• Les Manifestations Surnaturelles en Normandie (01)

     

    Les Ovnis et les Surnaturels

     

    Mise à jour de la carte le 22/12/2021 

     

     

    « Les âmes vagabondes ou les intrus ce sont des extraterrestres nuisibles capables de s’infiltrer dans « l’intelligence » de certains individus malléables qui ne présentent qu’une faible résistance psychologique, et qu’ils contrôlent alors, complètement, le temps de mettre en œuvre leur mission de sape et de ruine. Ce sont les parasites, les pirates de la création, qui ont des vues sur notre planète. »

    [Les gîtes secrets du lion, George Hunt-Williamson, 1958] 

     

     

    « Richard, Cœur de Lion, Duc de Normandie et Roi d'Angleterre, disait souvent : Du Diable nous venons, au Diable nous retournerons. 

    Il descendait véritablement d'une lignée maudite. Un de ses ancêtres, Foulque le Rouge, avait bien épousé une sorcière, et le Duc Robert était un Enfant du Diable.

    On lit dans le Liber Nige : 

    Au cours de la 3é Croisade (1189-1192), faisant le siège de Saint-Jean-d'Acre, Richard, Cœur de Lion, releva le courage de ses troupes en remettant à certains de ses officiers une jarretière de cuir, qu'ils se mirent autour de la jambe ; cette pratique venait des sorcières qui passaient leur jarretière, autour de la jambe de leurs victimes, pour les ensorceler. »

    [Le dieu des sorcières]

     

     

    « La présence des ovnis étant prouvée, et, l'ingérence des créatures polymorphes endo-exogènes enfin reconnue, il nous reste maintenant à démontrer l'existence des visiteurs extraterrestres. »

    [Guillaume Chevallier] 

     

     

     

    «  Le Pouvoir Politique est assujetti à l'Autorité Religieuse qui est inféodée à la Puissance Occulte. »

    [Le Tricéphale - Bellator]

     

     

    Le Tricéphale 

     

     

    « Les politiques sont les métayers et les religieux les fermiers généraux de nos colonisateurs célestes. »

    [Les Têtes de l'Hydre - Guillaume Chevallier]

     

     

    Le Transformisme Endogène-Exogène

     

    Guillaume Chevallier

     

     Les contacts, les rencontres rapprochées et les communications avec les représentants de l'autre monde ont impacté notre histoire, en se différenciant formellement et afin de diriger la doxa culturelle dominante.

    Au cours des périodes préhistoriques et antiques, ce fut les croyances religieuses aux dieux, puis le temps des terreurs superstitieuses de la magie des sorciers et des sorcières, époque de l'anti-démonologie, qui a connu son paroxysme hystérique, avec la Réforme, au XVIIe siècle, à laquelle a succédé l'illusionnisme de l'ésotérisme kabbalistique et le culte de l'occultisme hermétique, propre à la Renaissance, allumant les lueurs crépusculaires de la Révolutiondont le magnétisme, le spiritisme, le magico-chamanisme du New-Age/Para-Science, et, pour finir, l'extratologie-éthérée ufologique, sont les ultimes reflets aveuglants et illusionnistes.

    Au delà de ces apparences, et avant de se dissimuler sous les formes fictives des petits diablotins-lutins des petits gris, des Men-In-Black, et autres créatures hybridés des rencontres rapprochées ovnis modernes, les représentants Métamorphes de l'autre monde, ont manifestement pris un malin-plaisir à adopter les panoplies, aussi variées que trompeuses, des créatures soi-disant divines, angéliques et démoniaques.

    L'analyse structurelle, la corrélation formelle et l'étude statistique des phénomènes de hantise, de possession démoniaque, ou d'apparition diabolique, ou même faussement mariale, le démontrent abondamment.

    En effet, les occurrences manifestées, les emprises psychologiques et physiques, sont structurellement identiques, et les parallèles sont d'une évidence indiscutable chez les témoins/expérienceurs, les abductions-visites en chambre/rapts et visites nocturnes démoniaques, les paralysies temporaires/immobilisations mystérieuses, les communications télépathiques/voix intérieures, les implants, marques/épines-aiguilles cicatrices, les lieux ovnigènes/lieux hantés, les apparitions lumineuses ovnis/manifestations lumineuses diaboliques, les portails multidimensionnels/voyages hors du temps présent, les transports géographiques/déplacements surnaturels, les rapports sexuels des RR6 classe B/ rapports charnels avec les succubes et les incubes, les hybridations alien-humain/enfants du diable, les extraterrestres polymorphes/créatures métamorphes démoniaques, les crop-circles/cercles des fées, les traces et objets matériels/empreintes et apports surnaturels, les mutilations de bétail/sacrifices mutilations d'animaux, etc. comme l'illustrent suffisamment les descriptifs et la cartographie des apparitions ufologiques et des manifestations surnaturelles en Normandie (plus de 50 % des sites ovnigènes sont géolocalisés sur les clusters des phénomènes surnaturels).

     

    Les Manifestations Surnaturelles en Normandie (extraits)

     

     

    01 - Airan (14) - Magie

     

     

    Le 20/07/1630, Aubry de Cosseville, a été accusé et condamné comme Sorcier : à Airan (14), il s'était adressé au soleil, et lui avait dit : Couvre-toi et un nuage avait obscurci le ciel ; il avait dit ensuite Montre-toi et le soleil était réapparu. On trouva une queue de loup dans son bissac et on pensa qu'il était un de ceux qui allaient au sabbat ; il eut la chance de s'en tirer avec trente livre d'amende et l'obligation de faire amende honorable.

    Source : Lesage - A travers le passé du Calvados, 1975.

     

     

    02 - Alleaume (50) - Transformisme

     

     

    Vers 1850, à Alleaume (50). Un homme peu expérimenté se livrait à des pratiques de sorcellerie. S'étant transformé en cochon, il ne put se rappeler la formule lui permettant de redevenir normal. Sa femme, très dévouée, courut chercher le curé Thomas qui le trouva gémissant  sous un meuble. Les exorcismes parvinrent, parait-il, à lui faire retrouver sa forme humaine et il jura qu'il ne recommencerait jamais ses sorcelleries. 

    Source : Le Tenneur René - Magie Sorcellerie et fantastique en Normandie -1979.

     

     

    Servigny (50) - Mutilations  / Transformisme au XIXe siècle

     

    1899 : Un riche fermier de cette commune entendait chaque nuit ses chevaux hennir anormalement ; le matin il les trouvait blessés par des morsures. Il s'embusqua un soir, à proximité, et à minuit il vit arriver au galop un grand cheval noir qui se jeta sur les autres bêtes et les mordit cruellement. Le fermier n'hésita pas et d'un coup de fusil étendit le cheval noir, tué raide. Quelle ne fut pas sa douleur quand, au fur et à mesure que le sang de la bête s’écoulait, il vit la forme humaine initiale réapparaître et il reconnut son fils cadet qu'il venait de tuer.

     Source : A. Marquez Le Bouais Jan 1899.

     

     

     

    04 - Tourville sur Sienne (50) - Transformisme

     

     

    Au milieu du XIXe siècle, le sieur Douville, fermier du Haut-Manoir, voyant ses bêtes mourir anormalement, ses récoltes pourrir, ses arbres se dessécher, comprit qu'il était victime d'un sorcier ; le sieur Douville savait qu'un sorcier pouvait revêtir la forme d'un animal mais conserver son poids initial, ayant remarqué un chat noir inconnu, il scia le barreau d'une échelle aux 3/4, après plusieurs soirs d'attente, le fermier vit le chat grimper à l'échelle, le barreau céda et l'animal tomba lourdement : Douville lui écrasa la tête d'un coup de talon et stupéfait, il vit qu'en s'écoulant le sang laissait réapparaître la forme première : c'était celle d'un sorcier de Gratot (50) nommé Lecoq qui, tout le monde le savait, voulait le ruiner afin d'obtenir à bon compte la ferme du Haut-Manoir (50).

     Source : A. Marquez Le Bouais Jan 1899.

     

    05 - Vassy (14) - Sabbat

     

     

    XVIIe siècle : dans les environs de Vassy (14) on vit un sabbat en plein jour, un dimanche pendant la grand-messe ; il était présidé par le Diable, sous la forme d'un noir avec un énorme appendice caudal.

    Source : Le Tenneur René - Magie Sorcellerie et fantastique en Normandie -1979.

     

     

    06 - Le Vivier - L' Hôpital - Vassy (14) - Hantise / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique
     

      
     
    XXe siècle : Au Vivier, sur la paroisse de Vassy (14), près de l'ancien manoir Templier de Courval, dit l'Hôpital, des lueurs anormales apparaissent et on entend des gémissements, des sanglots. 
     
    Source : Le Tenneur René - Magie Sorcellerie et fantastique en Normandie -1979.
     
    La commanderie des Templiers de Courval - Vassy (14)

    Les Chevaliers du Temple vécurent dans cette Commanderie jusqu’en 1308. La légende raconte que lorsque la nuit et la brume tombent sur la vallée, des lueurs semblant descendre du ciel apparaissent. D’étranges silhouettes de chevaliers chevauchant leurs montures feraient également leur apparition. On raconte qu’un jour, un cercueil de pierre blanche fut découvert sous un arbre dans le plant de la ferme qu’entourait l’oratoire de la chapelle Notre-Dame : on y découvrit un superbe chevalier, sa lourde épée gisait à ses côtés, comme autrefois… Tout fut remis en place et la fosse fut comblée. L’âme de ce cavalier d’un autre temps errerait encore aujourd’hui les lieux.

     Source : la Voix - Le Bocage, du 22/02/2016.

     

     07 - La Chapelle-Biche (61) - Revenant

     

     

    A un kilomètre du bourg de la Chapelle-Biche (61), existait au XIXe siècle, une croix au Cavalier. Elle avait été dressé à l'endroit où un jeune seigneur de la famille de Flers avait été lâchement assassiné. Longtemps on aperçut là un jeune cavalier nocturne, monté sur un cheval blanc et exhalant des gémissements.

    Source : Le Tenneur René - Magie Sorcellerie et fantastique en Normandie -1979.

     

     

     08 - Saint-Martin-d'Audouville (50) - Crop-Circles

     

     

    Vers 1910, au pied du tumulus de Saint-Martin-d'Audouville (50), en bordure de la Sinope, les matineux pêcheurs de truites remarquaient souvent que l'herbe était piétinée en rond par de nocturnes visiteurs. On dit qu'il s'agissait de la trace de revenants qui, sous la conduite de l'Homme du Fleuve, génie sorti du fond des eaux, étaient venus danser sur les bords de la rivière

    Source : Abbé Lecanu - Histoire de Satan.

     

     

     09 - Varaville (14) - Crime Rituel / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

     

     

     

    En novembre 1960, Camille Anne, 45 ans, dit Œil de Verre, pêcheur de coques, habitant Varaville (14), fut retrouvé mort, nu, sur le bord d'une crevasse remplie d'eau (trou de bombe de la dernière guerre). Son visage était défiguré par une énorme plaies du nez au menton, d'autres blessures se voyaient sur le thorax. Une ceinture noire lui serrait la taille. Découverte étrange : la veste, le bleu de travail, le chandail bleu du mort étaient soigneusement retournés. On trouva à côté deux peignes ébréchés et un bout de corde. Anne vivait dans un blockhaus de 1944, en compagnie de plusieurs hommes et femmes, où il se passait des choses étranges en rapport avec le Diable et la magie noire ; après avoir sacrifié un homme, on retourne ses vêtements afin d'annihiler sa personnalité ; la corde symbolise le sexe, les deux peignes le cerveau de la victime : en jetant ces objets au fond de l'eau, le sorcier a voulu détruire complètement l'âme du sacrifié, au cours de ce crime rituel, des vêtements retournés (rituel des vêtements retournés dont les abductés ufologiques sont les victimes).

    Source : Journal : L'Aurore du 21/11/1960.

