfant est rentré commotionné, ne pouvant dire un mot tellement il a eu peur. Traces en forme de " U " et trois trous en Triangle au sol avec analyses effectuées. 01 Témoin Direct & plusieurs Indirects : Source : LDLN N°1 46 p. 6 à 10.

     

     

     

    Vue générale de la Trace en Forme de " U ", au centre l'herbe couchée.

    Enquête de M. Y. TOUROUL-CHEVALERIE

    LDLN N° 146

    https://archive.org/details/LDLN_lumieres_dans_la_nuit_pdf_collection/LDLN%20-%20No%20146/page/n3/mode/2up

     Vue générale des Traces en forme de " U ", Yvon Vildier marqué d'une Croix.

    Vue prise de l’endroit où se trouvait le jeune Vildier lors de son observation. Derrière la haie, emplacement de l’objet, à 120 m.

     

     

     Laulne, près de Lessay (Manche) le 5-1-1975


    par M. Y. TOUROUL-CHEVALERIE (Enquêteur n° 1422)

    (Extrait)

    Lieu de l’observation : Le lieu de l'observation de l'engin se situe à Laulne, près de Lessay (50), au lieu-dit « La Dignerie ». L’endroit est délimité par les CD 530, 430 E, 430 E 3. 197. Pour accéder au champ dans lequel est visible le point d’atterrissage il faut, à partir du CD 530 emprunter une voie sans issue (rue de la « Dignerie »), qui mène au domicile des Vildier et suivre sur une centaine de mètres le chemin communal dit rue des Juscries, qui est presque impraticable par temps de pluie.
    Le champ, à usage de prairie, a une surface de 8.000 m2 environ et mesure entre 13 et 14 m de largeur et de 50 à 60 m de longueur. Il est légèrement en pente, sa partie supérieure, orientée au N-O. Il est entouré de haies d’arbres d'une hauteur moyenne de 6 à 7 m. Deux barrières permettent d'entrer dans cet herbage : l'une au N-O, l'autre au N-E. Des vaches sont parquées dans la partie supérieure pendant la journée mais sont rentrées à l'étable la nuit.


    Elles sont retenues par une clôture électrique et n’ont pas divagué dans la partie inférieure, dont l’herbe est foulée uniquement à l’endroit où ont été relevées les traces. Il est à noter que le propriétaire des bovins accède à ce champ par la partie supérieure.


    Les traces sont visibles dans la partie inférieure du champ à 6,70 m de la haie N et 22,80 m de la haie E. A cet endroit l'herbe était couchée vers le bas du champ. On a l’impression que quelque chose a été posé dessus.

    On distingue tout d’abord une trace en forme de « U » dont les côtés seraient légèrement incurvés. Ce « U », dont l'ouverture est orientée vers le S-E, a le contour délimité par une traînée noirâtre, huileuse, de 1 cm de large et porte une forte odeur de pétrole ou d’un dérivé. Sur le côté droit de l’« U », en se plaçant au bas de l’« U », la traînée s'élargit pour former une bande de 0,13 m de large sur 1,15 m de long.


    A l'extérieur de cette limite, sur le côté droit, une empreinte est visible sur le sol. Sa forme est légèrement arrondie et sa profondeur dans le sol est de 0,03 m.


    Au fond de ce creux on voit des brins d’herbe qui semblent avoir été écrasés par la masse qui a provoqué la dépression.

    Deux traces identiques sont relevées sur le bord intérieur de l’« U ».

    Au centre de celui-ci, trois trous sont disposés en un triangle irrégulier. Ces trous sont de forme et de profondeur semblables. Leur fond est plat et les angles légèrement arrondis (voir croquis).

    On remarque aussi une coloration noire autour de ces trous, qui peuvent être assimilés aux empreintes des pieds observées par le jeune Vildier.


    L'herbe ne paraît pas brûlée et plusieurs jours après nos premières constatations aucun changement n’est intervenu. La couche superficielle de la terre arable (argileuse) semble n'avoir subi aucune transformation due à la chaleur ou à la présence de corps chimiques susceptibles d’avoir été dégagés par l’engin.


    Aucune autre trace que celles précédemment décrites n’a été relevée dans le champ.

      

    Le Blason des Stellaires

     

    Selon les Membres de la Confrérie des Sages du Nord, les Anciens nous ont transmis leurs connaissances sur les Portails Multidimensionnels, qu'ils nommaient les Portes Induites des Stellaires, en les encodant sur les normes géométriques qui structurent l'architecture des blasons qui décorent Traditionnellement les écus d'armes, dont la base géométrique est Triangulaire, les transformant ainsi, en Carte du Ciel, où les Anges sont devenus des Étoiles & les Dieux des Planètes.

    Il semble que ces Anges et ces Dieux, ou Stellaires ne nous ont pas oubliés, pour autant, et qu'ils nous visitent régulièrement avec leurs Engins Volant Non-Identifiés, que l'on confond régulièrement avec des Ovnis, en nous signalant, parfois, leur passage par de mystérieuses traces qu'ils impriment dans la Luzerne, et que l'on a fini, avec le temps, par identifier à des Agroglyphes porteurs de sens, ou Épiphanies.

