• L'Apocalypse des Ovnis : Livre III - Chapitre XXV : Les Ovnis en Normandie (4)

     

    Normandie - France - Ovnis

     

    Nord - Man -Die !

     Tartan de la Normandie

    «  Le Normand est toujours en deçà de la vérité ! »

     

    Juin 1944 / Mai 2019 - 75  Années d'Observations Ufologiques

     

     En 75 ans, de Juin 1944 à Mai 2019, les Ovnis ont Impacté 15 % des Villes et des Villages de Normandie, & visitent, de manière continue, 5 % d'entre eux.
     
    Parmi les 2 749 Communes de Normandie, 421 ont été affectées par les Ovnis, et 126 en récurrence.
     
    La Ville de Caen (14) par exemple, Capitale Régionale, pourtant peu propice aux Observations d'Ovnis compte, malgré tout & à elle-seule, pas moins de 55 Occurrences Ufologiques.

     

     

     

     

    Bagnoles - de - L’Orne (61) - 31/05/2015  - Minuit 

    Ballet Aérien des Spots Ovnis

     

    « Bonsoir, j'habite à Bagnoles-de-l'Orne. Il est minuit et je vois dans le ciel des centaines de points lumineux blancs et rouges, qui flashent et se déplacent à grande vitesse au-dessus de chez moi. Ce n'est pas une blague. Je regarde le ciel tous les soirs mais je n'ai jamais vu ça. Les points ont la taille d'un demi millimètre (!? Grepi), mais ceux de couleur orange paraissent un peu plus gros. Grâce au clair de lune, il me semble distinguer de la fumée. Leur altitude doit être assez élevée. Ils se déplacent seuls ou en groupe très rapidement. J'ai du mal à les suivre du regard. Certains points disparaissent puis réapparaissent cinq secondes plus tard. Les points blancs sont constamment en mouvement, tournent et virent à toute vitesse. Les points orange, eux, restent sur place puis, d'un coup, traversent le ciel. Voilà ce que j'observe actuellement. C'est très surprenant. Malheureusement, des nuages s'approchent et je ne verrai plus rien dans quelques minutes. Gaël (Orne - France) ». 01 Témoin. Source : Grépi lundi 01 juin 2015. http://grepi.blogspot.fr/

     

    L’Aigle (61) - 15/12/2003 - 16 h 30

     Un Triangle Invisible 

     

    « Je suis sorti prendre un peu l'air et fumer une cigarette. J'ai commencé par entendre un léger vrombissement, le son semblant venir de l'arriére, je me suis donc retourné, il n'y avait rien. Quelque secondes plus tard j'avais comme la sensation que quelque chose arrivait vraiment par l'arrière et en me retournant la seconde fois, plus de doutes, un objet visiblement de forme triangulaire planait silencieusement dans les airs. Il y avait 3 lumieres blanches qui pulsaient à chacune de ses extrémités. Au centre j'ai distingué 2 lumières rouge, une plus grosses jaune et il y avait encore 2 plus petites blanches qui pulsaient également en synchronisation avec celles des extrémités. Durée de la visibilité environ 2 minutes, l'objet a disparu à l'horizon. » 01 Témoin. Source : Les Ovnis en France.

     

    Broglie (27) - 17/11/1996 - entre 01h30 et 02h

    Voitures "folles"

     

    L'incident concerne une automobiliste française, Mme Stéphanie Tahon.

    Le 17 novembre 1996, après un court séjour en Normandie, elle revient vers la région parisienne au volant de sa voiture en compagnie d'un ami.

    Il est entre 1h30 et 2h du matin. Sur la route de Broglie, près de Lisieux, en direction de Paris, à la sortie d'un rond-point, le véhicule entre dans un banc de brouillard.

    Au rond-point suivant, une voiture blanche est remarquée sur le bas-côté de la route.

    Mme Tahon et son passager décident de refaire le tour du rond-point pour voir si quelqu'un est blessé dans ce véhicule. En dépassant la route vers Paris les deux témoins distinguent sur celle-ci deux autres voitures à l'arrêt disposées comme si elles voulaient bloquer la circulation.

    Ce sont deux automobiles très basses de type modèles américains 1950. De plus, elles semblent entourées d'un halo blanc.

    Puis les témoins parviennent de nouveau à l'endroit où la voiture blanche se trouvait, pour constater qu'en fait il n'y a personne à l'intérieur.

    Ensuite, quand ils se rapprochent prudemment de la route qui conduit vers Paris, c'est pour constater que les deux voitures ont disparu, ce qui les soulage grandement.

    Très choqués, ils poursuivent leur route avec lenteur, car le brouillard est toujours présent.

    Au bout de dix kilomètres, Mme Tahon aperçoit tout à coup dans son rétroviseur une voiture noire qui arrive à une allure folle, entre 200 et 300 km/h, avec deux phares ronds très puissants, de couleur jaune.

    Ce nouveau venu double la 205 mais avec deux changements de direction anguleux, aberrants, car impossibles à réaliser surtout à cette vitesse énorme.

    Lors du dépassement aucun bruit n'a été entendu.

    Autre chose, quand les deux témoins ont vu les deux voitures, ils ont éprouvé la sensation "d'une étrange sérénité" et que "le temps était figé".

    L'enquêteur affirme que Mme Tahon lui a fait une très bonne impression, d'autant que durant son récit elle est restée calme, lucide et objective.

    Sources : Enquête Joël Mesnard, sur une information de Mme Astrid Fournier abonnée à LDLN, cf. LDLN n°371, février 2004, p.35.  Et Jean Sider : La grande mystification 1/ Mystification et polymorphisme du phénomène Ovni, p.192.

      https://www.youtube.com/watch?v=1qLRGiBTbHc&feature=share&fbclid=IwAR3W9hxLMlnsI37drae6Ik6Ywecg4zyiN62NdydCEhSB0iHdCClP1i3qseE

     

     

    Les "Rêves Éveillés" ou les Cratophanies Multidimensionnelles

    Commentaire de Guillaume Chevallier du 22/08/2020 :

    La scénographie de cette Rencontre Rapprochée peut s’interpréter selon la logique onirique, où les véhicules automobiles sont une représentation/transposition de personnes en tant qu'êtres animés.

    La navigation dans le brouillard plante le décor du monde des rêves, qui est intemporel (ressenti du temps figé).

    Cette Rencontre Rapprochée semble s’adresser au Témoin Principal.

    Première Phase & Première Représentation

    Mme Stéphanie Tahon, est confrontée à sa propre destinée dans la vision de la « Voiture Blanche » sortie de la route, et qui l’incarne, elle-même, dans ce « Rêve Éveillé », où elle pressent ou imagine un péril (personne blessée dans la voiture blanche).

    Ce ressenti est si fort qu’elle décide de s’en assurer en revenant sur ses pas (tour supplémentaire du Rond-Point), et aperçoit alors un « Couple de Voitures », de Type Américaines des années 1950 « auréolées », qui paraissent ou voudraient lui barrer la route dans sa progression.

    Ce « Couple  de Voiture » est, peut-être, la représentation/transposition du « Couple de Personnes » qu’elle forme à ce moment-là, avec son Ami qui l’accompagne, vers la Région Parisienne.

    Quoi qu’il en soit, elle et son passager sont soulagés, car dès l’instant qu’ils constatent qu’aucune personne n’est blessée dans la voiture blanche,  le « Couple de Voitures » qui les inquiétait s’est évanoui, par la même occasion, & comme par enchantement.

    La simultanéité des deux constatations suggère fortement, un lien de cause à effet, augurant une solution heureuse avec la disparition du Couple Voitures/Personnes.

    Deuxième Phase & Deuxième Représentation

    Choqué, le couple continue sa progression prudente dans le brouillard sur environ 10 km, avant d’être rattrapé par une Voiture Noire, équipée de deux puissants phares jaunes, qui double leur 205, à une vitesse qui a été estimée entre 200 à 300 km/h par les témoins, et en effectuant une double chicane anguleuse, impossible à réaliser à cette allure, dans le brouillard & le plus grand silence.

    Que peut signifier cette nouvelle « Voiture Noire » dans la logique interprétative des rêves ?

    Sans doute la Personnalisation du Couple, représenté & imagé par les « Deux puissants phares jaunes » les entrainant ainsi vers un « Mystérieux Destin Caché » (sombre = inconnu = occulte = dissimulé) symbolisé par la Couleur Noire.

    Que conclure ?

    Le « Couple de Voitures » Américaines des années 1950 « auréolées », typique de celles des Men-In-Black, (ou MIB = Créatures Polymorphes Endo-Exogènes), symbolise le « Rêve Américain » idéalisé.

    La Clef de cette Rencontre Rapprochée, est probablement à rechercher dans cette « American Way of Life » sacralisée (ou « auréolée »), du « Consumérisme Matérialiste » ou Idéologie Mondialiste, qui, au fil du temps, s'est imposée comme voie de progression unique offerte à la Société Humaine.

     

     

    Merville - Franceville - Plage (14) - 23/06/1987 - 22 h 30 / 23 h

    La Mécanique Céleste

     

    Comme il a l’habitude de la faire le Témoin M. R. C. , 31 ans, employé de camping, se promène sur le chemin de la Baie de l’Orne en direction du Port Nautique, lorsque ayant dépassé le Camping de Carolus, il observe, pendant environ 5 mn, dans le ciel nocturne deux phénomènes lumineux évoluant silencieusement au-dessus de la Forêt de Franceville. Deux sphères ovoïdes lumineuses, de couleur blanc ivoire, de 3 mm sur 2 mm en grandeur apparente, tournant simultanément, mais chacune en sens inverse, sur une même trajectoire parfaitement circulaire, qui lui apparaissent parfaitement délimitées et visibles sur le fond des nuages gris, dont le plafond est assez bas et dans lequel elles évoluaient sensiblement. La trajectoire formait un Cercle de 1 cm ½ en grandeur apparente. Les deux ovoïdes se croisant régulièrement sur la même trajectoire semblaient se confondre en se superposant l’un sur l’autre. L’ensemble finit par disparaître en dérivant à la vue du Témoin masqué par les Broussailles et la végétation des Dunes surplombant à cet endroit le chemin de la Baie de l’Orne. Le Témoin a déjà observé le même phénomène en Mars & Juin 1986 dans le même secteur de la Baie de l’Orne. 01 Témoin. Enquête : Génpi.

     

     

    Longny- au - Perche (61) - 16/12/1987 - 06 h 45

    La Porte de Lumière

     

     

    Le matin du 16 décembre 1987, M. L., qui avait rendez-vous dans la ville voisine, s'était levé un peu plus tôt que d'habitude, mais c'est en fait un bruit inhabituel qui l'avait réveillé, vers 06 h 45 : un ronronnement régulier, qu'il compare à celui d'un générateur électrique tournant à régime constant. Entre 07 h et 07 h 05, il se leva et vint aussitôt à une fenêtre donnant sur le sud-est. Le spectacle lumineux qu'il découvrit alors, à 250 m de distance environ, l'étonna au plus haut point. "Les bras m'en tombèrent", dit-il. AZu-dessus d'un chemin goudronné, immobile à environ 01 m de la chaussée (en pente légère à cet endroit), un rectangle de lumière blanche, haut d'environ 4 à 5 m et long de 8 ou 9 (estimation de l'enquêteur à 4 m de hauteur et à 10 m de longueur), très lumineux dans sa partie inférieure, éclairait les environs, dans un rayon de près de 200 m. On distinguait tous les détails du paysage. La chose a été perçue comme "un rectangle", c'est-à-dire une figure plane, située dans un plan vertical, une sorte d'écran lumineux. Que fit M. L. ? Il observa ce spectacle, pendant trois minutes environ. Son étonnement était tel qu'il ne pensa pas à réveiller son épouse. Soudain, deux silhouettes apparurent, près du coin inférieur gauche de l'objet. Elles avaient une taille "normale" et se déplaçaient l'une derrière l'autre, vers la gauche et vers le bas, le mouvement des jambes suggérant que les deux personnages descendaient un escalier (qui ne fut pas lui-même observé). Ces deux silhouettes, d'apparence humaine, semblaient vêtus de combinaisons d'un vert kaki sombre, avec capuche enserrant le tête. M. L., qui a été mécanicien dans l'armée de l'Air (sur mirage IV), insiste sur le fait que ces combinaisons ressemblaient beaucoup à celles que portent, par mauvais temps, les mécaniciens de l'armée de l'Air. Dès qu'ils arrivèrent au niveau du sol, ces deux personnages continuèrent à marcher vers la gauche, c'est-à-dire en s'éloignant de l'objet, mais aussitôt le rectangle se mit en mouvement, en sens inverse, au-dessus du chemin goudronné. L'unique source de lumière s'éloignant d'eux, les deux personnages disparurent aussitôt à la vue du témoin, dansl'obscurité ambiante. M. L. affirme qu'ils ne sont pas remontés dans la chose, qui s'est mise en mouvement dès qu'ils eurent mis pied à terre. Le témoin vit le "rectangle" défiler vers sa droite, prenant lentement de l'altitude au(dessus du chemin goudronné et accélérant jusqu'à atteindre une vitesse de 150 ou 200 km/h au moment où il allait sortir du champ de vision offert par la fenêtre. M. L. se précipita vers un vasistas d'où l'on peut regarder vers le sud-ouest, pensant observer le départ de la chose. Il arriva trop tard : il n(y avait plus rien. Lors du départ, l'objet avait continué à émettre le même ronronnement qu'à l'arrêt. Tout d'abord, le fermier habitant tout près (à moins de 100 m) du site d'atterrissage, observant ce matin-là vers sept heures, la clarté qui filtrait à travers les interstices de ses volets, s'était étonné qu'il fît jour si tôt, à tel point qu'il crut tout d'abord que son réveil retardait. D'autres fermiers, habitant non loin de là, constatèrent qu'à partir de ce moment-là, leur radioréveil était détraqué. Enfin, une dame du voisinage assura à M. L. qu'elle avait observé quelques années plus tôt, à peu près au même endroit. Sur le site du quasi-atterrissage, le témoin ne remarqua aucune trace qu'aurait pu laisser le phénomène. 02 Témoins. Source : LDLN N° 295.

     

    Granville (50) - 28/03/1987

    Un Phénomène Inconnu

     

    30 mars 1988 : Radio-Manche (100,5 MHz), de Saint-Lô,diffuse à 8 h 44 l'information suivante : Lundi soir 28 mars, un phénomène lumineux étrange a été observé durant plusieurs minutes, autout de la maison d'un habitant de Granville. Source : LDLN N° 293-2944.

     

    Trun (61) - 06/09/1988 - 23 h 

    Le Témoin Observé

     

     Un premier témoin circulant en voiture observe 1 objet en forme de tonneau avec des ailerons qui survole la route à vive allure. L'objet dépasse la voiture puis fait demi-tour pour stationner au-dessus de celle-ci. Le témoin est effrayé et éteint ses phares, ce qui semble provoquer le départ de l'objet. Celui-ci a une taille estimée entre 10 à 15 m d'envergure et de couleur orange. Il se déplace sans bruit. Le lendemain 7 septembre et le surlendemain 8 septembre, le même témoin fait la même observation mais l'objet se trouve beaucoup plus haut dans le ciel. Il prend alors des photographies de l'objet. Le témoin alerte 3 de ses voisins qui constateront également le phénomène les 6, 7 et 8 septembre. Le phénomène restant plus ou moins stationnaire a été observé durant près de 1 h 30. Bien que les descriptions faites puissent faire penser à un ballon dirigeable, ni les photos inexploitables, ni l'enquête n'ont permis de déterminer la nature exacte de l'objet observé. 04 Témoins. Sources : OVNI 61 - Orne.

     

    Yvetot (76) - 30/07/1981

    Objet Fixe

     

    Jeudi 30 juillet 1981, à Yvetot, Seine Maritime, deux témoins devant leur habitation aperçoivent un phénomène lumineux dans le ciel. Ils appellent aussitôt leurs voisines et la gendarmerie. Tous constatent la présence à très basse altitude d'un objet circulaire de couleur claire, d'environ 30 ou 40 cm de diamètre. Cet objet fixe sera observé durant une heure puis les gendarmes feront la même observation dans une autre commune. Aucune trace ne sera relevée sur le sol ou sur les habitations environnantes et aucun fait particulier concernant l'attitude des animaux du secteur n'a été porté à la connaissance des gendarmes. Plusieurs Témoins. Source : RRO.

     

    Aubigny (14) - 20/05/1989 - vers 02 h 10

    Ovni en Famille

     

    Frédéric Raullier, qui est astronome amateur, raconte : "Revenant d'un repas de famille, j'allais scruter le ciel une dernière fois, avant de me coucher. A ma grande stupéfaction, je découvris entre deux arbres une énorme boule rouge : elle était immobile au-dessus d'un arbre, mais devait en réalité se trouver nettement plus loin que celui-ci. Je songeais tout de suite au phénomène OVNI. J'appelais mes parents. Ma mère arriva, suivie de mon père. Lorsqu'ils arrivèrent, l'objet commençait à s'éloigner lentement. Récapitulation de l'observation : 1re phase : l'objet reste immobile, pendant 8 ou 9 secondes. 2è phase : l'objet se met à bouger lentement, à vitesse constante, durant une minute ou une minute et demie. Caractéristique de l'observation :  Jour et heure : 20 mai 1989, environ 2 h 10 (heure légale). C'était le lendemain de la pleine lune. Couleur de l'objet ; rouge orangé. Grosseur : un demi degré. Magnitude : environ - 5. Bruit : aucun. Luminosité : constante. Direction d'observation : vers l'est-sud-est. Hauteur au-dessus de l'horizon : environ 35°. 03 Témoins. Source : LDLN N° 198.

     

    Rouen (76) - 21/07/1989 - vers 23 h 15

    Deux Oranges-Citrons

     

    Mme L., 37 ans vit, du dixième étage d'une tour située à Rouen dans le quartier de la Grand-Mare, en direction de Saint-Martin du Vivier deux boules-oranges entourées d'un halo jaune. Ce phénomène se situait assez bas sur l'horizon, au-dessus d'un champ, près d'une forêt. Ces deux boules se déplacèrent l'une derrière l'autre, puis disparurent sur place, comme une lampe qu'on éteint. La distance d'observation est de l'ordre de 3 à 5 kilomètres. 01 Témoin. Source : LDLN N° 299.

      

    Brix (50) - 26/10/1989 - 01 h / 02 h

    Crasch Radioactif

     

     Ovnis & Radioactivité en Normandie à Brix (50) 25 et 26 Octobre 1989

    En France, le Géipan à la "Demande" des Autorités Militaires, renseigne des Représentants de la Défense Nationale sur les Rentrées Atmosphériques de Nature Satellitaire Terrestre, ou Autres, de Nature Extraterrestre.

     Il intervient aussi prioritairement sur les  Incidents de ce Type, comme l'Affaire du "Trou Normand" ... (qui a été investiguée à l'époque par le Sépra : ancêtre du Géipan) ... survenue dans la nuit du 25 au 26 octobre 1989 à Brix (50) dans la Manche - France, au lieu-dit "La Rade".

     Cette nuit-là M. Bigot est réveillé à deux heures du matin par les grattements du chien sur la porte, dehors. En ouvrant à l'animal, il est surpris par une forte lumière blanche, d'aspect conique, qui semble survoler les champs, à l'est de sa maison. Cette lueur ne dure que quelques secondes, et M. Bigot, quoique surpris, n'y attache pas plus d'importance ; il décide de se recoucher.

    À cette même heure, M. Hervieux (notaire en retraite), de Brix, à quelques kilomètres de là, est réveillé lui aussi, mais cette fois par une forte sonorité qui lui rappelle le bruit "d'un moteur en décélération".

    Le lendemain matin M. Hébert découvre dans son champ (où M. Bigot vit la lumière) une large trace, ... (LDLN N°299).

    De son côté, entre 01 h et 02 h du matin, étant sorti pour assouvir un besoin naturel, où M. Hébert a vu le passage d'un phénomène de traînée lumineuse au-dessus de sa propriété, avant de faire, un peu plus tard dans la matinée, la découverte consécutive de plusieurs traces carbonisées au sol, contaminées par la présence d'Isotopes Radioactifs, & la disparation de 06 à 10 mètres cubes de terre (cette Présence de Radioactivité a été totalement Oblitérée dans le Rapport Officiel du Sépra dirigé à l'époque par Jean-Jacques Vélasco, qui est accrédité Défense Nationale).

     

    Ovnis & Radioactivité à Brix (50) - 25 et 26 Octobre 1989

     

     

    Photos Source : Génpi - Normandie - France - Ovnis

     

     Complément d'enquête sur l'Incident du "Trou Normand" par le Génpi :

    Mr et Mme Bigot, qui sont les plus proches voisins résidents du "Trou Normand", le samedi 20 janvier 1990 en menant, vers 9 h 30, leurs bêtes pâturer dans le pré où les "Traces Carbonisées & Radioactives" sont toujours présentes, ont entendu une explosion et M. Bigot a vu comme une "Gerbe de Charbon" qui a affolé les vaches, comme cela c'était déjà produit, la veille, avec les bêtes d'un autre voisin.

    Source : Témoignage de Mr. Hébert, qui a vu jaillir, lui aussi, en janvier 1990, à plusieurs reprises, des grandes lueurs bleues s'élevant à une dizaine de mètres de hauteur. EDF n'a constaté aucun dégât sur la ligne à Haute Tension qui passe à environ 70 m des "Traces Carbonisées & Radioactives".

     

     

    Brix (50) - 26/10/1989 - 01 h / 02 h

    Crasch Radioactif

     

     En France, le Géipan à la "Demande" des Autorités Militaires, renseigne des Représentants de la Défense Nationale sur les Rentrées Atmosphériques de Nature Satellitaire Terrestre, ou Autres, de Nature Extraterrestre.

     Il intervient aussi prioritairement sur les Incidents de ce Type, comme l'Affaire du "Trou Normand" ... (qui a été investigué à l'époque par le Sépra : ancêtre du Géipan) ... survenue dans la nuit du 25 au 26 octobre 1989 à Brix (50) dans la Manche - France, au lieu-dit "La Rade".

    Cette nuit-là M. Bigot est réveillé à deux heures du matin par les grattements du chien sur la porte, dehors. En ouvrant à l'animal, il est surpris par une forte lumière blanche, d'aspect conique, qui semble survoler les champs, à l'est de sa maison. Cette lueur ne dure que quelques secondes, et M. Bigot, quoique surpris, n'y attache pas plus d'importance ; il décide de se recoucher.

    À cette même heure, M. Hervieux (notaire en retraite), de Brix, à quelques kilomètres de là, est réveillé lui aussi, mais cette fois par une forte sonorité qui lui rappelle le bruit "d'un moteur en décélération".

    Le lendemain matin M. Hébert découvre dans son champ (où M. Bigot vit la lumière) une large trace, ... (LDLN N°299).

    De son côté, entre 01 h et 02 h du matin, étant sorti pour assouvir un besoin naturel, où M. Hébert a vu le passage d'un phénomène de traînée lumineuse au-dessus de sa propriété, avant de faire, un peu plus tard dans la matinée, la découverte consécutive de plusieurs traces carbonisées au sol, des bouffées de chaleur sont encore perceptibles le jour de la découverte, et 02 jours après en profondeur, ainsi qu'une odeur de pétrole (souvent ressentie sur les traces laissées par des Ovnis), contaminées par la présence d'Isotopes Radioactifs, & la disparation de 06 à 10 mètres cubes de terre (cette Présence de Radioactivité a été totalement Oblitérée dans le Rapport Officiel du Sépra dirigé à l'époque par Jean-Jacques Vélasco, qui est accrédité Défense Nationale).

    Complément d'enquête sur l'Incident du "Trou Normand" par le Génpi :

    Mr et Mme Bigot, qui sont les plus proches voisins résidents du "Trou Normand", le samedi 20 janvier 1990 en menant, vers 9 h 30, leurs bêtes pâturer dans le pré où les "Traces Carbonisées & Radioactives" sont toujours présentes, ont entendu une explosion et M. Bigot a vu comme une "Gerbe de Charbon" qui a affolé les vaches, comme cela c'était déjà produit, la veille, avec les bêtes d'un autre voisin.

    Source : Témoignage de Mr. Hébert, qui a vu jaillir, lui aussi, en janvier 1990, à plusieurs reprises, des grandes lueurs bleues s'élevant à une dizaine de mètres de hauteur. EDF n'a constaté aucun dégât sur la ligne à Haute Tension qui passe à environ 70 m des "Traces Carbonisées & Radioactives".

     

     

    Asnelles (14) – 1971

    Premier Enlèvement d’Adolescentes

     

     

    Deux sœurs Myriame D. (15 ans) et Joëlle D. (12 ans) revenaient en fin d'après-midi de chez des amis, et rejoignaient l'installation de camping de leurs parents à Asnelles, sur le littoral du Calvados. Elles s'apprêtent à traverser un bois, lorsque tout-à-coup, elles s'aperçoivent au-dessus d'elles, à peu près à 50 m d'altitude une soucoupe volante. Elle est ronde et munie d'une lumière orange sur le dessus. Elles ne croyaient pas à l'existence des soucoupes volantes et elles ont pensé à un hélicoptère, mais c'était bien une soucoupe volante qui se mit à décrire un arc de cercle et donna l'impression de vouloir se poser. Elle finit par disparaître cachée par les arbres. Les deux sœurs continuèrent alors leur chemin en commentant l'événement.

    Lorsqu'elles débouchèrent dans une carrière, elles virent la soucoupe volante posée au sol, et à ce moment-là, la soucoupe s'ouvrit et deux personnages en descendirent. Tout d'abord, un "petit vieux", suivi d'un énorme "colosse". Elles s'aperçurent alors qu'elles étaient paralysées, elles ne pouvaient ni crier, ni bouger, mais elles continuèrent à être conscientes et elles voyaient parfaitement. Elles avaient bien-sûr très peur. Lorsque les deux personnages, parfaitement humanisés, arrivèrent à leur hauteur, ils les rassurèrent en leur parlant en français : "N'ayez crainte nous ne vous voulons aucun mal !" (le colosse parlait un langage argotique) et ils les emportèrent dans la soucoupe où les effets du "gaz paralysant" se dissipa progressivement.

     La soucoupe volante était munie d'un tableau de bord avec toutes sortes de  manettes, et autour une baie vitrée permettant de voir l'extérieur. La plus âgée arriva à contenir sa peur et son émotion, tandis que la cadette n'arrêtait pas de pleurer. 

    Mais à partir de ce moment-là, un dialogue assez étonnant s'engagea avec surtout le "petit vieux" et la sœur aînée. En effet le "petit vieux" explique qu'il était un Humain, et qu'il avait été enlevé, comme elles, il y a 15 ans alors qu'il revenait de visiter un malade, étant médecin à l'époque.

    Le colosse confirma ses dires, en expliquant que lui était docker. Par contre les "Pilotes" de la Soucoupe sont des Suraniens de la planète "Suranus" et qu'ils viennent capturer des humains pour les emporter sur leur planète où, s'ils sont de "beaux sujets", ils sont placés et gardés dans des sortes de zoos, ... et s'ils sont dociles et forts ils rentrent au service des Suraniens. Par contre, s'ils sont bien dodus, ils sont mangés au cours des fêtes.

     Les beaux spécimens dans les zoos vivent une existence paradisiaque, selon le docteur, il y aurait même beaucoup de terriens qui sont parfaitement heureux sur Suranus et qui ne voudraient pas revenir sur Terre.

    Suranus qui est située derrière la face cachée de la lune, possède des satellites avec d'autre formes de vie, par exemple des êtres qui ressemblent à des chauves-souris, d'autres des sortes d'algues aquatiques. Les Suraniens eux sont comme nous, à part qu'ils ont une tête d'écureuil sans poils, oreilles pointues, museau.

    La lune aussi est habitée, et les Suraniens s'y sont réfugiés dans son sous-sol. Et lorsque l'homme a posé le pied pour la première fois sur son sol (le 21 juillet 1969) cela ne leur a pas plu, mais heureusement pour l'Humanité les Suraniens sont pacifiques.

    Les Suraniens sont par ailleurs mécontents à cause de tous les satellites qu'envoient l'Humanité car cela crée un encombrement monstre.

    Pour leur part les Suraniens ont plusieurs milliers d'années d'avance sur nous, et ils vivent une existence paisible puisqu'ils ont également résolu tous les problèmes posés par la modernité.

    Selon le docteur, nous ne sommes pas prêts à mettre les pieds sur Mars, étant donné qu'il nous manque plusieurs milliers d'années à notre évolution pour être à même de réaliser ce projet.

     Au début, la sœur aînée avaient très peur du "colosse", mais très vite elle s'est aperçu qu'il était très gentil, comme le docteur qui était particulièrement aimable, faisant tout pour les rassurer.

    Cependant, elle ne pouvait pas se résoudre à l'idée d'être réduite à l'état d'esclavage pour le compte des Suraniens, et elle se révolta à plusieurs reprises face à une telle perspective, allant jusqu'à reprocher au docteur et au docker d'être devenus les chiens de chasse serviles des Suraniens, ce qui a vexé le docteur.

    Elle leur a demandé, pourquoi ils ne s'étaient pas évadés, ...le docteur répondit que c'était impossible car les Suraniens avaient un fusil paralysant capable de tirer jusqu'à deux km. (ce qu'ils avaient probablement tenté sans succès).

    Maintenant notre "courageuse héroïne", étant plus assurée, et à présent plus aguerrie, a décidé de réagir afin de conserver sa liberté. Elle propose directement un plan d'évasion à ses compatriotes devenus captifs des Suraniens.

    Elle exposa donc son plan d'évasion avant de le réaliser. Les deux sœurs vont faire semblant de s'évanouir ou de tomber en syncope, à ce moment là, les deux captifs iront chercher les Pilotes, et à ce moment précis, ils pourront neutraliser les Suraniens.

    Les deux sœurs s'exécutent, et  pour faire plus authentique, l'aînée ferma réellement les yeux. Les deux captifs vont chercher l'un des deux Pilotes dans la cabine de pilotage. Au moment où l'extraterrestre s'approche d'elle du haut de ses 1.80 m, l'aînée ouvre les yeux et "bondit" sur lui par surprise et lui casse le bras avec un "Harmlok" (prise de Judo qu'elle pratique depuis l'âge de 13 ans). à cet instant elle se saisit de son fusil paralysant, le donne au docteur qui va paralyser l'autre Pilote resté dans la cabine de pilotage. Ils en profite alors pour quitter la Soucoupe Volante, les deux sœurs, et le docteur armé du fusil paralysant qui disparut dans les bois.

    Le docker n'est pas sorti avec eux.

    Après, environ une heure enfermées dans la Soucoupe Volante, les deux sœurs ont rejoint leurs Parents, essoufflées et en pleurant. Mais ces derniers n'ont jamais voulu les croire, ni prévenir la Gendarmerie.

    Deux Témoins.
    Source :  Enquête Génpi. 

     

     

     

    Saint - Victor - L’Abbaye (76) - automne 1971 - à la tombée de la nuit

    Une Soucoupe Volante se dirige vers le Sol

     

    Mme Raillot : « nous revenions de Clères (76), un dimanche après-midi (Alain son fils qui avait 5 ans en 1971, intervient : plus tard que ça, il faisait nuit) plus tard, ah rien n’est moins sûr, enfin le jour commençait à tomber, mais il faisait nuit, je ne suis pas tellement d’accord, il était donc assez tard, et en arrivant près de chez nous, là, enfin sur la route de Clères St - Victor, au-dessus d’un bosquet d’arbres, on a vu quelque chose qui ressemblait à une soucoupe volante, bon ce n’est pas péjoratif, mais vraiment quelque chose qui ressemble à une soucoupe, dont les hublots, on avait l’impression qu’elle tournait sur elle-même, et des hublots s’échappaient des faisceaux lumineux, l’ensemble était vert je m’en souviens, car le vert est ma couleur préférée, alors cela m’a frappée, et mon mari l’a vu aussi, donc on s’est arrêté, nous étions en Simca 1000. Nous l'avons regardé, la notion de temps, je ne me souviens plus très bien, sûrement quelques secondes, hein, on ne l'a pas vu très longtemps, mais très bien vu, on avait l'impression qu'il stationnait sur lui-même et tout d'un coup, heu, il est parti d'une façon oblique et à nos yeux, enfin, il nous a échappé, apparemment, il descendait à l'horizon, et il s'est caché derrière les arbres, on avait l'impression qu'il s'était posé derrière les arbres, pas loin de nous ... (Alain intervient : il est descendu obliquement derrière le bosquet) ... et puis après, nous ne l'avons pas revu, nous avions l'intime conviction qu'il était parti.

    Alain : Alors on revenait de Clères, chez ma grand-mère, on était sur la départementale N° 3, à peu près à six kilomètres de Clères en allant vers Saint Victor, c'est une petite départementale, une route relativement sinueuse, et puis à un moment on arrive à un endroit où il y a de la plaine de chaque côté. A gauche de la plaine sur un bon kilomètre et à droite la plaine et un ou deux bosquets, cela s'étend sur deux ou trois kilomètres après le bosquet, et puis bon, l'heure je ne ma rappelle pas exactement, bon, il faisait nuit, sûrement vers 23 h 30 - o h 00 (selon son souvenir d'enfant), à peu près, et puis mes parents ont vu, heu, ma mère a dit : "Tiens il y a quelque chose de vert là-bas", alors mon père s'est arrêté, et à mille mètre à vol d'oiseau, il y avait un objet, d'une couleur verte très soutenue et très lumineux, qui était en suspension à une trentaine de mètre du sol. On s'est arrêté, et on a pu l'observer, pendant, pendant plusieurs dizaines de secondes, une minute, une minute trente, l'objet était immobile. I l y avait des, bon ça c'est certain, il y avait des hublots des sortes de faisceaux, des lumières vertes, ça semblait tourner sur lui-même. L'objet a bougé, s'est mis à osciller légèrement, s'est levé un peu et a replongé derrière un bosquet où derrière l'horizon, si on mal jugé la distance. Mais ce serait plutôt vers le bosquet et derrière, il y a une plaine et la ferme. Ce serait plutôt derrière la ferme puisqu'il y a un endroit bien plat, voilà après il a disparu.

    M. Raillot (d'après lui entre 18 h 30 / 19 h); a aperçu le phénomène sur sa droite, il s'est arrêté pour mieux l'observer. Il confirme le témoignage de ses proches, mais précise qu'il a vu moins longtemps le phénomène étant donné qu'il conduisait. Il situe le phénomène entre 800 et 1 km de distance et à une hauteur de 400 m environ. La couleur du phénomène : vert émeraude lumineux (Pantone 316u - 371u), 03 Témoins. Source : LDLN N° 289-290.

      

    Civières (27) - 10/03/1972 - vers 21 h 25

    Panne de Véhicule

     

    1972, 10 mars, Civières, hameau d'Aubigny Daniel Laurets (Loretz ?) lieutenant de sapeurs-pompiers, voit à 21 h 25 à travers le pare-brise, à droite de la route, quelque chose qui descend vers le sol et se pose très rapidement. Il freine. Il estime que l'objet se trouve à 200 m de lui. Au moment de l'atterrissage une espèce de boule rouge de faible dimension coiffant l'ovni, s'éteint. A l'avant deux ouvertures de forme elliptique diffusent une pâle lumière en oblique vers le sol qui est éclairé. A l'arrière une lueur rouge peu puissante éclaire le champ labouré. Trente secondes après l'atterrissage les feux s'éteignent et dans la nuit devenue noire, plus rien n'est visible. Il a toutes les peines du monde à faire fonctionner convenablement le moteur de la R6 neuve et qui tousse sur plusieurs centaines de mètres avant de tourner normalement. 01 Témoin. Sources : (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 373, & Scibd).

     

     Les Chaliers - En - Macey (50) - 27(?)/10/1973 - entre 19 h 15 et 19 h 30

    Un Petit Ballon Volant

     

    Entre 19h15 et 19h30, un témoin qui désire garder l’anonymat, sortant de sa maison aperçoit à l’horizon (environ 800m) « une boule jaune pâle »,  puis à 150 - 200 m plus loin en arrière une deuxième et enfin une troisième. Le témoin n’entend aucun bruit et n’a aucune idée de ce que cela peut être. Les boules finissent par disparaître derrière un bois. Ce qui frappe le témoin : la couleur jaune pâle des boules en question : « un petit ballon » s'est-il déclaré. 01 Témoin. Source : Enquête Génpi.

     

    Barneville - Carteret (50) -  02/12/1973 - vers 05 h 30 à 06 h 05

    Un Ovni pris au Filet

     

    Les deux témoins un père et son fils, le père Georges Jean et le fils Noël, avaient tendus des lignes depuis plusieurs jours. En allant les relever ce matin là ils observent une grosse lumière qui se révèle à la hauteur de la plage sur le sable. Pendant leur descente vers le rivage elle ne bouge pas. "Tout d'abord nous avons pensé qu'il s'agissait d'une voiture. Mais une voiture a deux feux et nous n'en percevions qu'un. Nous avons également pensé à des trafiquants et nous n'osions pas descendre sur la plage.". Le père se décide et chacun des deux témoins va vers ses lignes. Le fils voit la lumière en plein dans ses lignes, il la comparera à une fenêtre jaune. Il va vite chercher son père. Il lui a demandé de venir et lui explique que cette lumière était au cœur des filets. Ils vont alors vers elle en braquant leurs lampes devant eux. Cette dernière ne bouge toujours pas. Peu rassurés les deux témoins préfèrent partir pour revenir plus tard. Ils éteignent leurs lampe et remontent jusqu'à leurs mobylettes. Avant de partir Ils voient la lumière jaune se tourner vers eux puis vers les dunes en envoyant un rayon, enfin elle s'éteint. Puis apparait une petite boule bleu vert au-dessus du lieu ou se trouvait l'objet, cette dernière s'envole vers 6 heure 05. Depuis cette vision le père à toujours refusé de revenir sur cette plage. A noter après enquête de J. Vallée il semblerait que des " éléments extérieurs" ont essayé de détourner le cas. En effet, tout d'abord il y a eu vraisemblablement un contact radar à 6 h 10 (se déplaçant du Sud-Ouest au nord-est) au niveau de Carteret. Il y aurait eu aussi un deuxième écho en direction des "passes de l'ouest". Les renseignements furent difficiles à obtenir en raison d'instructions spéciales données aux radaristes. Il semble que non seulement la gendarmerie, mais aussi la sécurité du territoire a enquêté sur les lieux. Le 7 du même mois une tenue complète de plongée sous marine fut retrouvée abandonnée sur une plage non loin du lieu de l'observation. Détail étrange cette dernière possédait un appareil de détection de la radio-activitée. L'ensemble des textes trouvés dessus étant en langue anglaise. Cette nuit là il est à noter qu'un accident se produisit à bord d'un chalutier qui se trouvait sur la trajectoire de départ de l'objet. Son appareil de navigation fut soudainement perturbé du coup le navire se brisa contre des écueils et coula. Enfin un radio amateur constata un trou de propagation important sur les réceptions des émissions provenant d'Angleterre exactement à 6h10. La même nuit, il se produisit donc sur la côte un accident curieux. Le chalutier Archipel qui se trouvait près des brisants d'Urville juste à l'ouest de Cherbourg et sur la trajectoire de l'objet, perdit son chemin, à la suite, semble-t-il, d'une perturbationde son appareil Decca-Navigator. 02 Témoins. Sources :(L.D.L.N), d'une déviation de compas (J.Vallée Collège invisible p. 72). Le bateau heurta les rochers et sombra. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 426) & Scribd. OVNI en France.

      

    Saint - Didier - Sous - Ecouves (61) 26/08/1974 - 22 h

    Une Odeur Etrange

     

    Un étudiant M.J.P. Menehy et une amie, se dirigent en voiture vers le lieu-dit et carrefour de la Croix-Madame (altitude 408 m) situé dans la Forêt d'Ecouves remarque que les arbres sont baignés par une lueur jaune, provenant d’un disque rond, jaune et « énorme », fortement impressionnés, ils pensèrent, malgré tout, à la lune (qui était ce jour-là en son premier quartier plus deux jours), ils se garèrent à la Croix-Madame, et continuèrent à pied vers une clairière, et continuèrent leur promenade sur le chemin lorsque, soudain ils aperçurent à une quinzaine de mètres, une lueur apparaissant comme un soleil «  un hémisphère silencieux et immobile » diffusant une lumière diffuse, qui éclairait peu les alentours, et qui cachait deux troncs d’arbres, et paraissait se situer à 2 ou 3 m du sol. Après avoir échangé quelques mots chuchotés « tu vois ce que je vois » … les témoins fortement impressionnés quittèrent rapidement les lieux. M. Menehy connait fort bien les lieux : or jamais il n’avait entendu les chiens des alentours « hurler à la mort » comme ce fut le cas ce soir-là. Le lendemain, revenant sur les lieux, il découvre à proximité de l’endroit où se trouvait « l’hémisphère », un petit cratère ressemblant à un foyer forestier de 1.40 m, ne contenant aucune cendre, l’herbe était brûlée et seule une bûche superficiellement consumée subsistait. Alors que tous les autres foyers forestiers trouvés sur les lieux étaient détrempés par la pluie tombée pendant la nuit, celui-ci fumait encore. Ce foyer, contrairement aux autres, se situait à flanc d’un terrain incliné, et dans un endroit peu accessible, au milieu de fougères. Il flottait sur les lieux une odeur « étrange » ne ressemblant à rien de connu. La moitié d’un arbre donnant sur le foyer paraissait totalement mort avec ses feuilles mortes mais non brûlées. 02 Témoins. Source : LDLN N°149. Enquête : M. P. Lefebvre.

     

    Ségrie - Fontaine - 20/10/1974 - vers 23 h & pendant environ une 1/2 h

    Noël avant l'heure

     

    M. Pawlak se trouvait dans son jardin lorsque son attention fut soudain attirée par une lueur brillante dans le ciel. Il vit alors " comme une grosse boule brillante, peut-être dix fois plus lumineuse qu'une étoile " au-dessus de la maison du grainetier. M. Pawlak se précipita alors dans la maison afin d'appeler sa femme et sa belle-sœur. Mme Pawlak nous a déclaré que son mari paraissait impressionné, " il était blanc, bégayait terriblement, excité, comme quelqu'un qui vient de voir quelque chose d'extraordinaire ". Mme Pawlak et sa sœur suivirent donc M. Pawlak jusque dans le jardin. L'objet s'était lentement déplacé pendant ce temps et poursuivait sa trajectoire très lentement mais probablement prenait-il de l'altitude. L'objet était néanmoins sous le plafond des nuages déjà assez bas, car il paraissait à l'œil nu plus petit que quelques instants auparavant. "L'objet avait la forme d'un carré au plancher arrondi avec une sorte de cheminée au-dessus. Il émettait des bouffées de fumée, plutôt de vapeur, par  intermittence,  mais non régulièrement et ce pendant toute la durée de l'observation ". Ces bouffées de vapeur gris-blanc se produisaient en avant de l'objet, dans le sens de la marche, à la différence par exemple de la fumée d'une locomotive à vapeur qui, logiquement, va dans le sens opposé à la marche de la motrice.  L'objet lui-même était de couleur blanche, brillant.  L'observation a duré environ 1/2 heure environ. " Après quoi l'objet s'est éteint instantanément. Il a reparu quelques instants plus tard à la place même où il s'est éteint, puis s'est éteint définitivement. " Le même jour, environ 3/4 avant, Mme Seguin à environ 1 km 500 a vu le même phénomène, ayant reçu la visite des Gendarmes, elle confirma qu'une panne de courant paralysait le secteur depuis 20 h environ, qu'elle sortit vers 22 h 30 pour s'assurer qu'elle n'était la seule affectée par cette panne, et qu'elle vit " loin, comme une chose, vous savez... des illuminations de Noël, ... un rectangle lumineux avec des lumières rouges et vertes autour..." . Elle appela son mari qui jeta un bref coup d'œil et rentrant chez lui en riant : " oh, c'est encore un OVNI, c'est tout ! ". 05 Témoins. Source : LDLN N° 146, enquête de P. Lefebvre et F. Rostan.

      

    Juaye-Mondaye (14) - Fin Octibre 1974 - 07 h 30

    Une Orange Jaune dans le Ciel

    Un jour de la semaine, vers la fin du mois d’octobre. Il fait nuit, il est 07 h 30 et les étoiles sont encore visibles. M. l’Abbé (Père Godefroy Abbé-Moine de l’Abbaye de Juaye-Mondaye) sort pour se rendre à l’office du matin à l’église, lorsqu’il aperçoit à l’Ouest et se dirigeant vers l’Est un objet lumineux jaune qui se déplaçait déjà dans le ciel et au-dessus de l’horizon, l’objet avait la taille approximative d’une orange. « C’était comme si une orange se déplaçait dans le ciel ! ». L’objet était muni d’une vitesse extrêmement rapide et il mit à peu près 10 secondes pour traverser le ciel (le témoin réussit à compter jusqu’à 15). Les contours de l’objet étaient relativement nets, et il n’était pas entouré d’un halo ni laissait de trainée. La trajectoire empruntée par l’ovni avait apparemment la forme de la voûte céleste, et il disparut derrière l’horizon Est. Lorsqu’il passa pratiquement à son zénith le témoin ne perçut aucun bruit, du reste l’objet semblait évoluer à une altitude relativement importante. La luminosité de l’objet était du même type que celui des étoiles, mais contrairement à celles-ci ne scintillait pas et était de couleur jaune. Sa forme était celle d’une sphère. 01 Témoin. Source : Enquête Génpi.

     

     

     

    Amfréville (14) - 30/10/1974 - 10 h 15

    Engin Volant avec Feux de Position

     

     Une Automobiliste, Mme Louisette C. Commerçante à Merville-Franceville-Plage, se rendait à Caen, lorsqu'en quittant Sallenelles, entre le Manoir du Canard Piquet et le Hameau de l’Écarde, elle aperçoit sur sa droite un Engin lumineux de 5 à 6 m de diamètre, en forme de dôme équipé de feux de position plus sombres, un à chaque extrémité de sa base rectiligne, qui filait dans l’atmosphère. 01 Témoin. Source : Génpi.

     

    Laulne (50) - 05/01/1975 - vers 19 h

    Trace en forme de Fer à Cheval & Triangle au sol

     

    5 janvier 1975, Laulne (50), à " La Dignerie ", Yvon Vildier, 12 ans, sort vers 19 heures dans la cour pour uriner en allumant la lumière extérieure. Il voit alors à 120 m de la maison dans un champ, un engin bizarre : il n'en voit que le dôme percé d'un hublot jaune brillant, le reste étant caché par une haie. Il est frappé de stupeur et quelques secondes après l'objet s'est élevé en tournoyant jusqu'à 100 m de haut à la verticale. Il semblait être composé de 3 ou 4 étages, et il y avait dans la partie supérieure 5 hublots de la grosseur d'un bol. Trois pieds de 50 cm de haut semblaient être reliés au centre de la base pour former une assise et sont rentrés dans l'engin lors du départ. Il estime la grandeur à 15 m sur 3 m, de forme ovale. Sans les pieds la hauteur pouvait être de 4 m. Il est parti sur la gauche à grande vitesse. Durée de l'observation: 30 secondes. L'enfant est rentré commotionné, ne pouvant dire un mot tellement il a eu peur. Traces en forme de " U " et trois trous en Triangle au sol avec analyses effectuées. 01 Témoin Direct & plusieurs Indirects : Source : LDLN N°1 46 p. 6 à 10.

     

     Nagel - Séez - Mesnil (27) - 12/02/1975 - 19 h 25 / 20 h

    Refus de Contact d'une Noosphère

     

    Observation, dans l’Eure, le 12 Février 1975, dont voici le récit : (Observation parue en octobre 1976 dans le n° 158 de Lumières Dans La Nuit - LDLN)

     « J’ai observé, pour la première fois, un OVNI le mercredi 12 février 1975, vers 19h25 en compagnie d’un jeune homme de ma commune qui avait eu la présence d’esprit de me prévenir, connaissant mon intérêt pour ce sujet.

     Sur le vaste terrain d’aviation, désaffecté, de Nagel-Séez-Mesnil, situé au sud-est de Conches en Ouche, dans l’Eure, une boule lumineuse évoluait depuis plus d'une demi-heure au-dessus des arbres et buissons du terrain.

     Le jeune homme et moi sommes approchés de l’engin, très discrètement, à environ 200 à 300 mètres. Il faisait nuit mais le temps était clair. La boule parcourait la piste en tous sens et très lentement, comme si elle observait ou sondait le terrain, à une hauteur variant de 10 à 20 mètres mais sans jamais se poser.

     Vers 19h30, après cinq minutes d’observation qui nous parurent interminables, et suite à l’essai de mise en marche de la mobylette du jeune homme, malgré une prudente opposition de ma part, la boule parut se diriger précipitamment vers nous, ou tout au moins, prit-elle une grosseur plus considérable et aussi plus inquiétante. Etant abonné depuis trois ans à la revue « Lumières dans la Nuit », j’avais retenu dans un des articles qu’un champ magnétique électrique provoqué par une dynamo pouvait interférer sur un ovni situé relativement près. Ce fut sans doute le cas. C’est à ce moment que j’ai pu apprécier l’aspect physique de la boule.

     Elle semblait avoir un diamètre d’environ 50 à 60 cm. Elle était d’une couleur orange, très lumineuse, sans pourtant éclairer le terrain.

    Nous effectuâmes un mouvement de repli, en laissant la mobylette sur place, car nous n’étions pas très rassurés. Puis le jeune homme me quitta pour aller chercher, à pied, des jumelles ou un appareil photo. Je pensais, également, que la peur commençait à faire son effet sur lui, n’étant absolument pas préparé à la réalité du phénomène.

     C’est alors que vers 19h40, une automobile, tous phares allumés, venant d’un chemin vicinal traversant le terrain, se dirigea dans la direction de la boule. Je me cachais derrière des buissons afin de n’être pas repéré de l’automobiliste et pouvoir regarder ce qui allait se passer. J’ai alors observé, avec une certaine stupéfaction, qu’au moment où le faisceau des phares de la voiture allait se trouver dans le champ de la boule, celle-ci se déplaça très rapidement, vers la gauche, d’une cinquantaine de mètres environ, sans doute pour ne pas être repérée.

     Je compris à cet instant, avec stupeur, que cet ovni était bel et bien doué d’une forme d’intelligence… Je commençais à être un peu inquiet à mon tour.

    La voiture ne marqua pas de ralentissement, ou de temps d’arrêt, et disparu à l’extrémité du terrain d’aviation. La boule, quand à elle, continua à évoluer quelques minutes, toujours sur la gauche puis disparu au loin, à son tour.

     Alors que je revenais sur mes pas, en direction de mon domicile, et après avoir parcouru environ 300 mètres, je me retournais et m’aperçus, à nouveau stupéfait, que la boule était revenue pratiquement…. à son point de départ….

     Je décidais de rentrer chez moi, rapidement, pour prendre mes jumelles et revenir sur les lieux avec ma voiture. A mon retour, vers 20h00 et après plus d‘une demi-heure, resté sur place à observer la nuit noire, la boule avait totalement et définitivement disparu. ». 02 Témoins. Sources : LDLN n°158. Grépi page 79 .

     [Extrait du Catalogue Ufo - Génpi des Rencontres Rapprochées Ufologiques en Normandie]

     

     Merville - Franceville - Plage (14) - 10/01/1976 - 22 / 23 h

    Volonté de Contact d'un Ovni

     

    L. P. X. ou le Lien Psychique avec le Phénomène Ovni

     

    In Shaa Allah !

     

     Beaucoup d'ufologues partisans de la Théorie des Systèmes de Contrôle croient, que l'initiative d’une Rencontre Rapprochée ne peut venir que des Ovnis.

     A les suivre nous serions tous de simples observateurs passifs et comptables impuissants de leurs Ingérences.

    Par bonheur, cet esprit "Fataliste", très Anglo-Saxon, n'a pas animé les Expérimentateurs Ufologues Français qui ont tenté de Communiquer avec l’Intelligence qui Contrôle les Ovnis (Cf. Histoire de l'Ufologie Française . Thibaut Canuti. Éditions le Temps Présent 2011). 

     

     

    L. P. X.

     

    Propugnator et Sauvor

     

    Ces Initiatives ont connu une certaine notoriété, dans les années 1970, avec des recherches menées par des passionnés (Pierre Viéroudy, Frédérique Sagnes, le Groupe G.A.B.R.I.E.L., etc.) qui ont expérimenté divers Protocoles de Communication afin d'établir le contact avec  cette Intelligence, supposée diriger le phénomène des Ovnis et qu'ils nommèrent dès cette époque : Le Phénomène X ou " L. P. X. "

    Et ce qui surprend, encore aujourd'hui, ce ne sont pas les résultats de ces expériences - plutôt couronnées de succès - mais, la nature de ces résultats eux-mêmes, qui s’alignaient à l’identique sur les  Apparitions Ufologiques Classiques.

    Un constat s’imposa alors, les Apparitions Ufologiques Classiques étaient de fait les Supports d'Expressions, imagées, animées, et scénarisées utilisées par cette Intelligence Inconnue, afin de communiquer avec les Humains.

     

    Le Langage des Signes & l’Écriture des Images

     

    Pour mieux s'entendre et bien se comprendre il est préférable de parler un langage commun, si ce langage fait défaut, on a recours à une autre méthode qui consiste à se Faire des Signes ou à Dessiner des Images.

    Cette langue des Signes - Symboles s'impose naturellement lorsque par exemple des étrangers se rencontrent pour la première fois, il serait donc logique de les retrouver lors des Rencontres Rapprochées entre des Visiteurs  Aliens et des Hôtes Terrestres.

    Pour le vérifier et l'illustrer, voici le récit d'une de ces tentatives de Communication réalisée par ces Explorateurs de Terra Incognita et Aventureux Ufologues des années 1970.

     

    Le Rendez-Vous !

     

    Merville-Franceville-Plage 14810, France - Normandie - Calvados, 10 janvier 1976, entre 22h00 et 23h00.

    Les Témoins : Mr. Masseron & un couple d'émigrés espagnols, Mr et Mme Zamora. 

    Les Témoins de cette RR3 n'appartenaient pas aux Groupes Ufologiques des années 1970, et ont été mêlés et impliqués par hasard, et à leur insu, à l'une de leurs expériences, se trouvant, apparemment, au mauvais moment et au mauvais endroit, c'est à dire à la date et au lieu du Rendez-Vous, précis et prévus, pour la réponse expérimentale attendue par ces Ufologues.

    [Cf. « RR3 - Le dossier des Rencontres du Troisième Type en France » de Julien Gonzalez. Collection : Énigma. Éditions Le temps Présent. 2014. Lumières dans la nuit, n° 175, pages 20-21 (enquête de M. Guillaume Chevallier); Michel Figuet et Jean-Louis Ruchon, OVNI : le premier dossier complet des rencontres rapprochées en France, pages 599 et 601, 1979.]

     

    l'œuf

     

    Mr. Masseron dort, seul, dans sa caravane (qui était appelée l'œuf à cause de sa forme) lorsqu'il est réveillé par des coups donnés contre la paroi et par des sortes de grattements, puis la caravane se trouve secouée (violemment) par une force invisible.

    [Dès le début de cette RR3, nous assistons à une Représentation Animée de ce que les Héraldistes Traditionnels nomment une Rencontre, c'est-à-dire, à proprement parler, un réveil ou un éveil, pour le coup brutal et très inattendu.]

    Le témoin pensant que des plaisantins lui jouent un mauvais tour, regarde par une première fenêtre puis par une deuxième, et là, il voit vers l’ouest, situé à 15 mètres à peu près, un objet lumineux de 1,50 m de haut et d'un mètre de large ayant la forme d'un œuf. Sa moitié supérieure est de couleur verte et sa moitié inférieure de couleur rouge.

    Il est posé au sol ou se situe à proximité immédiate. Cet objet se déplace alors sur une trajectoire ayant la forme d'une Spirale, tout en émettant un son strident qui augmente graduellement au fur et à mesure de son éloignement.

    Le témoin compare le son émis par l'Ovni à celui que produit un Boeing au décollage. Ce qui correspond en langage phonétique à Bo-&-In : association/contraction des noms des Dieux Bùri & Odin dont le Dieu Le Bo (Le Grant Bor-Borr-Bur Mannus) est, respectivement, le Fils et le Père, des Dieux des Temps Anciens chez les Normands-Scandinaves.

     

    Le Bort Noir Le Grant

     

     

    L'Ovni se stabilise à une hauteur de 15 - 20 mètres et à une distance d'environ 40 m et semble disparaître sur place.

    [L'intention de "intelligence Ovni" est donc indiscutable, elle réveille un premier témoin " innocent ", et qui dormait du sommeil du juste, pour qu'il assiste à un spectacle des plus déroutant : un objet lumineux de taille modeste (1,50 m / 1 m) en forme d'œuf, moitié vert et moitié rouge, qui décolle en Spirale, dans un bruit assourdissant et qui disparaît brutalement ... tout cela n'a évidemment aucun sens, … car pourquoi réveiller un témoin pour qu'il assiste seulement à la disparation de ce que l'on veut apparemment lui montrer !?!].

    Mais ne serait-ce pas précisément ce qu'il devait « voir », c'est-à-dire, un Mystérieux Objet Céleste en forme d'œuf, et dont le Sujet est précisément son Objet :

    un Oeuf opérant une Spirale, ... ce qui est porteur d'une sémantique très spécifique :

     

     

     

     

    L'Oeuf (en Symbologie) est considéré comme contenant le germe (le Fœtus/Spirale) à partir duquel se développe la Manifestation, c'est donc un Symbole Universel et qui parle de lui-même.

    C'est en raccourci : la Naissance du Monde ! (Odin, Dieu Ancestral des Normands, est appelé le Père de Tout).

    Ce concept est commun, aux Celtes, aux Grecs, aux Égyptiens, aux Phéniciens, aux Cananéens, aux Tibétains, aux Hindous, aux Vietnamiens, aux Chinois, aux Japonais, aux Populations Sibériennes et Indonésiennes, et à bien d'autres encore. Même si ce processus de Naissance ou de Réalisation revêt plusieurs aspects ; il représente toujours la Manifestation par le Verbe ... (Cf. hypermedia.univ-paris8.fr/oVosite/oeuf/oeuf.htm).

    Ce Symbole est ici développé puisque l'Oeuf, vu par Mr. Masseron est Coupé (au sens héraldique du terme : partagé, composé, associé, et additionné) de deux couleurs : Vert (ou  Sinople ) et Rouge (le Gueules), ce qui rehausse encore l'interprétation symbolique ; le Vert et le Rouge sont des couleurs opposées & complémentaires.

     [Dans la synthèse additive des couleurs, le mélange de la primaire rouge à 100% et de la primaire verte à 100% donne la couleur secondaire jaune, auxquelles, si on ajoute la primaire bleue, à 100%, on obtient le blanc (de l’œu). Cf. fr.wikipedia.org/wiki /Couleur_complémentaire.].

    La Synthèse des Opposés Complémentaires (principe passif de Vénus,  dont la couleur est le Vert et du principe actif de Mars, dont la couleur est le Rouge) aboutit à l'Union Harmonieuse ou Verbe Créateur (génération de l'œuf).

    Le Nombre d'Or (Phi = 1.61803398875), ou Divine Proportion à laquelle on attribue la Couleur Symbolique du Jaune (l’Or-d'Oeuf), Illuminant le Verbe de la Manifestation (figuré, ici, par la Spirale de la trajectoire de décollage de l'Ovni).

    Les Éléments Formels représentés dans cette  Apparition Ufologique, sont donc bien ceux d’une Authentique Cratophanie porteuse d'une Épiphanie Essentielle.

     

    1/ Le Fil d'Ariane du rapport d'observation

     

     Le témoin veut en savoir davantage, aussi prend-il le parti de sortir. Il entend maintenant une sorte de message comparable à celui reçu sur un Talkie-Walkie, avec le grésillement caractéristique de cet appareil. Il ne comprend pas le sens du message, mais entend une voix disant : L.P.X. … L.P.X. … L.P.X.

    Ce message incompréhensible ou inaudible, dans sa totalité pour Mr Masseron, apporta, par contre, au Cercle des Ufologues Expérimentateurs des Contacts avec « Le Phénomène X ou L. P. X. » un précieux résultat à leur tentative de Dialogue avec cette Intelligence Non-Identifiée :

     

    1/ Manifestation/Réponse attendue et programmée au lieu et à la date prévue,

    2/ Signal Indicateur « L. P. X. » = Le Phénomène X,

    3/ Acronyme de Lean Protocole eXange = Protocole de Communication Réservé.

     

    Validant (une fois de plus) le Processus de Contact Expérimental du Cercle des Ufologues.

     

    2/ Le Fil d'Ariane du rapport d'observation

     

     L'Attention de Mr. Masseron  est alors attirée vers la gauche par quelque chose qui bouge. Il distingue la silhouette noire d'un homme de taille moyenne (1,70 m / 1,80 m) qui traverse un chemin en courant. L'humanoïde semble se déplacer, courbé et penché (donc de manière gauche et non droite au sens héraldique : de Senestre ou de Sinistre et non de Dextre ou de Droiture) [et] de travers, en effet l'ensemble de son corps est orienté sur l'axe de prolongement de sa jambe droite.

    L'humanoïde passe entre la clôture d'en face et une caravane inoccupée, en tournant le dos à l'emplacement où a disparu l'Ovni/Oeuf et dans la direction d'une autre caravane, occupée par la famille Zamora de nationalité Espagnole.

     

     

     Ombre

     

     

    [L'humanoïde aperçu par Mr. Masseron n'est qu'une silhouette noire, autrement dit une Ombre (pour les Zamora, qui sont espagnols, Ombre = Hombre = Homme ) ... c'est donc une représentation de l'Homme Non-Lumineux (ou Non - Numineux) qui n'est qu'un pâle reflet, Traînard et Taiseux, de son vrai potentiel, qui s’éloigne de l'Image Symbolique de la Totalité Éclatante, précédemment affichée par l'Ovni Vert et Rouge.].

     

    3/ Le Fil d'Ariane du rapport d'observation

     

     A cet instant, une voiture pénètre dans le terrain de camping : c'est le petit-fils T. N. du propriétaire, accompagné de son beau-frère dit Flo  (d'origine espagnol), à qui se confiera en premier Mr. Masseron, et qui venait s'amuser à chasser les lapins de garenne, renvoi synchronique : car le Lapin, blanc en particulier, est l'une des Images des Apprentis et des Compagnons d'Armes.

    A côté de la caravane inoccupée (et dans son prolongement) se trouve une autre caravane où dort la famille Zamora (et vers laquelle s'est dirigé l'humanoïde), Mme Zamora y a été précédemment (elle-aussi) réveillée par le son Strident et distingua des voix venant de l'extérieur disant :

    « Qu'est-ce que je fais ? » … « Tu fais comme moi ! » …

    ... elle ouvrit une fenêtre pour entendre le message identique perçu par Mr. Masseron (voix, sons de talkies-walkies, L. P. X ).

    Quelque chose de lumineux attire son attention ; une sorte de cercle lumineux ayant l'apparence d'une ellipse dont la partie supérieure est verte et la partie inférieure rouge. L'ensemble lumineux donne une impression de tangage, montant et descendant par rapport au sol (et qui a décollé en diagonale jusqu'à une hauteur de 15 - 20 m, en surplomb d'une clairière, délimitée par des peupliers, avant de disparaître instantanément sur place.).

    Mr. Zamora, réveillé (si précipitamment) par sa femme (qu'il est tombé de sa couchette sur le sol de la caravane) n'observe pas le phénomène lumineux, mais entend malgré tout le message (radio).

    Les témoins se recouchent redoutant une quelconque agression. Au cours de l'enquête, effectuée la nuit même, des traces curieuses de pas sont découvertes, précisément derrière la caravane occupée par la famille Zamora.

    [Traces ressemblant à l'empreinte, dans le sable fraîchement mouillé, de Cylindres (renvoyant à la forme des Cryptex) de la largeur du pied d'un enfant de 8 ans et de la longueur d'un adulte.].

    [Le fait que la famille Zamora (uniquement les parents,  les deux enfants n'ont pas été réveillés) a été témoin des mêmes faits que Mr. Masseron, et notamment des « voix-radio » et des grésillements typiques des Talkies-Walkies, Renforce la Thématique, de la Communication, développée par l’Intelligence Non-Identifiée à partir d’une Signalétique Formelle : grattements, secousses, signaux lumineux, voix, bruits, radio, dialogues, le déplacement de l'humanoïde vers les Zamora, etc.

    Ce que vient confirmer, le Signal : " L . P . X ." qui renvoie aux indicatifs utilisés par les cibistes pour les appels DX (DX = Distance et X inconnue), ou recherche des Contacts Lointains !].

     

    La Réponse à la Question est dans la Question

     

    « Qu'est-ce que je fais ? » … « Tu fais comme moi ! »

    Une fois encore, ces deux phrases soulignent le thème de l’Échange, donc du Thème de la Communication avec le jeu simplifié, d’une Question et d’une Réponse.

     

    La Contre Enquête

     

     Les témoins, interrogés, la nuit même, par les enquêteurs de Ufo-Génpi (environ 30 minutes après le déroulement des faits, prévenu par Mr T. N.), au cours de laquelle les curieuses traces de pas en forme de Cylindres Géométriques ont été relevées derrière la Caravane des Zamora, étaient tous encore sous l'emprise d'une grande et forte émotion.

    Soulignons que Mr Guy Masseron souffrait d’un blocage de langage, du Type Autiste, et que les Zamora maîtrisaient assez mal la langue Française, ce qui accentue le Thème de la Communication comme sujet principal, autour duquel gravite « la Mise en Scène » de cette RR3.

     

    Autre Coïncidence Signifiante d’une Orchestration Volontaire de la part de l’intelligence qui est à l’origine de cette RR , outre le Cas Jumeau ...

    (ovni/œuf, patronyme commun, traces au sol, son entendu, Mexicain/Espagnol, enquête immédiate après les faits avérés, etc.)

    ... qu’elle représente avec la célèbre RR3 de Lonnie Zamora, à Socorro au Nouveau Mexique, du 24 avril 1964, vers 17 h 45, est le Fait Exceptionnel que l’Ovni en forme d’Œuf de Socorro, était orné d’un Signe de Communication, de couleur Rouge, Symbolisant le Lien d’Échange entre la Terre et le Ciel.

     

    Ovni de Lonnie Zamora – Socorro Nouveau Mexique - 24 avril 1964

    http://apocalypse-des-ovnis.eklablog.com/apocalypse-des-ovnis-livre-iii-chapitre-xi-du-diable-nous-venons-au-diable-nous-retournons-a204277004

     

     

     

     

    10 janvier 1976, Merville - Franceville - Plage (14) Entre 22 et 23 heures M. Masseron dort seul dans sa caravane lorsqu'il est réveillé par des coups donnés contre la paroi et des sortes de grattements, puis le véhicule se trouve secoué. Croyant à de mauvais plaisantins Masseron regarde par la fenêtre et là, il voit à quelques dizaines de mètres, un objet lumineux ayant la forme d'un œuf, sur ou très près du sol. Cet objet d’abord stationnaire et animé de mouvement circulaire évoquant celui d’une toupie, se déplace ensuite sur une trajectoire en spirale en émettant une stridulation qui augmente au fur de son éloignement. Voulant en savoir plus Masseron sort. Il entend maintenant une sorte de message comparable à celui reçu par talkie-walkie avec le grésillement caractéristique. Il ne comprend pas le message mais entend une voix qui dit: "...L.P.X... L.P.X... L.P.X". Sur la gauche quelque chose remue et attire son attention. C'est la silhouette noire d'un homme de taille moyenne qui traverse le chemin en courant. Cet humanoïde avance en crabe : l'axe de son corps orienté sur la prolongation de sa jambe droite. Il passe entre la clôture et une caravane inoccupée. A côté de cette dernière dans une autre caravane se trouve la famille Zamora qui dort. Mme Zamora est réveillée par des voix :"qu'est-ce que je fais ? " "tu fais comme moi". Elle finit par ouvrir la fenêtre et entend un message identique à celui reçu par Masseron. Elle réveille son Mari qui entend aussi les émissions sonores mais n’a pas le temps de voir le Phénomène Lumineux aperçu par Mme Zamora qu’elle décrira comme un cercle vert et rouge tourbillonnant rapidement sur lui-même et qui s’envola en empruntant une trajectoire en Spirale. Traces curieuses de pas en forme de cylindre. 03 Témoins. Sources : Enquête Génpi réalisée sur place dans l’heure suivant les faits. M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." éd. Alain Lefeuvre 1979, p.600, 601. 

     

    Amfréville 27/02/1978 - vers 00 h 45 

    L'Intuition Ufologique

     

    Venant de Caen, Mme Maryline regagnait son Domicile de Merville - Franceville - Plage en voiture, à une heure habituelle pour elle, arrivée à la hauteur du hameau de Longueville elle aperçu sur la Plaine de Ranville un Sphère Lumineuse de Couleur Rouge, positionnée devant la haie délimitant un verger situé dans la Plaine de Ranville à l'orée de la commune d'Amfréville. Cette Sphère avait 05 m de diamètre et était animée d'un mouvement ascendant & descendant à 03 m du sol environ. Parvenue au niveau de la Carrière de l'Ecarde, sa petite chienne Yorkshire "Wouina", ce qui était inhabituel et inquiéta doublement Mme Maryline qui préféra continuer sa route sans s'arrêter, d'autant qu'elle eu, depuis son départ de Caen, le fort pressentiment qu'elle observerait, à nouveau, un Ovni sur son trajet de retour à son Domicile, comme cela lui est déjà arrivé par le passé.  01 Témoin Source : Enquête du Génpi

     

    Merville - Franceville - Plage 02/08/1979 - 17 h 20 

    Vol en Feuille Morte

     

     M. Thierry & Mme Françoise Nogent revenaient de la Plage de Houlgate, au Campine de la Baie, à la sortie Ouest de Merville-Franceville-Plage, situé à côté du Camping de Carolus, depuis la réception du camping, ils virent, en compagnie de sa Propriétaire,   en direction Sud au-dessus de l’ancienne décharge de Merville, située, sur le chemin des Banques, à 500 m, l'évolution d'un objet en forme de disque lenticulaire blanc brillant voler silencieusement comme les feuilles mortes, en virevoltant rapidement dans les airs et des nuages où il entrait par moment, avant de disparaître en montant dans le ciel en diagonale vers l’Est. La taille du disque a été estimé à 6 à 8 m de diamètre. 03 Témoins. Source : Enquête du Génpi.

     

    Bretteville-sur-Laize (14) - 12/08/1979 - 22 h 30 / 23 h

    Un Crash Non-Identifié

     

    Mme Baudet, de la Criquetière à Bretteville-sur-Laize, j’étais dans la salle à manger quand mon petit-fils affolé m’a appelé dans la cuisine : « Viens vite voir mamy ! ». Je vais à la fenêtre de ma cuisine et je vois une boule rouge dans le ciel qui s’en allait vers la droite en tourbillonnant et en « s’émiettant ». Elle allait vers Gouvix.

    Mr. Baudet : « Elle était grosse comme la pleine lune. En s’en allant, elle laissait derrière elle une grosse fumée noire. Mais j’avais ouvert ma fenêtre, je n’ai perçu aucun bruit ni senti la moindre odeur. Cela s’est passé très rapidement environ 05 secondes. Elle se déplaçait en donnant l’impression qu’elle descendait en zig-ziag mais on peut dire qu’elle allait en ligne droite. Un moment après, j’ai revu exactement le même phénomène dans les mêmes conditions. »

    Un autre jour, Mme Lecordier a vu cela de son lit et s’est levée pour appeler la police croyant que c’était un avion qui allait s’écraser. La Gendarmerie a enquêté.

    Mr. Domme, le Mardi ou le Mercredi suivant, a vu de nuit et depuis son lit, a vu des petites boules rouges qui s’éteignaient d’un seul coup en direction du C.E.S. Plusieurs Témoins. Source : Chantale Jeanne. - Enquêtrice pour le Génpi.

     

     

     Merville - Franceville - Plage (14)  – Nuit du 08 au 09/02/1975 -  22h à 02h

    Apparition d'Humanoïdes

     

     

    Au siècle dernier !

    Poste de Surveillance PNE MER - Ufo-Génpi - 18/06/1973 

     

    Noosphères Lumineuses Multicolores de la taille de Ballons de Football s'alignant au sol, à moins de 50 m, face à trois observateurs du Génpi en apparaissant alternativement selon des séquences de nombres et de couleurs différentes, tout en s'amalgamant & se déplaçant autour des observateurs.

    Et Apparitions Furtives de Formes Humanoïdes Blafardes sous l'effet d'un éclairage de lumière artificielle extérieure.

    Une quatrième personne Mme L. C. a pu assister à une partie des Phénomènes.

    04 Témoins.

    Source : Génpi.

     

     

    La Londe (76) - 13/11/1960 - de  02 h 45 à 03 h 30

    Une Soucoupe Volante posée sur la Voie Ferrée.

     

    Le témoin, M. Carbonnier, habite une maisonnette de garde-barrière, en pleine forêt de La Londe, sur la voie ferrée Rouen - Le Mans (passage à niveau N°1), à environ 16 km au Sud/ouest de Rouen (76) et c'est un homme parfaitement équilibré qui s'explique clairement, et qui ne manifeste aucun attrait pour la publicité. " Je sais que j'ai vu : un engin, et qu'il était réel, appelez soucoupe, si vous voulez, je me contente de dire ce que j'ai vu : un engin lumineux, et  je ne sais pas ce que c'est ". 

    Le Témoin est étendu sur son lit et fume une cigarette n'arrivant pas à trouver le sommeil. Le ciel est clair, la lune brille quand soudain son attention est attirée par des lueurs vertes au-dehors. Il réveille sa femme qui constate le phénomène mais Préfère retourner se coucher. Il voit alors un objet émettant huit lueurs vert bouteille foncé, non clignotantes et d'intensité constante. L'objet évolue à une altitude de 700 m. L'objet se pose sur la voie ferrée à 150 m du domicile du témoin. Il a la forme de deux assiettes renversées, l'une sur l'autre de 2 m de haut pour 5 à 6 m de diamètre. De brèves lueurs rouges émanent de dessous de l'objet. Il repose sur un trépied de trois pâles qui se déplièrent à l'atterrissage. Soudain, sur la partie supérieure de l'objet des sortes d'ailerons très nombreux allant du centre à la périphérie se mettent à tourner, puis l'objet décolle lentement. A 40 ou 50 m du sol le trépied se replie à l'horizontale, la vitesse de l'objet s'accélère et il disparaît vers le sud-ouest en direction de Bourgtheroulte à grande vitesse. Traces visibles sur deux traverses en bois, portant chacune 4 trous, disposés en carré, d'environ 10 cm de coté. Les trous ont environ 1 cm de diamètre, et 105 de profondeur, et semblent faits par une tarrière, et non par la pression d'un objet. Au cours de l'enquête le chien du témoin refusera obstinément de se rendre sur le lieu d'atterrissage. 02 Témoins.  Source : LDLN N°57. Enquête de M. J. Vuillequez. Ovni, Premier dossier complet... par Figuet M. / Ruchon J. L. éd. Alain Lefeuvre 1979. 

     

    Douvres-la-Délivrande (14) - 00/00/1964 (?) - vers 15h

    Destruction en Vol d’un Ovni ou Utilisation d’une Arme à Haute Énergie

     

    Les Armes Radar

      

    Nous étions trois passagers dans un car des Courriers Normands, qui circulaient entre Bernières-sur-Mer et Saint-Aubin-sur-Mer, lorsque le chauffeur du car nous a montré du doigt un objet lumineux en direction du soleil.

    L’objet pouvait se situer à une altitude de 3 000 m, à la verticale entre les Clochers de Douvres-la-Délivrande, Saint-Aubin-sur-Mer et de Bernières-sur-Mer.

    C’était une grosse boule blanche comparable à un ballon de football sans traînée, en descente rapide à la verticale et qui s'arrêta brusquement avant d’éclater et de disparaître dans un nuage de fumée aux colorations changeantes bleues, blanches et noires emportée par le vent d’ouest.

    Nous n’avons rien vu tomber à terre.04 Témoins. Source : Témoignage de Mme Simone D. - Enquête Génpi.

     

    Crash d'un Ovni en Normandie

    Photo en noir & Blanc du Cratère d'un diamètre de 150 m découvert en 1955

    par le propriétaire d'un pré dans la Vallée de la Dives (14)

     

    Une Traînée Lumineuse a été aperçue dans le ciel, suivie d'une forte explosion précédant la découverte par un fermier, au matin suivant,  d'un cratère dans l’un de ses prés qui était littéralement vitrifié sur une circonférence d’environ 150 m de diamètre, toujours visible en 2019,  dégageant un "brouillard violet" .

    Si on crut tout d’abord à l’explosion d’un engin de guerre, on devait bientôt découvrir que des arbres distants de plusieurs centaines de mètres avaient été roussis.

    De plus, des éclats d’un métal inconnu trouvés sur place furent recueillis par les enquêteurs prétendument identifié à du Duralium.

    Autre anomalie, le cratère de 150 m de diamètre était entouré d'une multitude de cercle de terre retournée, de 1.20 m de diamètre, régulièrement espacés, tout autour de sa circonférence.

    Source : Archive Ufo - Génpi.

     

     

     Saint-Pair (14) - 18/08/1955 - 18 h 00

    Le Chien prend Peur

     

    Le témoin (Mr Levasseur ?) est en train de dîner dans sa cuisine, (au château/manoir qui est à l’angle en coude de la rue du village, à 100 m environ, au Nord/Est de l'Église en Rotonde et de son Cimetière) dont la porte et les fenêtres sont grandes ouvertes en raison de la chaleur. Soudain son attention est attirée par une lueur intense qui descend vers le sol, à grande vitesse et dans un silence total. Le témoin sort de chez lui et observe alors une chose sombre, circulaire, surmontée d'une masse plus foncée posée sur le sol d'un pré. Le chien est apeuré et reste derrière son maître qui n'ose pas s'approcher. Au bout d'une dizaine de minutes, l'objet décolle à une allure vertigineuse, suivi d' une trainée de lumière intense dont la longueur peut avoir une cinquantaine de mètres. 01 Témoin. Source : Contre-Enquête Génpi - Ovni, Premier dossier complet... par Figuet M./ Ruchon J.L. éd. Alain Lefeuvre 1979.

     

     

    Livet - sur - Authou (27) - début de l'été 1954 - vers 20 h 30

    L'Appel de Phare d'une Soucoupe Volante

     

    Vers 30 h 30, M. R. Lebailly, agriculteur, était en train de traire une vache, lorsqu'un "coup de phare, très puissant" lui fit lever la tête. Il vit alors, en direction du sud-ouest, assez haut dans le ciel sans nuages (peut-être une quarantaine de degrés au-dessus de l'horizon), une sorte de disque surmonté d'une coupole, qui venait semble-t-il de basculer et se présentait de profil au témoin. Cet objet émit, pendant un temps très bref, un faisceau lumineux qui, selon M. Lebailly, n'était dirigé que sur lui. Ce faisceau s'éteignit, l'objet descendit et s'éloigna en direction de Rouen ou d’Évreux, disparaissant en quelques secondes. Le témoin cria pour appeler son fils, qui se trouvait tout près de là, mais celui-ci n'eut pas le temps d'observer le phénomène. Description de la "soucoupe" : diamètre probable : 5 ou 6 m ; tourelle apparemment animée d'un mouvement de rotation, environnée de flammes dans lesquelles dominaient des teintes rouges et vertes. Durée du "coup de phare : à peine supérieure à 1 seconde. Altitude vraisemblable de l'objet, par rapport au sol, lorsqu'il s'éloigna : une cinquantaine de mètres. 01 Témoin.

    Source : LDLN N° 291-292.

     

     

    Surville (14) - 27/08/1954 - vers 01 h 10

    Le Cliquetis de la Soucoupe Volante

     

    Une "soucoupe volante" dans le ciel de Surville

    A la suite de l'information que nous avons publiée relativement à l'atterrissage d'une soucoupe volante à Clarbec, un habitant de Surville qui désire conserver l'anonymat - nous a signalé que dans la nuit du 26 au 27 août, alors qu'il guettait le passage du Tour de France Automobile, il entendit soudain, vers 1 heure 10 du matin, un bruit indéfinissable - sorte de chuintement - qui se prolongea decrescendo pendant quelques secondes.

    La personne qui nous a rapporté ce fait se porta à la fenêtre de son habitation située en bordure de la route de Caen à Rouen.

    Mais le brouillard intense qui régnait alors ne lui permit pas d'apercevoir l'engin dont il entendait le bruit. D'après ce que ce témoin auriculaire nous a précisé, "l'appareil serait descendu à très basse altitude au-dessus de la ligne de chemin de fer, puis après cette "glissage", il se serait dirigé vers Saint-Benoit-d'Hérbetot, en faisant entendre un cliquetis. Précisons que vers la fin de l'été, un propriétaire de Hotot-en-Auge entendit - également vers 1 heure du matin - un léger cliquetis, comparable à celui que produit un épouvantail métallique - que l'on place dans les plantations de haricots - lorsque celui-ci est agité par le vent. Intrigué, l'agriculteur s'était levé et avait observé, dissimulé derrière sa fenêtre - et pendant plus d'un quart d'heure - un volumineux engin en forme de soucoupe d'où il n'avait vu sortir aucun être vivant.

    L'appareil avait ensuite décollé à la verticale et disparu à une allure vertigineuse sans émettre de son.

    Dans l'un et l'autre des cas, nous avons affaire à d'honorables personnes dont la bonne foi ne saurait être mise en doute. 01 Témoin. Source : "Le Pays d'Auge-Tribune", de Pont-L'Évêque, du 24 décembre 1954.

      

    Moyaux / Le Pin (14) - 18/10/1954 – entre 18 h et 19 h

    Une Soucoupe Volante Posée au Sol


    Le bourg de Moyaux n’est pas encore remis de l’aventure qui a conduit lundi soir au bain forcé l’un de ses habitants. Entre 18 h et 19 h, il n’y avait pas encore de soucoupe dans l’air mais un témoin, parfaitement équilibré, affirma qu’il y en avait une au sol. « Je passais à bicyclette et j’ai aperçu une forme insolite posée dans un pré, derrière une haie, en bordure de la route de Lisieux. Ce n’est qu’un peu plus loin que j’ai réalisé qu’il s’agissait d’une soucoupe volante. » Deux ouvriers occupés à percer une tranchée route de Blangy, au Pin, Commune limitrophe, distinguèrent nettement, eux dans les nuages, un objet bizarre d’un diamètre apparent de 2 à 3 mètres environné de fumée noire, il s’éleva selon un angle 45° dans la direction de Moyaux. Un gosse ayant donné l’éveil le phénomène fut conjointement observé au Haras de la Pomme. L’apparition silencieuse et ultra-rapide vira au blanc gazeux avant de s’évanouir à l’horizon opposé. Roger Fillatre tomba dans l’eau d’une mare (en courant tout en fixant du regard l’apparition). Plusieurs Témoins. Source : Archives Génpi - Poirier - Carmoinette - Ouest-France du Mercredi 20/10/1954.

      

    Luc - Sur - Mer (14) - 25/10/1954

    Un Disque Volant dans l'Espace

     

    L’observation de cet engin mystérieux ne dura guère qu’une demi-minute, les instituteurs eux-mêmes constatèrent qu’un appareil en forme de disque glissait vers la partie septentrionale du ciel, à une vitesse vertigineuse dans l’espace, à une altitude de 300 à 400 mètres environ, mais, suffit, sinon à dissiper le scepticisme récalcitrant de quelques-uns des spectateurs présents sur la route nationale, du moins, à les plonger dans la plus forte perplexité, dont une demi-douzaine d’élèves de l’école publique de garçons depuis la cour de récréation, lundi midi, quelques minutes avant la rentrée des classes. Plusieurs Témoins. Source :  Ouest-France du Jeudi 28/10/1954. 

     

     Jonquerets - De - Livet (27) - 25/10/1954 - 19 h 30 / 22 h 30 et 23 h

    Engin volant posé au sol approché par des vaches

     

    Le 25 octobre 1954, à 19h30, aux Jonquerets - De - Livet (27), 1 fermier, Gilbert Haye, cueille des poires lorsqu'il voit soudain un objet allongé avec une lumière à chaque extrémité, stationné dans un champ. Il n'ose pas examiner de près l'objet mais voit les vaches s'assembler autour de l'engin. Une minute après, les lumières s'éteignent et le témoin, peu intéressé, rentre chez lui. Deux heures plus tard, un jeune homme (18 ans), M. Chéradame, tombe de sa moto qui cale brusquement au même endroit. Il alerte des voisins qui voient de nouveau l'appareil. Il a bougé très légèrement et deux occupants sont vus. Ils ont environ un mètre de hauteur, et ils marchaient d'une façon raide et leurs vêtements ressemblent à des armures brillantes. Ils s'évanouissent brusquement et l'appareil décolle sans bruit. Sources : RR0 et cf. la contre-enquête de Joël Mesnard, le dossier des RR3 de Julien Gonzalez.

    [Extrait du Catalogue Ufo - Génpi des Rencontres Rapprochées Ufologiques en Normandie]

      

    Ernes (14) - Décembre 1954

    Paralysie du Témoin sur sa Bicyclette

     

    Décembre 1954, Mr Roger Catherine, ouvrier agricole, demeurant à Ernes rentrait à bicyclette à son domicile, lorsque dans la nuit vers 01 heure du matin, dans le haut de la côte du calvaire de Ernes, il se trouva brusquement dans l’impossibilité de faire aucun mouvement, une sorte de paralysie lui paralysant tout le corps. Quel ne fut son étonnement d’apercevoir à petite distance, sur la berne, un engin de couleur rougeâtre qui décolla à grande vitesse semant dans son sillage de nombreuses étincelles. Mr Catherine qui n’en est pas encore revenu, est un homme sérieux et de bonne foi, à qui on peut accorder tout crédit. 01 Témoin. Source : Ouest-France du 30/12/1954. Le Bonhomme libre du 07/01/1955.

     Complément  : Paralysie soudaine du témoin sur son vélo qui descendait la côte d’Ernes en revenant de son travail à st Pierre sur Dives en observant un engin rouge qui décolla de la berne en faisant une multitude d’étincelles et qui s’envola au-dessus du village où il stationna sous la forme d'une sphère de grandeur apparente d'un ballon de football. Mr Catherine en arrivant chez lui au centre du village constata que son compteur électrique avait sauté. 01 Témoin. Source : Enquête du Génpi.

      
     

    Merville - Franceville - Plage - 15/03/1953 – vers 08 h 

    Vision Céleste 

     

    Mr. Hennequin Charles en compagnie de quatre autres témoins ouvriers se déplaçant en camionnette, sur la route de Cabourg à Caen, parvenu au niveau de Merville-Franville-Plage aperçoit un objet ressemblant à une comète avec une longue traînée multicolore de toute beauté, allant du vert clair au rose, & qui traversa silencieusement en ligne droite horizontale le ciel de la Baie de l’Orne d’Ouest en est. 05 Témoins. Source : Enquête Génpi.

      

    Saint-Georges-des-Groseillers (61) - 10/11/1952 - entre 06 h 15 et 07 h 05

    Vol Saccadé

     

    Entre 06 h 15 et 07 h 05, deux témoins ont observé un engin lumineux de forme allongée, arrondi aux deux extrémités, en direction de Vire. Il émettait à intervalles réguliers une lumière d'abord orange, devenant blanche en augmentant d'intensité et d'un éclat comparable à un éclair de magnésium. Sa position était inclinée, il se déplaçait légèrement, peu souvent, mais avec une extrême rapidité. 02 Témoins. Source : Document Graziana.

     

     

    Luc - sur - Mer (14) - 06/06/1944

    Drovni de la 6ème Heure du 6ème Jour du 6ème Mois

     

     L'USS George E. Badger est ancré au large. Le tireur Edward Breckel est de garde et vit dans le ciel un objet de forme cigaroïde sombre, à 5 miles de leur position.

    Cet objet visible pendant 3 minutes volait trop lentement à 5 m au-dessus de l'eau et n'avait pas d'ailes.

    01 Témoin.
    Source : Mini catalogue chronologique des observations OVNI par Van Overmeire Godelieve.

     

     

    Les Sites Ovnigènes

     

     

     

     

     

    (à suivre)

     

     

    Vous désirez nous aider & comment ?

    En nous signalant, et en nous adressant, les bases de données sur les faits, les témoignages ufologiques & par-ufologiques passés (empruntées aux archives ufologiques ou à celles de la presse locale, etc.), présents et à venir, concernant les cinq départements Normands : Calvados (14), Eure (27), Manche (50), Orne (61) et Seine-Maritime (76) à l'adresse suivante :

    ufo.genpi@gmail.com

    D'avance Merci !

     

     

     

    « Quand on Partage on Aime, et lorsque l'on Aime on Partage ! »

    [Guillaume Chevallier]

     

     

     

    « L'Apocalypse des Ovnis : Livre III - Chapitre XXIV : Débriefing - 07/10/2017L'Apocalypse des Ovnis : Livre II - Chapitre 18 : L'Expérience Interdite »