     

     

     10 - Tilly-sur-Seulles (14) - Apparitions Mariales / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

     

     

     

    En 1896, le 18 mars, et souvent depuis lors, la Vierge, y apparut dans un arbre, au champ Lepetit. De nombreuses personnes en témoignèrent, des mystiques eurent des extases et réussirent des guérisons. On accourut de toutes parts et beaucoup furent convaincus. Une Dame J. M., sous la foi du serment, déclara et écrivit : quelque chose s'enroulait autour de l'arbre en prenant la forme d'une statue recouverte d'un voile léger ; la figure est animée, les yeux sont flamboyants, le rire ironique ; tout l'ensemble de la physionomie effrayante à voir ; la Dame interrogea l'apparition : Qui êtes-vous ? et j'entends une voix très distincte me répondre : Légion. Au même moment, je vois un croissant qui se forme à la hauteur des pieds et dans ce croissant une multitude de têtes plus ou moins grimaçantes. Mais vous êtes donc des démons ? Et pourquoi prenez-vous cette forme ? Pour tromper la crédulité publique. Que voulez-vous ? Des hommages.

    Source : Le Tenneur René - Magie Sorcellerie et fantastique en Normandie -1979. La revue du monde invisible, 1898-1899.

     

     

    11 - Hérouvillette (14) - La Demoiselle de l'Aiguillon

     

     

     

    XVIIe siècle : Lavandière nocturne, accroupie sur la pierre polie de son lavoir lavait les linceuls des morts ; les passants survenant étaient obligés de tordre leur linge et si, terrifiés, ils s'y prenaient mal, elle leur cassaient les bras.

    Source : Tondriau et Villeneuve - Dictionnaire du Diable.

     

     

    12 - Agon-Coutainville (50) - Apparition / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

    La BD des Ovnis - Planche 17 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (1) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com) 

     

    Au XIXe siècle, à Agon-Coutainville, au lieu-dit La Croix Fleurie, existait un calvaire qu'on dut enlever pour ouvrir un chemin. On y découvrit deux corps. Depuis ce jour, à minuit, par temps sombre et pluvieux, on voit souvent apparaître un homme portant une poule noire sous son bras gauche et qui crie : Poule à vendre ! Le passant attardé qui a le malheur de l'acheter, meurt dans l'année.

     Source : A. Marquez Le Bouais Jan 1899.

     

     

    13 - Saint-Côme-du-Mont (50) - Exorcismes / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

    La BD des Ovnis - Planche 17 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (1) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com) 

     

    1915-1917, un dimanche, selon les dires du nommé André Samson, alors enfant de chœur à l'église de Saint-Côme-du-Mont (50), l'eau du bénitier se mit à bouillonner chaque fois qu'un fidèle y trempait la main. L'évêque de Coutances est venu procéder à des exorcismes.

     Source : Lettre de M. G., du 14/12/1975.

     

     

    14 - Le Havre (76) -  Poltergeist / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

     La BD des Ovnis - Planche 17 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (1) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    En 1970, au Havre (76), dans un café-restaurant de la place Danton, les assiettes, les verres, les vitres se brisaient spontanément ; d'elles-mêmes les fourchettes quittaient les tables pour aller se piquer n'importe où, risquant de blesser quelqu'un ;  les bouteilles, se promenaient au plafond ; différents objets étaient projetés contre les murs ou paissaient au travers des fenêtres. Sans aucune raison apparente trois commencements d'incendie eurent lieu dans la cuisine.

    Les phénomènes s'étaient déclenchés depuis le jour où un ouvrier anglais, Halrolde, était venu effectuer des travaux de peinture à l'intérieur du restaurant, en compagnie de son jeune fils âgé de 14 ans. Les spécialistes déclarèrent une fois de plus que c'était ce jeune garçon qui, inconsciemment, serrvait de support à ces extraordinaires manifestations. Il est certain que, du jour où le garçonnet fut éloigné, tout rentra dans l'ordre.

    Source : Paris-Normandie du 3o/11/1970.

     

     

    15 - Fourges (27) - Esprits Souterrains 

     

     

    En 1877-1878, le vicomte de Pulligny faisait effectuer des fouilles sous le tumulus de la butte du Bois-Roger, commune de Fourges (27). Des chambres mortuaires y avaient été précédemment découvertes, mais sans suite, car l'on y entendait la voix des esprits souterrains. Un ouvrier, reprenant les travaux, est descendu à neuf pieds, quand il remonta précipitamment. Ayant enfoncé une gaule pour sonder le terrain, lorsqu'il voulut l'enlever, il sentit qu'on la tirait par en bas. Plus il faisait d'efforts pour la remonter, plus elle descendait ! Ce n'est pas tout ! Une voix était sortie du sein de la terre par le trou, elle disait Hou ! Hou ! Hou ! Inutile de dire qu'aucun ouvrier des environs ne voulut continuer ni pour or, ni pour argent.

    Source : De Pulligny- L'Art préhistorique dans l'Ouest - Recueil des Travaux de la Sté Libre d'Agriculture et d'Art de l'Eure - 1879.

     

     

     16 - Martinvast (50) - Dame Blanche Sophie de Beaurepaire

     

     

    2012 : Une équipe de télévision de la série Spirit Investigation du producteur Sébastien Balsön a invité le mentaliste Stanislas Delorme qui s'est installé dans la chambre à baldaquin du château de Martinvast de Beaurepaire et a vu une jeune femme, comme une Dame Blanche, qui lui paraissait floue et s'appeler Sophie qui lui soufflait : Arrête de m'appeler comme cela. A l'étage, des voix venues de l'au-delà ont été enregistrées sur magnétophone.

    Source : Promenade insolite : les fantômes du château de Martinvast, Bertrand Dumas-Pilhou, La Manche Libre du 17/05/2012.

     

     

     17 - Éculleville (50) -  Apparitions de La Roue Ferrée

     

     

    XVIIe siècle : Nord de la presqu'ile du Cotentin, on vit à Éculleville, entre Cherbourg et la pointe de la Hague, une roue ensorcelée, La Roue Ferrée qui, la nuit, dévalait à toute allure la côte de la Croix.

    Source : Le Tenneur René - Magie Sorcellerie et fantastique en Normandie -1979.

     

     

     18 - Cahagnes (14) -  Pacte avec le Diable

     

     

    Vers 1870, on arrêta à la Vallée Sainte Croix, près de Lisieux (14), un marchand de moutons porteur d'un pacte satanique ainsi libellé : Moy soussigné Charles Marie, de la paroisse de Cahagnes (14), reconnais avoir fait pacte et marché avec le Diable. On sait rien de lus sur les agissements de ce sorcier.

     Source : A. Marquez Le Bouais Jan 1899.

     

     

    19 - Fourmetot (27) -  Poltergeist / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

     La BD des Ovnis - Planche 17 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (1) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    En 1936, Mme Alexandre Béranger, âgée de 76 ans, habitait une chaumière à Fourmetot (27), en compagnie de son fils âgé de 42 ans : une petite bonne, Suzanne Bocquet, les servait. Le 30 janvier, Mme Béranger, assise tranquillement dans son fauteuil, vit tout à coup sa vaisselle, ses verres, ses casseroles, se mettre à s'agiter, puis exécuter une sorte de ronde avant de s'abattre bruyamment sur le sol ; la suspension dégringola à son tour. La petite bonne s'empressa d'aider sa maîtresse à réparer le désordre, mais à peine remis en place les casseroles retombaient, les verres se renversaient. Le calme parut enfin se rétablir peu à peu, mais le lendemain la petite servante dit soudain à sa patronne : gârous, maîtresse, v'la la grand broche qui brainle tout'seû, o pourrait bi vous biéchi ! effectivement la longue broche à rôtir, posée au-dessus de la cheminée dans dans le vieux porte-fusils, se mettait à tressauter puis, se dégageant, partit d'un trait se ficher dans le buffet. Aussitôt après, des charbons incandescents jaillirent de l'âtre et tombèrent sur Mme Béranger ; heureusement, la jeune Suzanne s'en rendit compte à temps, évitant à sa maîtresse peu agile de sérieuses brûlures.

    Le fils Béranger vit une casserole se mouvoir toute seule sur une table ; une femme de ménage Me Lacaille, vit également, dit-elle : une castrolle se décrocher d'elle-même du mur. Pendant toute une semaine, des manifestations incroyables furent constatées : un dessous de plat se mit à tressauter et bondit au travers des glaces d'un beau buffet, les vitres de la cuisine volèrent en éclats, une table se dressa toute droite et se coucha après plusieurs sursauts, une autre table cependant maintenue par quatre poignes solides, se mit à frémir et à s'agiter comme sous l'influence d'une crise épileptique.

    On avait utilisé l'eau bénite mais celle qu'on avait étant très vieille, on pensa que la bénédiction pouvait être évaporée ! A quoi bon appeler les gendarmes, En définitive, on allait faire venir un désenquéraudeur réputé dans le pays, quand les parents de la petite Suzanne, redoutant de laisser leur enfant dans un tel milieu, vinrent la chercher et l'emmenèrent.

    Dès lors, les manifestations inexplicables ne se reproduisirent plus ; des spécialistes virent là une nouvelle confirmation de l'influence magique de certains adolescents.

     Source : Journal de Pont-Audemer, des 02 et 09/02/1936.

     

     

    20 - Anisy (14) - Les Métamorphes

     

     

     

    1910/1936 : une dame C., de Caen, avait un oncle qui, disait-elle, grâce à des livres avait la faculté de se transformer en corbeau pour ennuyer les gens. Il tenait  cette faculté de son père qui, lui-même, se transformait en chouette. Un jour, métamorphosé en corbeau, il s'introduisit dans un intérieur où, faisant semblant de chercher une issue, il vola à tort et à travers dans la maison, brisant de nombreux objets. Les victimes, se doutant de l'identité du coupable, l'attendirent le lendemain au détour d'un chemin et lui donnèrent une raclée, je ne vous dis que ça ! Il ne recommença pas et mourut en 1936 à Anisy (14) où il exerçait encore ses talents.

    Source : Marthe Moricet - Annales de Normandie T.2 - 1952.

     

     

    21 - Pacy-sur-Eure (27) -  Visiteur en Chambre / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

     (voir carte sur : La BD des Ovnis - Planche 18 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (2) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    En 1963, chez un garde-barrière de Pacy-sur-Eure (27) se produisirent, chaque nuit et pendant plusieurs mois, des bruits insolites, ôtant tout sommeil aux habitants ; il fut impossible d'en découvrir la cause. Chose curieuse, ces bruits s'entendaient à des heures absolument fixes, commençant à 21 h 30 pour se terminer à 02 heures du matin. Le garde-barrière et les siens étaient au bord de la dépression nerveuse, d'autant plus qu'une nuit, la jeune Roselyne, âgée de 14 ans, assura avoir vu un fantôme aux yeux cruels pénétrer dans sa chambre. Le chien aboya, ce qui, fit disparaître le spectre.

     Source : Daniel Réju - Fantômes et maisons hantées.

     

     

    22 - Houesville (50) - Sortilège

     

     

    A l'orée des années 1970, un domestique de ferme dit un jour à un habitant du proche village du Pommier : Ce soir, vous ne pourrez pas traverser le carrefour de la Mendicité où vous passez tous les soirs !. En effet, l'habitant du Pommier vit, audit carrefour, un abreuvoir barrant le chemin. Un autre habitant ayant réussi à le franchir, le jeune domestique, jeteur de sorts, tomba malade, sans doute par l'effet du choc en retour.

    Source : Rémy Villand - Houesville (50) - Bulletin Société d'Archéologie et d'Histoire de la Manche - Fasc 10 - 1969.

     

     

     23 - Rémilly-sur-Lozon (50) - Crash de Rien / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

    (voir carte sur : La BD des Ovnis - Planche 18 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (2) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com) 

     

    XVIIe siècle : Un globe de feu, assez volumineux, apparaissait chaque soir au-dessus du marécage, près de la grange de Mons ; appelé pour cela Feu de Mons ; il s'élevait dans les airs, semblait se promener au-dessus des prairies, puis disparaissait. Un jour, le Feu de Mons s'avança jusqu'au bourg et s'abattit dans un jardin assez proche de l'église ; on n'en trouva ensuite aucune trace.

    Source : Abbé Bernard - Notes sur Rémilly-sur-Lozon (Micro-film Arch. de la Manche).

     

     

     24 - Balleroy (14) - La Dame Blanche de Balleroy

     

     

    A la sortie de Ballreroy (14), le spectre d'une jeune femme de même pas 20 ans apparaît régulièrement aux automobilistes par nuit pluvieuse ; faisant du stop, la jeune femme, tout de blanc vêtue, est prise à bord et demande à être conduite chez elle, au hameau voisin, situé dans la forêt de Cerisy, pour retrouver sa mère. Au moment de traverser le dernier carrefour de Balleroy, la jeune femme succombe à la panique puis s'évapore.

    Le croisement de l'embranchement est connu pour sa dangerosité, et c'est là même que la jeune femme perdit la vie violemment en 1960, dans un accident de la route, percutée de plein fouet par un chauffard qui lui grilla la priorité.

    Source : Le livre des Dames blanches - Stéphanie Del Regno - 2017.

     

     

    25 - Montimer (61) - La Jeune Fille Électrique

     

     

    Le 15 janvier 1846, une jeune fille de Montimer (61), Angélique Cottin, âgée de 14 ans, ouvrière en gants de filet de soie, travaillait au milieu de ses compagnes. Le fuseau qu'elle tournait tranquillement s'arracha brusquement de ses mains et vola au loin ; ce fuseau, repris, s'envola de plus belle et, depuis ce moment, la jeune fille fut l'objet de phénomènes extraordinaires. Sitôt qu'elle s'approchait des meubles, même des plus lourds, ceux-ci s'écartaient, les objets en fer, pelles, pincettes, s'éloignaient rapidement, de même que les livres. Deux ou trois hommes des plus forts ne peuvent retenir la chaise sur laquelle elle veut s'assoir. Pendant des jours les mêmes faits insolites se reproduisent. On pensa à une cause électrique. Le savant Arago, secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences et deux de ses collègues, Mathieu et Laugier, vinrent alors à Montimer, constatèrent les phénomènes merveilleux et repartirent convaincus. Le docteur Tanchon, rapporteur, fut encore à même de vérifier une partie des manifestations. Certains étaient convaincus qu'il y avait chez cet enfant une autre puissance que l'électricité, l'Académie décida finalement qu'il n'y avait pas lieu de s'en occuper. Malgré les divers réclamations : Angélique Cottin n'existait pas pour les scientifiques : le cas de la jeune fille électrique ne fut jamais éclairci. 

    Source : Emile Tizané - Sur la piste de l'Homme inconnu.

     

     

    26 - Abbaye de Mortemer (27) - La Louve-Garou

     

     

    01/01/1884 : Roger Saboureau, métayer, chassait dans la forêt de Lyons (27) (qui entoure le domaine de Mortemer), quand soudain, deux yeux jaunes le fixent. Il vit alors apparaître une énorme louve. Effrayé, il tire et tue l'animal. À l'aube, revenant sur les lieux, il découvre avec horreur le cadavre ensanglanté de sa femme. Il avait tué une garrache, femme ensorcelée qui, les nuits de pleine lune, parcourt la campagne sous la forme d'une louve comme punition pour ses péchés. Elle serait condamnée ainsi à tourner 7 fois autour de 7 villages.

    Le Chat Goublin (Eul Cat Goublin en normand) de Mortemer, est un chat qui est en réalité un lutin qui prend l'apparence de cet animal pour garder le trésor dont il a la charge. Souvent, il n'est pas rare de croiser des chats errants dans les ruines, il n'y a qu'à les suivre.

    Selon une légende locale, une Dame Blanche viendrait hanter régulièrement les ruines de l'abbaye de Mortemer. Il s'agirait de Mathilde L'Emperesse, fille d'Henri Ier d'Angleterre et héritière malheureuse du trône de son père. Elle aurait séjourné dans l'abbaye dans sa jeunesse, voire y aurait été enfermée (ou emmurée !) par son père durant cinq années en punition de mœurs prétendument dissolues.

    Cette légende eut un regain d'intérêt dans les années 1990, lorsqu'une journaliste du nom de Muriel Motte prétendit avoir photographié, à plusieurs reprises, un spectre hantant les ruines la nuit. 

    Un lavabo du XIIe siècle se trouve dans le musée des légendes et des fantômes. C'est là que les moines se lavaient. Aujourd'hui, on raconte que cette eau est magique : si les jeunes filles en quête d'un mari y jettent une épingle à cheveux, elles seront sûres de trouver un homme l'année suivante. Certaines visiteuses ont tenté leur chance et, sont revenues un an après avoir fait ce geste, avec un mari ! Alors, fruit du hasard ou agissement de sainte Catherine ? Tous les ans, l'abbaye organise des manifestations à l'occasion de la fête de sainte Catherine pour les célibataires.

    Sous la Révolution Française, il n'y avait plus que quatre moines à Mortemer. Mais les révolutionnaires les pourchassèrent dans tout le domaine, les accusant d'être les affameurs du peuple, pour enfin les assassiner tous les quatre dans le cellier dont les murs gardent encore aujourd'hui les images du terrible massacre. On dit que leurs âmes en peine ne seraient toujours pas parties de l'abbaye. Pendant les deux guerres mondiales, des Anglais ont cru les apercevoir dans la forêt entourant Mortemer.

    Source : Légendes de Mortemer - Wikimonde.

     

     

    27 - Brix (50) - Revenant / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique 

    (voir carte sur : La BD des Ovnis - Planche 18 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (2) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com) 

     

    En mars 1830, une femme de Brix (50) vit un revenant qui réclamait une messe dans la chapelle de Saint-Jouvin. La femme fit dire cette messe et, pendant l'office, elle vit le revenant près d'elle : à la fin de la messe elle aperçut un pigeon blanc qui volait au-dessus de l'autel. Ayant éprouvé de violents symptômes, on dut l'emporter au travers de la foule qui remplissait la chapelle.

    Source : P. Le Fillastre - Annuaire de la Manche - 1832.

     

     

    28 - Carentan (50) -  La Passagère / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique 

    (voir carte sur : La BD des Ovnis - Planche 18 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (2) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    Vers 1820, une extraordinaire aventure arriva à un voiturier normand. Conduisant son véhicule d'Isigny-sur-Mer (14) à Carentan (50), il aperçut, près du lieu-dit La Fourchette, une jeune femme assise, pâle, au bord de la route. Elle demanda à monter et chemin faisant on parla ; la femme, avec exaltation, dit, sur le sort de la France, des choses que le voiturier ne saisissait pas toujours. Et soudain : Voyez cette carriole qui roule devant nous, s'exclama-t-elle ! Ce que je vous dis est aussi vrai qu'un homme est mort maintenant dans cette voiture. Allez-y ! Le roulier courut à la carriole et trouva le conducteur raide mort ; les chevaux, obéissant à l'habitude, continuaient leur chemin sans guide. Revenu aussitôt à son véhicule, le roulier stupéfait constata que l'inconnue avait disparu : à sa place se trouvait un petit crucifix d'ébène.

     Source : Le Momus Normand - 1932.

     

     

    29 - Luc-sur-Mer - Saint - Quentin (14) -  La Dame Blanche du CHU / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

     (voir carte sur : La BD des Ovnis - Planche 18 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (2) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com) 

     

    Depuis 1970, on la rencontre à proximité d’un arrêt de bus situé à Caen, sur la route de Douvres-la-Délivrande, juste après le C.H.U. Âgée d’une trentaine d’années, elle prétend rentrer chez elle à Luc-sur-mer. Elle ne dit mot pendant les quatorze kilomètres du trajet, mais devient fébrile à partir du village de Mathieu, puis s’affole littéralement à l’entrée de Luc. "Faites attention, le virage est traître !" prévient-elle le conducteur. C’est inutile de chercher à la calmer, car une fois la courbe négociée, le siège du passager est vide. Cet endroit fut plusieurs fois le cadre d’accidents mortels, dont celui d’une jeune femme en 1970.

    Source :  normandie-heritage

     

    30 - Gouberville (50) - La Chasse Hennequin

     

     

    Étant à Gouberville (50), le vendredi 14 avril 1553, Symonnet et Moysson furent de nuit à la chasse. Quand ils en revinrent et dirent qu'ils avaient entendu la chasse Helquin au Viel Bosc ; les chasses aériennes, procession nocturne de damnés, se déroulant aussi sur terre.

     Source : Le Tenneur René - Magie Sorcellerie et fantastique en Normandie -1979.

     

     

    31 - Martin-Église (76) - Lady Mutilée

     

     

    Le 06 juin 2020, à Martin-Église(76), près de Dieppe (76), Pauline Sarrazine, 23 ans, a retrouvé sa jument Lady agonisante dans son pré. L'animal était défiguré, on aurait dit de l'acide, et avec une oreille coupée.

     Source : Informations Dieppoises du 26/06/2020;

     

     32 - Banvou (61) - Pluies de Pierres

     

     

    Vers 1880, à Banvou (61), hameau du Plessis, des pierres lancées avec fracas s'abattirent, chaque nuit, dans la chambre de deux garçons, qui avaient hérité de leur tante, Mlle D., à condition de faire dire des messes à son intention, dont ils ne s'acquittèrent pas, dans les trois semaines suivant son décès. Chose étrange, ils constatèrent que les pierres, au lieu de briser les vitres, faisaient emporte-pièces, laissant des trous dont le nombre correspondait au nombre de messes promises. Perdant le sommeil, les deux parjures allèrent trouver le curé, les messes furent dites et le calme revint.

    Source : Bulletin Société Historique et Archéologique de l'Orne, 3è tr. 1954.

     

     

     33 - Torchamp (61) - Le Pâtre-Sorcier  / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

    (voir carte sur : La BD des Ovnis - Planche 18 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (2) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com) 

     

     

    Vers 1870, vivait dans la région de Bagnoles-de-l'Orne (61) un pâtre-sorcier nommé Bridonne qui allait de village en village, toujours accompagné de sa louve, Finette, que l'on craignait tous les deux. Toutes les poules de la contrée moururent inexplicablement. On pensa aussitôt au sorcier Bridonne qui se trouvait à Ceaucé (61). Plusieurs paysans courageux se mirent à l'affût : un soir, l'un deux aperçut dans le cimetière de Torchamp une forme noire et un loup qui grattait la terre sur une tombe fraîche. Le paysan n'hésita pas et lâcha ses deux coups de fusil. Tout disparut dans la nuit. On revit plus ni Bridonne ni sa louve ; l'épidémie cessa. A quelques temps de là, des bûcherons trouvèrent dans une cabane des bois du mont Margantin, un cadavre méconnaissable, devenu noir et sec comme une momie. On pensa qu'il s'agissait du sorcier Bridonne.

    Source : Revue de Bagnoles de-l'Orne, N° 162, 1938.

     

     

     34 - Héricourt-en-Caux (76) - Jador Your Life Mutilé

     

     

    Mi-juin 2020, près de Luneray (76) le vétérinaire d'un éleveur de chevaux de sport, Alain Comalada, a retrouvé son poulain Jador Your Life, qu'il gardait dans son cabinet, avec une entaille entre l'épaule et le poitrail ; cinquante points de suture ont été nécessaire pour soigner l'animal qui souffre encore. 

    Source : France Bleu Normandie - Favien Groyer - 23/08/2020.

     

     

    35 - Le Château du Tourneur (14) - Poltergeist 

     

     

    De 1867 à 1876, le Château des Noyers au Tourneur (14), fut le théâtre de faits étranges qui furent notés, au jour le jour, de façon très détaillé par la cuisinière du château, Célina Desbuissons. On entendit au château, des bruits anormaux, des coups, dont l'origine ne put être décelée. En 1867,  par exemple, une nuit d'octobre, cinq personnes ne purent dormir normalement : jusqu'à minuit de violents coups ébranlaient les planchers, les murs, des bruits étranges se produisaient dans les escaliers et les corridors. Un soir, un vacarme épouvantable se fit entendre pendant une heure ; on fit des rondes en compagnie d'un chien, sans aucun résultat. Pendant près de dix ans les bruits insolites continuèrent à être perçus par de nombreuses personnes.

    Le célèbre astronome Camille Flammarion, adepte du spiritisme, rapporta : un soir la châtelaine Mme de Manneville voulant entrer dans une des chambres hantées où des bruits formidables ébranlaient les murs, avançait la main pour ouvrir lorsqu'elle vit la clé se détacher de la serrure et venir la frapper violemment à la main, comme le confirmèrent l'abbé précepteur de son fils qui assista à la scène.

    Les meubles étaient aussi mystérieusement dérangés de place, fauteuil, mobilier divers ainsi qu'un flambeau. On entendit aussi de lourds bruits de pas dans l'escalier.

    Le 05 janvier 1876, l'évêque de Bayeux (14) envoya un Prémontré, le R. P. Henri Langlois pour enquêter : celui-ci resta dix jours et rien d'anormal ne se produisit, mais dès son départ, les bruits insolites reprirent de plus belle. Le 26 janvier 1876, le curé de Saint-Martin-Don (14) et Mlle de Longueville furent témoins des mêmes phénomènes : coups violents, galopades, cris, tambourinages, voix d'homme qui crie deux fois Ha ! Ha ! toux forte dans le corridor où il n'y avait personne.

    Le R. P. Henri Langlois, revint au château pratiquer les exorcismes employés en pareil cas. A partir de ce moment-là, tout cessa.

    Source : Mr. Lecomte, Sté des Antiquaires de Normandie, bulletin 1957-1958.

     

     

    36 - Ducey (50) - La Revenante Louise Le Sénéchal

     

     

    En 1873, Louise Le Sénéchal mourut dans sa maison de Ducey (50), après avoir fait promettre à son mari qu'il ferait dire trois messes pour le repos de son âme. Le mari négligea sa promesse, et quelques semaines plus tard des bruits étranges se firent entendre dans sa maison, quand une nuit, sa femme lui apparut et luis reprocha sa négligence. Son corps brûlait comme de l'étoupe. Sénéchal lui dit qu'il n'avait pas d'argent pour faire dire les messes. Demande à notre fille de les payer dit la revenante. Elle ne me croira pas. Si, car je vais te laisser une preuve de mon passage. Et, touchant le bonnet de coton de son mari, la revenante y marqua l'empreinte brûlée de ses doigts.

    La promesse fut tenue, les messes furent dites et Le Sénéchal retrouva la paix. Le bonnet figure, au musée des Âmes du Purgatoire à Rome.

    Source : Revue, Tout savoir, avril 1956.

     

     37 - Laumont (14) - Un Être Étrange

     

     

    En 1880, au village de Laumont, près de Saint-Georges d'Aunay (14), il y eu une maison hantée dans laquelle, chaque nuit vers 02 heures, la vaisselle et les meubles s'agitaient, des coups sourds réveillaient les occupants qui en deviennent obsédés. Un jour on aperçut un être étrange, à queue énorme, couvert de poils jaunes, la tête surmontée de deux cônes pointus, avec des yeux ronds flamboyants.

    Un notable, adepte du spiritisme, l'identifia à un défunt du purgatoire, et une dizaine de courageux qui montèrent la garde, aperçurent ce Diable qui se précipita dans un puits après avoir essuyé un coup de feu, et on décida de le lapider en jetant des grosses pierres par-dessus la margelle.

    Un maçon, nommé Lardiva, descendit au fond du puits, mais n'y trouva que de vieux ustensiles de cuisine et une paire de bottes, aucune trace du Démon. 

    Les occupants de la maison hantée refusèrent de rester et le propriétaire dut l'abandonner, ne pouvant ni la louer, ni la vendre.

    Source : Jeanne Camille, Monogramme de Saint-Georges d'Aunay.

     

     

     38 - Les Bois de Merlet - Grumesnil (76) - L'Âne Scipion Mutilé

     

     

    Loïc Crampon, a retrouvé, à Grumesnil, près de Forges-les-Eaux (76), son âne Scipion, âgé de 14 ans, mort dans son pré des Bois Merlet, au cours de la nuit du 17 au 18 juin 2020, l'un de ses yeux arraché et une oreille coupée.

     Source : France Bleu Normandie, juin 2020.

     

    39 - Fermanville (50) - Le Carrousel

     

     

    XIXe siècle : dans la région du Theil (50), près de Fermanville, un jeune garçon revenant en voiture à âne, éclaboussa au passage une vieille femme réputée à moitié sorcière. Furieuse, la vieille lui cria : Cours toujours, mon gars, mais tu n'iras pas voir ta blonde ce soir !

    Le garçon s'arrêta bientôt dans un champ clos pour ramasser une canne de lait ; il entra son attelage et chargea sa canne, mais au retour, il ne pu retrouver la barrière. Tournant en tous sens, dans ce champ clos qu'il connaissait pourtant très bien, il lui fut impossible d'en sortir aussitôt. La barrière était remplacée par une épaisse haie d'épines. Furieux, il attacha son âne, et ce n'est qu'après mille misères qu'il parvint à franchir la haie. Il rentra à la ferme tout saignant et en loques, effectivement, bien trop tard pour rejoindre sa blonde !

     Source : Christian Letourneur, Les sorciers du Theil, 1972.

     

     

    40 - Annebault (14) - Abduction

     

     

     

    Aux environs de 1850, au village d'Appeville-Annebaut, Annebault, près de Dozulé (14), mourrait Marie M., laissant sa fille mariée : celle-ci avait promis à sa défunte mère de lui faire dire une messe dont elle gagnerait le prix avec son rouet.

    La jeune femme oublia sa promesse. La nuit de Toussaint suivante, elle, son mari et son enfant furent réveillés en sursaut par le bruit du rouet qui tournait seul. L'enfant sortit de son lit en criant : Grand-mère ! Grand-mère ! et disparut aussitôt. Ses parents affolés le cherchèrent partout en vain ; tandis que le rouet continuait de tourner, mais les parents n'osèrent pas l'approcher le reste de la nuit.

    Le jour venu, le rouet s'arrêta  et on trouva près de lui l'enfant frais et souriant ; il jouait avec la bobine et on s'aperçoit que celle-ci était chargée d'un fil mince et soyeux.

    La jeune femme se souvint alors de sa négligence. La messe promise fut dite et la défunte reposa en paix ainsi que sa descendance.

    Source : Revue des Traditions populaires, T. 1.

     

     

    41 - Honfleur (14) - La Croix du Bouquet  / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

    La BD des Ovnis - Planche 19 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (3) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

     

    Honfleur, dans le Calvados. Chaque année, pendant la nuit du samedi de l'Avent, on peut voir la Dame Blanche assise et semblant attendre quelqu'un au pied de la croix du Bouquet, entre Honfleur et Gonneville-sur-Honfleur (14). On dit qu'une jeune femme y aurait trouvé la mort en attendant son amoureux. Quand il vint la rejoindre avec son bouquet de roses, il la trouva sans vie et déposa les fleurs près d'elle. La croix fut érigée suite à ce drame.

    Source : Le livre des Dames blanches - Stéphanie Del Regno - 2017.

     

     

    42 - Argentan (61) - Hybridation / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

     

     

     

    En 1586, P. Le Loyer, juge estimé au présidial d'Angers, rapporta dans son ouvrage, Le livre des Spectres, un fait extraordinaire advenu de notre temps, aussi merveilleux que chose qui se puisse remarquer des bons auteurs :

    Près d'Argentan (61), un gentilhomme se rendit à une Diablerie (Sabbat) où il joua le rôle du Diable ; ému et échauffé il retrouve sa femme et coucha avec elle dans son déguisement. A neuf mois de là, elle enfanta un fils si monstrueux, que de nez, de tête, de front et du reste des parties du corps, et pareillement des pieds, il ressemblait mieux à un satyre, comme le décrivent les Poètes, que non pas à un homme.

    Après ce fils diabolique, d'autres enfants naquirent, normaux, et, les parents morts, ils plaidèrent afin d'évincer leur aîné de la succession, arguant qu'il n'était point homme mais monstre. Après un long procès la cour d'appel de Rouen confirma que l'aîné devait conserver ses droits.

    Source : Le Tenneur René - Magie Sorcellerie et fantastique en Normandie -1979.

     

     

    43 - Criquetot-sur-Longueville (76) - Cimona de la Brélie

     

     

    Le 09 juillet 2020, Cimona, la jument de Véronique de la Brélie, a été retrouvée au petit matin gisant dans un fossé. C'est un voisin qui l'a retrouvée dans le fossé juste à côté de son champ en train de se débattre. La jument est en vie mais sa mâchoire a été brisée.

    Source : Actu. fr/Normandie/Dieppe.

     

     

    44 - Bayeux (14) - La Dame d'Aprigny / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

     La BD des Ovnis - Planche 19 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (3) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    XVIIe siècle : La Dame d'Aprigny, âme blanche qui vous poursuit la nuit, sévissait dans un chemin creux devenu la rue Saint-Quentin : l'imprudent qui l'approchait devait danser avec elle, sous peine d'être jeté dans un inextricable buisson d'épine. 

    Source : Tondriau et Villeneuve - Dictionnaire du Diable.

     

     

    45 - Tourville-la-Rivière (76) - L'If Magique / Paralysie du Sommeil

     La BD des Ovnis - Planche 19 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (3) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com) 

     

    XVIIe siècle : A Tourville-la-Rivière, on parlait d'un if dont l'ombrage magique faisait perdre à l'imprudent qui s'y reposait toute possibilité de retrouver son chemin et même tout désir de le poursuivre. Il s'endormait sans retour, sauf si un passant, ayant mis au préalable sa veste à l'envers, le réveillait.

    Source : Charles Rossler, L'Art celtique.

     

     

    46 - Bailly-en-Rivière (76) - Les Bucranes

     

     

    La nuit du 11 août 2020, deux chevaux ont été blessés au niveau du crâne. Examinés par un vétérinaire leur état n'a pas été jugé préoccupant.

    Source : Actu. fr/Normandie/Dieppe..

     

     

    47 - Saint-Lô (50) - Métamorphe / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

      La BD des Ovnis - Planche 19 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (3) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    XIXe siècle : Dans la région de Saint-Lô un soir, une religieuse se vit suivie par un chien étrange ; poussée par un pressentiment, elle se souvint à propos du procédé utilisé par de nombreux saints ayant capturé des animaux démoniaques ; elle parvint à enrouler son chalet autour du cou de l'animal et à l'entraîner dans son couvent. Le lendemain, au lever du jour, on retrouva l'animal ayant repris une forme humaine et nu comme un ver.

    Source : Enquête sur la Sorcellerie, Bulletin Société Archéologie, Orne février 1954.

     

     

    48 - Moitiers-en-Bauptois (50) - Revenant 

     

     

    A la fin de 1812 : Aux Moitiers-en-Bauptois, petit village de la Manche, on prétendit longtemps que le curé Le Blond, mort à la fin de 1812, avait été entendu, chantant dans le chœur de son église, le jour de son inhumation. Sa voix fut parfaitement reconnue par de nombreux assistants.

    Source : N. J. B. Mauger, Notice historique sur les Moitiers-en-Bauptois.

     

     

    49 - Saint-Symphorien-des-Monts (50) - L'Hôte Invisible  

     

     

    Vers l''année 1817 et pendant près de 40 ans, le presbytère de Saint-Symphorien-des-Monts connut des nuits bien agitées. Le curé Garnier, qui y habita jusqu'en 1821, en souffrit, mais le curé Gohier, qui en pâtit davantage, les supporta stoïquement de 1821 à 1853.

    Ce presbytère était fréquemment troublé par des bruits anormaux : dégringolades dans les escaliers, coups dans les murs, remue-ménage de toutes sortes et toujours inexplicables. Ceux qui avaient le courage de coucher au presbytère percevaient immanquablement ces vacarmes et aussi, disait-on, la venue d'un être invisible qui leur soufflait au visage.

    Un jour, en l'absence du curé, la vieille servante vint, avec son mari, passer la nuit dans la maison : ils furent réveillés par un énorme bruit de bouteilles, venant de la cave, mais aucun dérangement n'y fut constaté le lendemain.

    Un jeune prêtre arriva un soir pour coucher et se montra sceptique quant à la présence de revenants ; dans la nuit, quel ne fut pas son effroi de se sentir tiré par les pieds et projeté sur le plancher !

    L'abbé Piton, curé des Biards (50) et neveu du curé Gohier, était souvent venu, dans sa jeunesse, séjourner chez son oncle ; chaque fois, il fut témoin de faits extraordinaires : bruits étranges, meubles vibrants, objets disparaissant.

    Un soir qu'il dînait en face de son oncle, les portes s'ouvrirent brusquement puis un coup violent fut donné sur la table, entre les deux convives. Ce n'est rien, dit le curé, n'y fais pas attention.

    Peu après, alors qu'il lisait au lit avant de s'endormir, le jeune homme entendit des pas précipités dans l'escalier : apeuré, il cacha sa tête sous les draps mais une main les saisit, tentant de les arracher ; affolé, le garçon se précipita vers la porte en criant et tomba  : on le retrouva sans connaissance, la figure en sang.

    Il ne revint jamais chez son oncle. Celui-ci s'était habitué à ces manifestations inexplicables : quand il montait se coucher, il disait : au revoir, à demain à l'être invisible et s'endormait malgré les bruits bizarres. 

    Souvent, la nuit, il s'entendait appeler par son nom, regardait par la fenêtre pour s'assurer que ce n'était pas quelque paroissien réclamant ses services, puis, ne voyant rien, se recouchait tranquillement.

    Ses successeurs, victimes des mêmes ennuis, n'eurent pas sa philosophie et ne restèrent pas longtemps en place. Le calme revint, vers 1855, quand le presbytère, devenu une dépendance château, fut désaffecté et transformé en écurie.

    Source : Dr. Legendre, Les sabbats de Saint-Symphorien, Revue de l'Avranchin, 1940 (d'après une note écrite en 1900 par l'abbé Vautier, curé de la paroisse).

     

    50 - Saint-Martin-des-Champs (14) - Effrayantes Apparitions 

     

     

    Au milieu du XIXe siècle, le cimetière qui entoure l'église de Saint-Martin-des-Champs, entre Falaise (14) et Condé-sur-Noireau (14), fut le théâtre d'effrayantes apparitions et un prêtre y revint dire une messe oubliée de son vivant pour y mettre fin.

    Source : Le Tenneur René - Magie Sorcellerie et fantastique en Normandie -1979.

     

     

    51 - Savigny-le-Vieux (50) - Chutes de Pierres Chaudes

     

     

     A Savigny-le-Vieux se produisirent, de 1932 à 1934, des faits inexplicables. Sur la maison du maire, instituteur retraité, commencèrent à tomber, à partir de juillet 1932, des pierres en quantité abondante, certaines pesant de 03 à 04 kilos, et qui parfois, étaient chaudes. Longtemps sceptiques, le maire croyant à l'action de malvoulants, mais les pierres continuant à tomber et sa petite bonne ayant été blessée, il déposa plainte. Les gendarmes organisèrent une surveillance sérieuse mais ne découvrirent rien.

    De nombreuses personnes en témoignèrent ; le 24 septembre 1933, un conseiller municipal était blessé à son tour. En janvier 1934, eut lieu ce qu'on appela l'affaire de la cage à lapins. Une cage, longue de 2 m 50, très lourde et ne pouvant être soulevée qu'avec l'aide de plusieurs personnes, se trouva tout d'un coup déplacée d'un mètre, ce que les gendarmes constatèrent. Cet incident bizarre, ainsi que les insolites chutes de pierre, motivèrent la rédaction de quinze procès-verbaux de gendarmerie, plusieurs rapports de la police mobile et même du parquet.

    Les phénomènes s'arrêtèrent aussi inexplicablement qu'ils avaient commencé, peut-être à la suite de l'éloignement d'une personne servant, sans le savoir, de support à des manifestations aujourd'hui incompréhensibles.

    Selon le Cdt de Gendarmerie Tizané, des pierres chaudes peuvent même tomber à l'intérieur de pièces closes, dénotant que l'Hôte inconnu possède des pouvoirs de désagrégation et de reconstitution de la matière.

    Source : Cdt de Gendarmerie Tizané, Il n'y a pas de maisons hantées ?

     

     

    52 - Brix (50) - La Main d'un Mort / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

      La BD des Ovnis - Planche 19 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (3) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

     

    Le 14 janvier 1860, le sieur Lecomte, cultivateur à Brix vit, près de lui un de ses anciens camarades avec lequel il avait travaillé autrefois au port de Cherbourg, et qui était décédé depuis deux ans et demi.

    Le revenant demandait qu'une messe soit dite pour le repos de son âme. Effrayé, Lecomte ne répondit pas, mais l'apparition se reproduisit pendant chacun des jours suivants.

    Le 19, Lecomte osa enfin répondre : Puisque tu veux une messe, dis-moi où elle doit être dite et si tu y assisteras. Je d'sire, répondit l'esprit, que la messe soit célébrée dans huit jours à la chapelle Saint-Sauveur et je m'y trouverai. Le défunt ajouta : Il y a longtemps que je ne t'avais vu et il y avait loin pour venir te trouver. Cela dit, il le quitta en lui serrant la main.

    La promesse fut tenue ; la messe fut dite à Saint-Sauveur le 27 janvier et Lecomte vit son camarade agenouillé sur les marches de l'autel, près de l'officiant, mais personne autre que lui ne l'aperçut, bien qu'il ait demandé au prêtre et aux assistants s'ils ne l'avaient pas vu. Depuis, Lecomte ne fut plus jamais visité et retrouva la tranquillité. Selon la Revue Spirite : Il ne s'agit pas d'une simple vision mais d'une apparition tangible, puisque le défunt ami de sieur Lecomte lui avait serré la main.

    Source : La Revue Spirite, 1860.

     

     

    53 - Deauville (14) - Au Champ de Course / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

       La BD des Ovnis - Planche 19 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (3) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    23 août 2020, plusieurs actes de barbarie ont été constatés sur la Côte Fleurie, notamment au Centre Équestre de Deauville, le dimanche 23 août sur un cheval pensionnaire, et dans la nuit du jeudi 27 juillet au vendredi 28 août, sur deux autres chevaux pensionnaires. Le gérant du Club aurait découvert les faits à son arrivée. Les portes des boxes ont été laissés ouvertes, à l'intérieur le gérant a constaté : une grande quantité de sang et des blessures sur deux de ses chevaux. Les chevaux ont dû être recousus : leurs oreilles avaient été sectionnées de haut en bas, comme pour le cheval blessé le 23 août.

    Source : Actu. fr/Normandie/Deauville.

     

     

    54 - Bouillon (50) - Les Lutins-Polymorphes

       La BD des Ovnis - Planche 19 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (3) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    Vers 1800, les bords de la mare de Bouillon avaient la réputation d'être le rendez-vous de sorciers venant, la nuit, y cueillir leurs herbes magiques. Certains soirs on y avait aperçu des lutins sous différentes formes d'animaux ainsi qu'une Dame Blanche. De loin, on entendait les lavandières nocturnes battre leur linge ; on parle même de loups.

    C'est près de là, dit-on, que Mr. de Bacilly, percevant chaque nuit des bruits anormaux au-dessus de sa maison, prit son fusil et se cacha au bord de la mare : il entendit soudain, en l'air, un bruit de causerie et aperçut des formes bizarres : il tira et une ombre tomba lourdement près de lui. C'était une sorcière qui, sans doute, ne s'était pas suffisamment enduite de l'onguent magique (sang et graisse de nouveau-né sacrifié) elle mourut à ses pieds.

    Source :  P. de Gibon, Sur la mare de Bouillon, Le Pays de Granville, 1908.

     

     

    55 - Trouville-la-Haule (27) - Pierres Volantes Non-Identifiées

     

     

    Le 11 août 1927, M. B., boulanger à Trouville-la-Haule, vint déclarer à la gendarmerie que, le matin même, de nombreuses pierres s'étaient abattues dans sa cour, brisant des tuiles et des carreaux, sans qu'il pût se rendre compte de leur provenance. 

    Ces jets de pierre se répétèrent à plusieurs reprises dans la journée ; les recherches effectuées par le boulanger et des voisins n'eurent aucun résultat. Le boulanger n'avait pas d'ennemis et vu la grosseur des pierres, on ne pouvait penser aux exploits de gamins. Les gendarmes vinrent enquêter, mais ils ne purent que constater les chutes de pierre sans pouvoir déterminer la direction d(où elles venaient : ils s'embusquèrent alors, à la nuit tombée, mais ne remarquèrent rien d'anormal. L'affaire ne fut jamais éclaircie.

    Source : Le Tenneur René - Magie Sorcellerie et fantastique en Normandie -1979.

     

     

    56 - Cahan (61) - La Geindresse

     

     

    Dans le village de Cahan, on peut voir et entendre une Dame Blanche qui pleure la nuit près de la fontaine. On raconte que la jeune fille aurait été autrefois abusée par un homme de bonne famille, puis noyée dans cette fontaine pour qu'elle ne le dénonce pas. Elle pleure depuis, demandant que justice soit faite, malgré sa condition de paysanne. On donne désormais à la fontaine le nom de Geindresse.

     Source : Le livre des Dames blanches - Stéphanie Del Regno - 2017.

     

     

    57 - Bully (76) - La Tête en Bas

     

     

    A Bully, vers 1720, plusieurs habitants, des femmes surtout, commencèrent à se croire ensorcelés. En proie à la possession diabolique, ils se livrèrent à de nombreuses extravagances, poussant des cris, se roulant à terre, grimpant sur les toits ; on vit même, paraît-il, des femmes marchant la tête en bas sans que l'on remarqua aucun désordre dans leurs vêtements. 

    Source : J. E. Decorde, Essai historique sur le canton de Neufchatel.

     

     

     58 - Évrecy (14) - Extases et Transes / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

    La BD des Ovnis - Planche 19 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (3) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

     

    Vers 1720, la paroisse d'Évrecy fut en émoi. Une habitante, Marie Letoc, se livrait à des manifestations extraordinaires, qui ne pouvaient que lui être inspirées par les puissances supérieures. Elle avait des extases, se mettait en transes, au cours desquelles, elle s'élevait en l'air sans aucun appui ; elle faisait des prédictions et il lui avait été révélé que Walfride, évêque de Bayeux martyrisé par les Danois au IXe siècle, était enterré à Évrecy et devait être vénéré. Le curé de la paroisse, Heurtin, lui-même visionnaire, ayant encouragé, sinon provoqué, ces extravagances, fut l'objet d'une enquête ordonnée par Mr. de Luynes, évêque de Bayeux (14) ; la mauvaise foi fut établie et Heurtin fut interdit.

    Source : J. Garinet, Histoire de la magie en France.

     

     

    59 - Saint-Denis-le-Thiboult (76) - Le Loup-Warou Levrier

    La BD des Ovnis - Planche 19 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (3) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

     

    En 1770, un loup, dit lévrier parce qu'il courait en sautant, qui causait des ravages dans la province de Saint-Denis-le-Thiboult, près de Ry (14), fut considéré comme étant un sorcier. Le subdélégué de Lyons-la-Forêt (27), dans une lettre du 30 septembre 1770, écrivait à ce sujet : La superstition augmente encore leur crainte ; les uns disent que cet animal est un jésuite, une vieille femme, d'autres un sorcier sous la forme d'un loup qui, ainsi métamorphosé, vit et parle quelques fois comme un homme ; qu'il ne craint que l'arme blanche et charme l'arme à feu ; que même il se trouve invisiblement avec les chasseurs qui sont à sa poursuite.

    Source : Archives Départementales Seine-Maritime, C. 121.

     

     

    60 - Falaise (14) - Le Pendu 

     

     

    Au tout début du XVIe siècle, à Falaise, un sorcier avait été condamné à la pendaison pour ses maléfices par envoûtement. Au moment de l'exécution, le bourreau Jouenne, d'une famille de bourreaux très connue en Normandie, dit au condamné : si tu es sorcier, tu rompras cette corde. Et quand le bourreau s'enleva à la corde, celle-ci cassa net. Le pendu retomba droit sur ses pieds et, dans un grand rire, s'enfonça dans la terre ; le bourreau lâchant prise tomba à l'endroit même où le sorcier avait disparu et se fracassa le crâne. On entendit alors un second éclat de rire, si strident que les assistants, en proie à une terreur panique, s'enfuirent en se signant.

    Source : P. H. Garet, Les bourreaux normands et leurs valets.

     

     

     61 - Beuzeville (27) - Du Balai 

     

     

    Mandement de Jehan de Rosel, lieutenant général du bailli de Cotentin, au vicomte de Carentan, du 09 juillet 1459 : rechercher et appréhender à Beuzeville, Jehanne La Verrière, soupçonnée d'avoir commis plusieurs cas de crimes d'hérésie et d'avoir chevaucher le balai.

    Source : Bibliothèque Nationale, Mss. Fr. 26086, Pièce 7295.

     

     

     62 - Rouen (76) - Le Faiseur de Pluie  / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

     La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (4) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    Vers 1810, vivait à Rouen un riche industriel, Pierre-Louis Le Barbier, adepte des théories de Messmer et du magnétisme. Il se disait Dominatmosphérateur, prétendait dompter les éléments, commander aux nuages et aux tempêtes, et provoquer pluies et orages ; persécuté par les menées d'ennemis invisibles et occultes, il mourut triste et délaissé.

    Source : Archives Départementales Seine-Maritime, C. 121.

     

     

     63 - La Courbe (61) - La Queurie  / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

      La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (4) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    Le Manoir de la Queurie (XVe) est situé presque sur les bords de l’Orne et au pied de l’église de la paroisse de La Courbe  La Queurie devrait son nom et sa construction à une famille Le Queux ou Le Queu. Elle avait sa légende. 

    [Le Patronyme : Le Queu ou Le Queux  fait référence au latin coquus  (coquo) = cuisinier, cuire, ou celui « qui » prépare le repas comme un Maître Queux, ou comme les Sorcières, dont l'attribut traditionnel est le Chaudron parce qu'elles sont sans pareille pour assaisonner la Recette de l'Onguent, confectionné à partir de la graisse des Enfants-Morts-Nés, permettant aux Sorciers de s'envoler pour le Sabbat.]

    1/ On contait que lors de la délivrance d’une Dame de la famille Le Queu l’enfant - c’était une fille - qui disparut, tout à coup, la nuit même de sa naissance, en s’envolant par la fenêtre sur l’appui de laquelle elle laissa l’empreinte de son pied. Depuis, on n’entendit plus parler d’elle, jusqu’au moment où ses frères se partagèrent l’héritage paternel.

    Au moment où ils étaient réunis pour procéder à la « choisie » des lots, une voix se fit entendre. La fée – c’en était une – réclamait sa part. Saisis de frayeur les frères lui abandonnèrent les manoirs de la Queurie, de Giel, et de Crévecoeur avec leurs circonstances et leurs dépendances. L’héritière aussi étrange qu’inattendue se déclara satisfaite.

    On ne dit pas comment elle administra ses biens. On sait seulement que le meunier du moulin seigneurial de la Queurie était obligé de porter chaque semaine une chaudronnée de bouillie dans le creux d’un frêne qui se trouvait dans le bois. S’il y manquait il était outrageusement tourmenté et battu par ses mains invisibles. De plus la fée se montrait très jalouse des bois. Si quelque paysan se permettait la moindre bûche sur le domaine sans en avoir humblement demandé la permission à la Dame Blanche de la Queurie, il était roué de coups la nuit suivante.

    La fée, à part cela, se montrait assez bonne fille. On la voyait de temps à autre, au crépuscule, se promener le long du bois et il arrivait parfois qu’elle sautât en croupe sur le cheval d’un voyageur attardé et qu’elle l’accompagnât sans souffler mot jusqu’au bout du domaine. S’il se montrait discret et sage la mystérieuse sylphide le remerciait gracieusement en le quittant. Mais si, surmontant sa légitime frayeur et émoustillé par cette belle jeune femme dont le bras enlaçait sa taille, il se permettait la plus légère liberté il était souffleté de main de fée.

    Avec le temps le charme fut rompu et la fée disparut.

    Une autre diablerie existait au manoir de la Queurie, c’était un trou dans la toiture qu’on ne parvenait pas à boucher. Les couvreurs qui se risquaient à tenter l’aventure étaient secoués par des mains invisibles, leurs échelles se détachaient, les tuiles ou ardoises s’envolaient et la « brèche au diable », comme on l’appelait, restait toujours à l’état de trou béant rendant une partie du manoir inhabitable. Il fallut attendre le début du XIXe siècle pour vaincre l’esprit malin.

    2/ « Il y a longtemps, bien longtemps, les terrains qui forment la commune actuelle de La Courbe appartenaient à une dame bien riche et fort puissante. Cette dame étant venue à mourir, ses enfants se réunirent dans l’habitation de la défunte et commencèrent le partage des biens. Le partage était presque terminé lorsque tout à coup on vit apparaître une belle dame tout habillée de blanc. C’était la fée.

    Je suis, dit-elle, la fille aînée de notre maison et je vois que vous ne m’avez pas réservé ma part dans l’héritage maternel : je veux, dans mon lot ; les bois et le moulin de la Queurie.

    Mademoiselle, reprirent les frères et sœurs, votre demande est juste. En qualité d’aînée vous avez le droit de choisir votre lot ; prenez donc ce que vous désirez.

    Aussitôt la fée disparut et retourna habiter ses bois favoris. Peu de temps après, elle loua son moulin à un brave homme du voisinage, moyennant une redevance journalière d’une chaudronnée de bouillie.

    Cette bouillie devait lui être portée chaque jour dans le creux d’un chêne voisin de son habitation. Si le meunier, oublieux de ses engagements ou trop pressé par la besogne, négligeait de porter la fameuse bouillie à l’endroit indiqué, avant le coucher du soleil, aussitôt la farine se transformait en un terreau noirâtre : c’était là un avertissement.

    La fée tenait beaucoup à sa propriété, mais elle était bonne personne ; aussi quand un voyageur voulait traverser ses bois, pour éviter de longs détours, il pouvait passer sans encombre ; un bûcheron voulait-il couper un peu de bois pour se chauffer avec ses enfants pendant l’hiver, il n’avait qu’à se présenter à l’entrée du bois et dire : Mademoiselle, voulez-vous me permettre de couper du bois ? et il pouvait couper, couper toute la journée, tout était pour lui. Mais si un bûcheron voulait amasser quelque fagot de bois sans sa permission, alors la fée était impitoyable : c’était à grands coups de bâtons qu’elle chassait le malheureux, de ses propriétés.

    On dit qu’elle se montrait parfois à ses protégés sous la forme d’une grande dame habillée de blanc, ayant toujours les mains froides ou plutôt glacées, comme les mains d’une morte, souvent aussi elle montait en croupe derrière les cavaliers qui traversaient la propriété et ne les quittait qu’à la limite de ses bois ».

    Depuis bien longtemps on ne l’a revue dans le pays.

    Source : cf.:http://mairielacourbe.unblog.fr/category/lhistorique-de-la-commune/le-manoir-de-la-queurie/

     

     

     64 - Potigny (61) - La Brèche au Diable - Sabbat  / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

      La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (4) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    L'année 1979, au moment de l'équinoxe d'automne, un promeneur-observateur, âgé de 23 ans, Mr. R. C.,  posté de jour, au site mégalithique de la « Brèche au Diable  » (14), qui est bien connu en Normandie Occidentale, et plus précisément dans le secteur de la « Pierre Ronde » où se tenaient les « Sabbats des Sorciers », lorsqu'il vit surgir une troupe d'une quinzaine d'individus hommes et femmes, aux teints blafards et à l'aspect désincarnés, qui avançaient en file indienne, bizarrement accoutrés, et plutôt agités, comme s'ils sortaient directement d'un Asile de «  forcenés ou d'énervés » du haut moyen-âge. Surpris et effrayé le témoin n'a pas osé les suivre.

    Source :  Enquête du Génpi.

     

     65 - Buré (61) - Le Département du Cheval

     

     

    24/08/2020, un cheval a été découvert blessé au cou, dans son champ, par son propriétaire, une jeune femme, à Buré, près de Mêle-sur-Sarthe (61).

    Source :  ouest-france.fr/normandie/alencon.

     

     

    66 - Le Mont Margantin (61) - Les Hallouines / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

       La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (4) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    Dans l'Orne, VIe-XVIIe, le Mont Margantin est un lieu réputé pour la réunion des Hallouines (des Halloweens), prêtresses-magiciennes du culte d'Odin et les sabbats, présidés par un bouc noir. Tout le canton se pressait pour honorer le bouc en lui baisant le derrière, à tel point qu'un partage dut, être fait : certaines communes eurent droit à la fesse gauche, les autres à la fesse droite. Une vieille de Saint-Jean (61), une âme pieuse scandalisée cacha en terre, sur le lieu du sabbat, des reliques sacrées. Le bouc fut si irrité qu'il s'enleva en l'air en poussant des cris qui épouvantèrent tout le canton et répandit sur les bois voisins des odeurs si pestilentielles que jamais les arbres n'y purent pousser depuis. Ce furent les Bois Raguis.

     Source : Revue de folklore français, T. IV.

     

     

     67 - Rouen (76) - Le Cœur Percé / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

      La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (4) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    Le journal l'Éclair de Rouen, en du 06 juillet 1903, publiait un article signalant le cas d'envoûtement d'une morte. Une dame X., âgée de trente-quatre ans, avait été inhumée au cimetière de Rouen. Le 20 mai 1903, le mari de la défunte s'étant rendu sur la tombe : il fut frappé par l'odeur désagréable que la terre exhalait ; il la remua avec une baguette et en ramena bientôt un cœur en complète putréfaction. Très ému, il appela le conservateur du cimetière ; son émotion s'accrut lorsqu'il s'aperçut que le cœur était percé par des clous et plus de cent épingles. On était en présence d'une manœuvre d'envoûtement parfaitement classique.

     Source : L. de Vesly, Légendes et vieilles coutumes de Normandie.

     

     

    68 - Alençon (61) - Marie Anson / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

      La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (4) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    Nombreux sont les habitants d'Alençon qui le savent : un fantôme de femme apparaîtrait sur les tours du château de temps en temps. Mais pu connaissent la légende d'où est tirée cette croyance. Marie Anson habitant la Tour couronnée du château et était mariée au chevalier Renaud, parti faire la guerre. Pendant son absence, Marie refusa les avances d'un autre homme. Mais eu un fils. Le traitre fit reproduire les anneaux d(or de la jeune femme, donnés par son époux, et alla trouver le mari pour lui montrer, et ainsi prouver son infidélité. De retour au château, Renaud, fou de rage, tua l'enfant et attacha Marie à son cheval par les cheveux et la traîna dans les rues d'Alençon. Il n'était ni roche ni buisson qui n'eut sang de Marie Anson, raconte une ancienne chanson. Se sentant mourir, la femme voulut se confesser. Saisissant l'occasion d'apprendre la vérité, Renaud se déguisa en prêtre et recueillit la confession : Marie jura sur le Christ son innocence. Et pardonna sa propre mort à son mari, mais pas celle de son enfant, mort sans être baptisé. Renaud, ravagé par les remords et la tristesse et voyant sa femme innocente, se pendit. Depuis, on peut entendre les cris de douleur de Marie Anson sur les hauteurs du château, ou l'apercevoir laver le linge ensanglanté de son enfant.

     Source : Ouest-France, du 30 juillet 2007.

     

     

     69 - Caen (14) - Malherbe / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

      La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (4) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    Caen, rue de l'Houdon, maison natale du poète caennais Malherbe : vers 1614, en nos quartiers de Normandie : dans les couettes des lits, il y avait des pelotons de plumes que les sorciers y avaient mis pour travailler ceux qui couchaient dessus, et, pour les faire mourir dans le bout de l'an. Voilà pourquoi je fis visiter deux couettes où il fut trouvé en chacune une pelote de plume de gorge de chapon, le tuyau vers le centre, mais tissée si ferme et avec tant d'artifice que manifestement on y remarquait une autre main que celle des hommes. Tous ceux qui firent la même recherche trouvèrent la même chose.

     Source : G. Vanel - Caen : Une grande ville aux XVIIe et XVIII siècle.

     

     

    70 - Rânes (61) - Le Golem / Métamorphe / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

      La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (4) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    A Rânes, dans la forêt d'Argouges, revient la fée Andaine qui avait épousé le seigneur d'Argouges à condition qu'il ne prononçât jamais le mot : mort.

    La fée Andaine disparut subitement le jour où le sire d'Argouges dit le mot fatal.

    [selon l'enseignement de la kabbale le mot, mortMETH, et le mot EMETH = vérité ; le mot, EMETH, écrit sur le front du Golemêtre embryonnaire, lui donnait la vie, et lorsque le Golem devenait incontrôlable, on effaçait la première lettre, du mot, EMETH pour lui donner la mort = METH]

    Source : Le Tenneur René - Magie Sorcellerie et fantastique en Normandie -1979.

     

     

    71 - Merville-Franceville-Plage (14) - Disparition de Micheline P. / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

      La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (4) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    Le vendredi 24 septembre 1999, 08 h 15, Mme Micheline P., 56 ans, arrive avec son époux André, chez son fils Patrick à Merville-Franceville-Plage, et mont se reposer dans une chambre à l'étage, car elle est légèrement souffrante ; à 09 h Patrick monte à l'étage où se repose sa mère, il découvre alors que la chambre est vide ; la porte communiquant avec l'arrière-boutique et le couloir étant ouverte, il en déduit que sa mère est partie, à pied, chez le médecin situé à environ 200 m, même si elle n'a pas emporté son porte-monnaie, son sac à main et ses papiers ; après 22 ans, Mme Micheline P. n'a toujours pas été retrouvée.

    Source : Ufo-Génpi.

     

     

    72 - Mesnil-Esnard (76) - Nid à Sorciers / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

      La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (4) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    D'après le registre secret du parlement de Normandie, en date du 07 avril 1612, une information fut ouverte contre un grand nombre de sorciers que l'on dit être au village du Mesnil-Esnard.

    Source : Floquet, Histoire du Parlement de Normandie, T. V.

     

     

    73 - Bernay (27) - L'Entaillé / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

      La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (4) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    Eure (27) : secteur de Bernay, dans la nuit du vendredi 28 au samedi 29 août 2020, un cheval a été attaqué, son corps a été entaillé.

    Source : paris-normandie.fr/actualites.

     

     74 - Château de la Poupelière (61) - Les Entaillés

     

     

    Château de la Poupelière (61), près de Condé-sur-Noireau (14), 07 brigands ravageaient la région, une sorcière se chargea de les chasser : ayant pris 02 pigeons noirs elle les mit dans sa marmite et, en les lardant de de coups avec une longue fourchette aux dents aiguës, elle psalmodia des incantations, traçant dans l'air des signes mystérieux.

    Au bout d'un moment, on frappa à la porte ; un homme, tête nue, couvert de cent blessures, était là et demandait grâce. C'était le chef des brigands ; les autres disparurent à jamais.

    Source : J. Lecoeur, Esquisses du Bocage normand.

     

     

     75 - Falaise (14) -  Le Pacte Diabolique / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

      La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (4) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    En janvier 1761, des témoins assuraient, au lieutenant-criminel du bailliage de Falaise, que Jacques Bacon, marchand de Versainville (14), avait fait un pacte avec le Diable : qui lui assurait d'avoir dans sa poche, tous les matins, 36 livres (environ 46.08 euros) ; n'ayant pas exécuté les conditions du pacte, l'esprit malin voulant lui tordre le cou, il s'était adressé aux 04 curés de Falaise et à celui de Versainville qui l'avaient exorcisé, mais sans y réussir ; un jour, étant à la halle de la ville de Falaise, les dits témoins virent le Diable descendre avec ses griffes et vouloir se jeter sur lui pour l'enlever, ce qui serait arrivé si le curé de Saint-Gervais (14) n'eut promptement accouru, revêtu de son étole, et n'eut chassé le Diable et sauvé le sieur Bacon.

    Source : G. Lesage, A travers le passé du Calvados.

     

     

     76 - Château d'Assy -  Ouilly-le-Tesson (14) - L'Hôte de Noël  / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

     La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (4) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

     

    A partir de 1979, les nouveaux occupants du château d'Assy, assistèrent à la visite régulière d'un hôte invisible, la nuit du réveillon de Noël. Le visiteur signalait sa présence en s'asseyant sur les fauteuils et canapés du salon vert et près de la cheminée. Chacun, y compris les chats qui sentaient sa présence, pouvait constater l'affaissement des coussins ou le remue-ménage autour du huchet et du serviteur. Sur une peinture sur toile, datant de l'Ancien Régime, qui décorait le salon vert, une femme représentée paraissait vivante, fixait de son regard l'assistance, et semblait communiquer par la pensée. Des bruits de pas étaient aussi entendus dans les galeries et les escaliers. La tradition locale rapporte que l'ombre tourmentée de Madame de Rouvres fait des apparitions tous les ans, la veille de Noël, dans la grande salle du château.

    Source : Enquête Génpi - Galleron, Stastit. de l'arrond. de Falaise, T. III, p 55.

     

     

     

     77 - Beaumont-le-Roger (27) - Le Mutilé / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique  

     La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (4) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

     

    Dans la nuit du vendredi 28 au samedi 29 août 2020, un cheval a été mutilé et entaillé, par de mystérieux inconnus, dans l'Eure (27).

    Source : francebleu.fr/infos.

     

     

    78 - Barfleur (50) - L'Évacueur de Peste Jehan Le François / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

     La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (4) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    1627 : copies de deux procès criminels, l'un fait à Jehan Le François opérateur, accusé d'envoyer la peste, à qui il voulait, et d'attenter à la pudicité des femmes ; envoyé par arrêt du Parlement de Rouen sans absoudre ni condamner. 

    Évacueurs et esventeurs, opéraient par conjurations ou par des formules, aussi bien pour guérir la peste que pour l'envoyer. L'opérateur Jehan Le François pouvait faire apparaître le Diable (Maître Perrin), et de le faire voir sous telle forme particulière ou moins effrayante comme celle d'un insecte scarabée noir ou celle d'un escargot. Il pouvait obliger les plus belles filles à coucher avec lui, ou trouver les trésors cachés. Il fit élever en l'air une lourde table ou des personnes, ou de charmer une balle pour qu'elle atteigne sa cible à coup sûr. Il fut arrêté à Barfleur après avoir voulu faire disparaître une mystérieuse caisse bardée de fer. L'inventaire de cette caisse révéla qu'elle contenait des livres de secrets médicaux, de nombreux produits bizarres, et dans, dissimulée dans le couvercle, une peinture sur papier représentant des démons, des esprits malins et des silhouettes humaines, et aussi deux morceaux de parchemin sur lesquels étaient rédigés des conjurations, enjoignant à la Peste (Dame Perette) de quitter le corps d'un pestiféré afin de contaminer  un autre.

    Source : Lenglet-Dufresnoy, Extrait du Recueil de dissertation sur les apparitions.

     

     

      79 - La Haye-du-Puits (50) - Les Sabbats de La Haye-du-Puits / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique 

     La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (4) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    Les sabbats de La Haye-du-Puits (XVIIe) : certains parlèrent des pratiques de ces sabbats, messes sacrilèges à la lueur des chandelles noires et placés sous la présidence du grand noir ou du bouc, danses dos à dos, relations sexuelles de toutes espèces, enfants coupés en  morceaux et bouillis avec des serpents pour la fabrication de produits magiques, dont la graisse distribuée aux participants pour leur permettre de s'oindre le corps avant leur envol ; les enfants y étaient parfois mangés aux sabbats ; Jacques Le Gastelois déclara qu'en quatre ou cinq ans il n'en avait mangé que cinq ou six fois. Marguerite Marguerie dit n'en pas avoir vu apporter plus de deux ou trois qui étaient morts, sauf celui de Michelle Deshayes déjà signalé.

    Source : Bibliothèque départementale de Rouen, Traité des sorciers.

     

     

      80 - Villers-sur-Mer (14) - Disparition de Jean-Claude B. / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique 

     La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (4) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    Jean-Claude B., 59 ans, originaire de Saint-Désir de Lisieux (14), a disparu le samedi 22 aout 2015 sur les falaises des Vaches Noires (14). Il avait pour habitude venir en moto sur cette côte, et d'y faire des expéditions  à la recherche de fossiles, dont il était collectionneur.

    Source : Pays d'Auge, 27/08/2015.

     

     

    81 - Cherbourg (50) - La Chasse Verte / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique 

     La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (5) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    En 1949, à Cherbourg, dans le paisible Chasse Verte, on vit des choses étranges. Le 1er janvier, un petit garçon rentra chez lui le soir tout tremblant, disant y avoir aperçu un homme tout de rouge habillé et dont les vêtements étaient illuminés.

    Au même lieu, quelques jours après, un homme rencontra un être bizarre qui lui dit : N'allez pas plus loin ! et au moment même il aperçut un énorme crapaud barrant le chemin à l'endroit où se tenait l'être qui, par enchantement, avait disparu.

    Deux courageux citoyens, armés d'un fusil et accompagnés d'un chien, passèrent plusieurs nuits à l'affût dans la Chasse Verte, mais ils ne virent rien.

    Source : Le Tenneur René - Magie Sorcellerie et fantastique en Normandie -1979.

     

     

    82 - Les Chesnaies (50) - Haras des Buissonnières

     

     

    Les Chesnaies (50), au sud de la Manche dans la région de Barenton (50), et dans la nuit du jeudi 03 au 04 septembre 2020, deux juments ont été blessées dans le haras des Buissonnières. L'une présente une grosse plaie à l'épaule, l'autre à la cuisse, avec des entailles de 70 cm. 

    Source : francebleu.fr/infos.

     

     

    83 - Montfort-sur-Risle (27) - Musique de la Saint-Jean 

     

     

    Dans l'Eure, à Montfort-sur-Risle, et autour des ruines du château, la nuit de la Saint Jean d'été, on entend une inexplicable musique souterraine.

    Source : Le Tenneur René - Magie Sorcellerie et fantastique en Normandie -1979.

     

     

    84 - Louviers (27) - Françoise Fontaine la Tourmentée par un Men In Black / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique 

     

     

    Le 16 août 1591, une affaire de possession mit en émoi la ville de Louviers, vers minuit on entendit de grands bruits dans une maison qui était vis-à-vis du portel de la grande église. On crut à des ennemis et l'alarme fut donnée par tout la ville.

    Le capitaine Diacre et ses soldats virent passer par les fenêtres de la dite maison, tables, chaises, landiers et d'autres  meubles ; la femme Le Gay et la femme Deshaies apparurent à la fenêtre, criant à l'aide et se voulant jeter du haut en bas disant que c'était un esprit qui les avait tourmentées et avait tout renversé sans dessus-dessous les meubles.

    Toutes les autorités se déplacèrent, seigneur, grand maître des eaux et forêts, prévôt général de la maréchaussée, le sieur du Rolet et le curé de Mortemer.

    Interrogées, les deux femmes se déclarèrent : fort ébahies et déchevelées ; vers la minuit un esprit était descendu par la cheminée, comme un brandon de feu, et s'était adressé à leur servante Françoise Fontaine, âgée de 22 ans, l'avait poursuivie dans son lit, l'avait battue d'une hallebarde dont elle avait le visage meurtri, et avait provoqué tous les brisements et tout le désordre qu'ils voyaient.

    La servante déclara que ledit esprit s'était à plusieurs reprises adressé à elle depuis trois mois. Des contradictions dans ses déclarations la fit soupçonnée d'intelligence avec le Diable et elle fut conduite en prison. Peu après, le geôlier vint tout défait et épouvanté informer qu'il était impossible de la garder en prison à cause du désordre provoqué par le malin esprit qui tourmentait Françoise Fontaine ; au point que les autres prisonniers voulaient rompre leurs chaînes pour se sauver.

    Les manifestations de la possession de Françoise Fontaine bouleversèrent tout le monde, magistrats, prêtres, médecins et les procès-verbaux décrivent des scènes fantastiques :

    nous l'avons vue s'élever en l'air à environ deux pieds hors de la terre, toute droite, et aussi, être jetée et trainée au sol sans que personne ne la touche ; elle avait la gorge fort enflée et les yeux qui lui sortaient hors de la tête ; et encore il nous fut impossible, de toute notre force, de lui faire bouger par exemple le bras, son corps était pris de convulsions ; les chandelles s'éteignaient inexplicablement ; nous fûmes aussi nous-mêmes immobilisés, paralysés par une grande pesanteur et entortillement comme un grand vent.

    Françoise Fontaine déclara : avoir aperçu un grand homme, les yeux éclairants et effroyables, tout vêtu de noir, ayant une grande barbe noire qu'il lui rappela qu'elle s'était donnée à lui, pour avoir un sac plein de pièce d'argent, et qui la fit dépouiller toute nue et eut sa compagnie charnelle par quatre fois ; il l'avait mordu jusqu'au sang aux tétins, dont les cicatrices résultantes étaient devenues insensibles, comme les marques imprimées sur les corps de ceux qui se donnaient au Diable et à ses Démons.

    Françoise Fontaine révéla avoir donné une mèche de ses cheveux à l'homme en noir, qui s'en servait pour l'enlever par sa chevelure lorsqu'elle s'élevait mystérieusement dans les airs, comme toutes les fois où elle a été transportée directement au cimetière de Bernay (27), lorsqu'elle était la servante d'un tailleur de pierre de Bernay, nommé Quatremares.

    On comprit donc que le démon la possédait avec le viatique du Münch = la puissance occulte résidant dans les cheveux et les poils, on décida alors de la raser entièrement, et c'est ainsi que Françoise Fontaine  fut délivrée de la possession, du Men In Black, qui la tourmentait.

    Source : Bibliothèque Nationale, Mess. Fr. 24122.

     

     

    85 - Brionne (27) - Les Juments / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique 

      La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (5) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    Nuit du vendredi du 04 au samedi 05 septembre 2020, un couple propriétaire est encore sur le choc : En me levant, j'ai remarqué qu'une des juments était restée dans son abris alors que la deuxième était à l'extérieur dans la prairie. Ça m'a interpellé, car elles sont souvent ensemble et ont leur habitude. Les deux juments de son fils sont entraînées pour les épreuves de saut d'obstacles. Débourrées, elles ont leurs quartiers dans une prairie protégée par des fils électriques, mais en bordure d'une route plutôt passante. Les deux juments blessées par plusieurs entailles sont maintenant soignées, et ont été déplacées.

    Source : paris-normandie.fr/actualites.

     

     

    86 - Falaise (14) - Chrysopole / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

      La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (5) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

     En 1456, il fut établi que Robert Olive, de Falaise, se faisait transporter par un diable nommé Chrysopole (Or/Pôle) et qu'à son instigation il tuait les petits enfants et mettait le feu. Il fut brûlé à son tour.

    Source : Garinet, Histoire de la magie en France.

     

     

    87 - Langrune-sur-Mer (14) - Disparition de Vanessa M. / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

      La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (5) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    Vanessa M., 37 ans, célibataire, sans enfant, conseillère bancaire à Hérouville-Saint-Clair (14), équilibrée et sans histoire, très proche de sa famille, et elle avait sa mère au téléphone trois ou quatre fois par jour (elle a perdu son père en décembre 2015), et elle menait une vie paisible avec son chat.

    Depuis deux mois elle avait des douleurs au dos, dans le bas-ventre et les jambes, elle a dû arrêter de travailler, car elle avait du mal à marcher ; elle a passé trois jours à l'hôpital mais on ne lui a rien trouvé.

    Le mardi 06 décembre 2016, vers 07 h 30,  étant en arrêt de travail (difficulté à marcher, à descendre les escaliers, ne pouvant conduire) elle quitte le domicile de ses parents à Langrune-sur-Mer en prévenant : je vais faire un tour, je reviens ; trois heures après sa mère, s'est inquiétée, et a signalé sa disparition. 

    Source : Guillaume Poingt, Le Figaro, 26/11/2021.

     

     

    88 - Rouen (76) - Le Parpaillot / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

      La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (5) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    En 1685, on avait encore brûlé au Vieux-Marché de Rouen un prêtre de l'Église Réformée de Rouen convaincu de sorcellerie, Jean Tirel, Ministre de l'Église protestante en Normandie, qui fut mis en prison à Rouen, où il n'y eut pas d'autre lit que celui d'un misérable prêtre accusé de magie, et qui ne le quitta que pour monter sur le bûcher, où il expia un crime abominable. 

    Source : Philippe Legendre, Histoire de la persécution faite à l'Église Réformée de Rouen. 

     

     

    89 - Château de Bricquebosq (50) - Les Trois Coups

     

    XVIIe siècle : A date fixe, on voyait soudain dans la cour du château de Bricquebosq, un spectre impressionnant. C'était celui du comte Kadot de Cybrantho, qui avait été tué par son frère jaloux, le seigneur de Claids.

    Le revenant, drapé de noir, apparaissait sur son cheval, montait sur le perron, frappait trois coups violents sur la grande porte, puis disparaissait. Et pendant des siècles, ce fantôme revint ainsi se manifester sur les lieux de son assassinat.

    Source : J. P. Seguin, Légendes traditionnelles de Normandie.

     

     

     90 - Le Pont de Vaudry (14) - Les Noosphères au XVIIe siècle

     

    XVIIe siècle : Dans le bocage normand on voyait des boules fantastiques, tournant sur elles-mêmes et se mettant dans vos jambes pour vous faire tomber, ainsi au moulin du Pont de Vaudry.

     Source : Charles Rossler, L'Art celtique.

     

     

    91 - Fécamp (76) - Les Plaies / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

      La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (5) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com) 

     

    A Fécamp, le mercredi 09 septembre 2020, une jument a été trouvée au petit matin, avec plusieurs plaies, à la patte et à la vulve. 

     Source : France Bleu Normandie, infos 2020.

     

     

     92 - Réville (50) - Disparition du Pr. Annie H. / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

       La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (5) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    Une ressortissante belge, de 68 ans, Pr. Annie H., qui parle français, allemand, anglais et néerlandais était seule dans le Val de Saire (50) et a disparu le mercredi 03 juillet 2013. Sa voiture a été retrouvée sur le parking de la plage de Jonville, à Réville (50).

    Source : Ouest-France du 15/07/2013.

     

     

     

     93 - Dieppe (76) - La Femme Grosse / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

       La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (5) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    Dieppe XXe siècle : Le jour des morts, à la nuit tombante, on voit parfois, au bout de la jetée, un bateau qui disparait soudain. C'est la visite des hommes du Pollet péris en mer.

    C'est aussi au Pollet que l'on percevait parfois les cris de la Femme Grosse qui, s'étant jetée du haut d'un rocher, y revenait vêtue d'une robe blanche flottante ; l'entendre était signe de malheur.

    Source : Le Tenneur René - Magie Sorcellerie et fantastique en Normandie -1979.

     

     

     

    94 - Étretat (76) - L'Égyptienne / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

       La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (5) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    Une déclaration de Louis XIV, du 11 juillet 1682, interdit d'héberger et ordonne : d'arrêter tous ceux qui s'appellent Bohémiens ou Égyptiens, pour être conduits aux galères et y servir à perpétuité ; arrivés en Europe au XVé siècle, on les tenait tous pour sorciers et on craignait fort leurs maléfices ; ils étaient devins, prestidigitateurs, jongleurs, danseurs de corde ; le démonologue du XVIIé siècle, De Lancre, dit que les sorciers empruntèrent aux danses bohémiennes le branle qu'ils dansaient au sabbat : se tournant les épaules l'un l'autre et le dos d'un chacun dans le rond de la danse, et le visage en dehors.

    Ces danses dos à dos, réputées sataniques, se retrouvent dans certains branles dansés encore aujourd'hui en Normandie.

    Le meunier de Grainville l'Alouette, près d'Étretat, chassa une bohémienne venue lui demander l'hospitalité. Malheureux ! tu t'en repentiras ! dit-elle. La nuit même, le moulin s'arrêta de tourner ; la rivière avait disparut sous terre. L'abbé Cochet dans l'Étretat souterrain rappelle cette légende en précisant que d'anciens plans montrent qu'une rivière coulait en effet autrefois dans cette vallée d'Étretat.

    Source : Spalikowski, La Normandie rurale et ignorée.

     

     

     

     95 - Le Molay-Littry (14) - Le Blessé

     

     

    Le mardi 08 septembre 2020, un cheval a été retrouvé blessé dans son pré.

    Source : paris-normandie.fr/actualites.

     

     

     

    96 - Pont-Audemer (27) - La Transmutation / Point-Chaud Surnaturel + Point-Chaud Ufologique

      La BD des Ovnis - Planche 20 : Les Apparitions des Ovnis et les Manifestations des Surnaturels (5) - L’Apocalypse des Ovnis (eklablog.com)

     

    XVIIe siècle : Jean-Baptiste Porée, né à Rouen (76) en 1612, qui fut médecin du roi d'Angleterre, Charles II, conta au docteur Huet, de Caen (14) dans quelles conditions il avait rencontré à Pont-Audemer, un prêtre qui avait fabriqué devant lui un lingot d'or. Il avait pour cela jeté, une sorte de poussière rouge dans un vase contenant du plomb fondu. Il détacha du lingot un fragment et me l'offrit pour garder un souvenir de cette métamorphose ; je l'acceptais et le portais chez un orfèvre à qui je commandais d'en faire une bague que j'ai gardée jusqu'à ce jour.

     Source : G. Vanel - Caen : Une grande ville aux XVIIe et XVIII siècle.

     

     

     

     97 - Cressy - Val  - de - Scie (76) - Jusqu'à l'os 

     

     

    Fin juillet 2020, Bérengère Legemble, propriétaire d'un cheval à Cressy, a retrouvé son animal dans son pré avec une entaille, jusqu'à l'os, au postérieur gauche.

    Source : paris-normandie.fr/actualites.

     

     

     98 - Colleville (76) - Les Barreaux de Fer

     

     

    Des grottes avaient la réputation d'arbitrer des démons ; celles de Colleville, dans le vallon d'Orval, furent longtemps l'objet de processions destinées à conjurer l'Esprit du Mal qui y résidait, mais malgré prières et eau bénite, jamais la bannière du cortège, retenue par une force infernale, ne put y pénétrer. On dut se contenter d'y enfermer les mauvais esprits au moyen d'un mur très épais consolidé par des barreaux de fer.

     Source : Guide de la France mystérieuse, Edit. Tchou, 1966.

     

     

     99 - Rebets (76) - Mort et Émasculé

     

     

    Vendredi 25 septembre 2020, à l'Est de Rouen, à Rebets un poney a été retrouvé dans un pré mort et émasculé.

    Source : paris-normandie.fr/actualites.

     

     

     100 - Le Château de Sahurs (76) - La Gorge Sanglante

     

     

     Demeure historique et propriété, depuis 1962, de Mme de Selva, professeur de français, dans la chambre donnée par la tradition comme ayant été occupée par Anne d'Autriche, au XVe siècle, se produisaient la nuit des phénomènes insolites ; des bruits indéfinissables, les murs vibraient, les portes claquaient, le lit vacillait. On évitait de coucher dans cette pièce hantée. Néanmoins, vers 1965, elle fut louée successivement à cinq étudiants qui ne se connaissaient pas, et dirent les mêmes choses, ils avaient passé des nuits affreuses ; réveillés par des bruits bizarres, ils avaient vu apparaitre, près de la cheminée, le fantôme d'un jeune homme portant au cou une horrible blessure.

    Personne ne coucha plus dans cette chambre, sauf, un soir, un Néo-Zélandais peu craintif, ancien pilote de la R.A.F. Il y entendit aussi des murmures en français, qu'il ne put comprendre, et vit, lui aussi, le fantôme à la gorge sanglante.

    Source : Cahiers Léopold Delisle, 1970.

     

    (à suivre) 48

     

     

    « Les Colonisateurs E. T. de la Terre (extrait 13)La BD des Ovnis - Planche 16 : Les Trophées des Chasseurs d'Ovnis (7) »