    C'est ce que l'on peut lire sur les traces ou empreintes, découvertes suite à la Cratophanie dont le jeune Yvon Vildier a été le Témoin principal, le 05 Janvier 1975, à Laulne (50) en Normandie, vers 19h.

     

    Les Visiteurs du Soir

     

    L'Épiphanie, au Soir du 05 Janvier 1975 à Laulne (50), devient lumineuse dès lors que l'on applique le Code de Lecture Blasonné des Stellaires, en transposant le dessin et ses repaires, tracés au sol par la Soucoupe Volante vue par Yvon Vildier, sur la Carte du Ciel, à la géolocalisation du lieu & à l'heure de sa Cratophanie.

     

     

     

     En multipliant et en accélérant, depuis les années 1970, avec le Land-Art des Crop-Circles, cette écriture Hiéroglyphique (Symbolique & Sacrée), nul doute que nos Visiteurs Stellaires nous encouragent à rétablir  le Lien Perdu Noué par les Anciens, cette Hiérogamie du Ciel & de la Terre qui passe par l'Alliance des Hommes & des Dieux.

     

     

     

     

    Vacognes - Neuilly (14)

     

    Le Passage !

    Le Pronobum !

    Vacognes-Neuilly (14) - 22 avril 1974

    La Lune de Pâques - Ouverture du Portail de l'Équinoxe

    Dans la soirée du 21 avril 1974, plusieurs témoins ont observé le passage aérien d’une Sphère Ovoïde très lumineuse de plusieurs mètres qui les a survolés à basse altitude, ce qui les a fortement "impressionnés", et dans la nuit suivante, les résidents d’une caravane avaient été alertés par les aboiements anormaux de leur chien.

    Le lendemain des  Traces Inattendues au sol, environnées d'un brouillard bleu, sont découvertes, lundi 22 avril 1974, jour de la Nouvelle Lune, qui suit la Pleine Lune de l'Équinoxe de Printemps fixant le dimanche de la Fête de Pâques au 14 avril 1974.

     Ces deux Traces Annulaires, sous la forme d'une herbe calcinée et noircie, ont donc été découvertes, suite au survol d'un objet Ovoïde lumineux.

    Le Croissant de Lune !

     

    La première empreinte au sol, dans l’herbage du verger de pommiers exploité par Mr. Lemazurier, avait 50 cm d'épaisseur et quatre mètres de diamètre, tandis que la seconde, d’un diamètre de huit mètres, dans l’herbage de son voisin Mr Langlois, ne laissait apparaître qu’un demi cercle, en forme de Croissant de Lune (à titre d'Enquerre Astronomique), et s’arrêtant au niveau d’une haie d’épines, qui ne se prolongeait pas sur la voie vicinale, longeant cette haie, où aucune marque particulière n'était visible.

     

    Le Saigneur des Anneaux !

     

     L'apparition de ces Traces, reliée à l’Observation d'une Sphère Ovoïde très Lumineuse, qui a survolé à basse altitude le site, la soirée du 21/04/1974, (Ovoïde ou Oeuf de Pâques = Enquerre Formelle), confirme ce que les Anciens appelaient les Portes Induites, dont l'Ouverture est conditionnée par les Conjonctions Astronomiques, telle celle du Temps de la Fête de Pâques, dont le nom même dérive de pasaḣ renvoyant au Passage.

    Plusieurs Témoins.

    Source : Ouest-France du 25/04/1974 - Enquête & Photos Génpi.

     

     

     

    La Tranchée (14) 

     

      Le Crash !

    Photo en noir & Blanc du Cratère d'un diamètre de 150 m découvert en 1955

    par le propriétaire d'un pré dans la Vallée de la Dives (14)

    Une Traînée Lumineuse a été aperçue dans le ciel, suivie d'une forte explosion précédant la découverte par un fermier, au matin suivant,  d'un cratère dans l’un de ses prés qui était littéralement vitrifié sur une circonférence d’environ 150 m de diamètre, toujours visible en 2019,  dégageant un "brouillard violet".

    Si on crut tout d’abord à l’explosion d’un engin de guerre, on devait bientôt découvrir que des arbres distants de plusieurs centaines de mètres avaient été roussis.

    De plus, des éclats d’un métal inconnu trouvés sur place furent recueillis par les enquêteurs prétendument identifié à du Duralium.

    Autre anomalie, le cratère de 150 m de diamètre était entouré d'une multitude de cercle de terre retournée, de 1.20 m de diamètre, régulièrement espacés, tout autour de sa circonférence.

    Nombreux Témoins.

    Source : Archive Ufo - Génpi.

     

     

    (à suivre) 

     

    Nord - Man -Die !

     Tartan de la Normandie

    «  Le Normand est toujours en deçà de la vérité ! »

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :